1 visites

Rino Della Negra ou comment un jeune adulte de vingt ans, espoir du football promis à un bel avenir sportif, contraint à la clandestinité par refus du Service du Travail obligatoire (STO), engagé dans l’action armée au sein des FTP-MOI, membre du groupe Manouchian, fusillé au Mont Valérien par les nazis, donnera son nom, resté gravé dans les mémoires, à une tribune du stade Bauer.

Dimitri Manessis et Jean Vigreux, tous les deux historiens, nous proposent chez Libertalia une biographie en forme de leçon d’histoire écrite à quatre mains.

L’histoire de Rino est celle d’un fils d’immigré·es italiens, fils d’ouvrier, qui va grandir dans le quartier populaire de Mazagran, une « petite Italie » à Argenteuil.

Sportif accompli et fou de foot, le jeune Rino grandit dans une famille qui n’est pas engagée, mais parmi ses proches certains sont liés au parti communiste italien, d’autres sont déjà des militants antifascistes. Son parcours, dont il ne reste que peu de traces aujourd’hui, est marqué par une triple sociabilité qui marquera son parcours ultérieur  : une sociabilité ouvrière, comme jeune apprenti qui vit de l’intérieur des usines des conflits sociaux parfois violents, une sociabilité antifasciste, côtoyant des militants engagés dans les Brigades internationales, et enfin une sociabilité politique par le sport de par son appartenance à la FSGT née en 1934 de la fusion de la FST, proche de la Confédération générale du travail unitaire (CGTU) et de l’USSGT proche de la Confédération générale du travail (CGT).

Entré dans la clandestinité suite à son refus d’intégrer le STO, Rino Della Negra s’engagera dans la lutte armée contre les nazis et rejoindra le groupe Manouchian.

Évitant de tomber dans le piège de l’hagiographie, les auteurs nous livrent ici une biographie vivante d’un jeune footballeur partisan, fort d’un travail tout à la fois exigeant et enthousiaste.

David (UCL Grand Paris sud)

  • Dimitri Manessis ey Jean Vigreux, Rino Della Negra footballeur et partisan, Libertalia, 2022, 264 pages, 10 euros.



Source: Unioncommunistelibertaire.org