Décembre 25, 2022
Par Union Communiste Libertaire (UCL)
183 visites

À la fin des années 1960, huit adolescents de Barbiana, hameau situé à une trentaine de kilomètres de Florence, aidés par leur enseignant, Don Lorenzo Milani, rédigent collectivement, une Lettre à une enseignante.

À la fin des années 1960, huit adolescents de Barbiana, hameau situé à une trentaine de kilomètres de Florence, aidés par leur enseignant, Don Lorenzo Milani, rédigent collectivement, une Lettre à une enseignante.

Recalés du système scolaire italien, ils en dénoncent l’injustice, l’inhumanité, l’élitisme, les dysfonctionnements structurels, et expliquent leur colère contre cette école qui rejette les enfants des pauvres et les enseignant·es qui constituent une classe privilégiée qui défend avant tout ses privilèges. Bravant «  la timidité des pauvres  », ces enfants de montagnards s’organisent pour mettre en forme leur parole, leurs griefs et leurs revendications. Ils comparent «  l’enseignement au rabais  » que leur a offert l’État et celui mis en place à Barbiana  : une école le matin contre une école à plein temps, dimanche compris, une école pour ceux qui suivent contre une école pour tous, attentive à ceux qui n’ont pas compris et où on transmet aux autres ce qu’on sait. La charge est aussi redoutable qu’argumentée.

Ils fustigent «  une classe qui n’a pas hésité à déchaîner le fascisme, la guerre, le chômage  ». Critique de l’école reproductrice formulée par ceux qui la subissent, paru en 1967, on comprend pourquoi cet ouvrage a participé à enflammer l’Italie.

Ernest London (UCL Le Puy-en-Velay)

  • L’école de Barbiana, Lettre à une enseignante, Agone, 2022, 208 pages, 19 euros.



Source: Unioncommunistelibertaire.org