Toute femme doit pouvoir accoucher dans les conditions qu’elle souhaite. C’est la conviction de Marie-Hélène Lahaye, juriste belge dont le livre est un plaidoyer pour un accouchement respectueux avant tout… des femmes.

Tout au long du livre, l’autrice montre comment les femmes sont maltraitées physiquement et psychologiquement lors de cet événement que certain-e-s appellent « le plus beau jour de leur vie ». Cela peut être certes un beau jour, si on arrive à dépasser les humiliations, les entraves à la liberté, les intrusions dans l’intimité, les coups de scalpel et autres gavages médicamenteux que beaucoup (trop !) d’entre nous ont subis lors de leur accouchement. Le corps médical traite souvent les parturientes comme des incapables, voire comme des dangers pour leurs propres petit·es. Il faut réhabiliter la capacité physiologique des futures mères à mettre au monde leurs enfants, combat idéologique que les féministes des générations antérieures n’ont pas voulu mener puisque l’accouchement sans douleur était une révolution. Loin de valoriser la souffrance, l’autrice montre que celles qui choisissent de limiter la médicalisation ne sont ni folles ni rétrogrades sur le plan féministe. Il s’agit d’avoir toutes les clés en main pour accepter ou refuser la cascade de gestes médicaux que chaque décharge chimique entraîne. Mais une fois actrices de nos décisions, encore faut-il que celles-ci soient respectées ! Et c’est là que le personnel médical en prend pour son grade : ils oscillent, selon l’enquête de M.H. Lahaye, entre intimidations et automatismes. Le tout dans un climat de sexisme qui nous rabaisse à un moment conjugué de puissance et de fragilité.

Toutes les dérives des accouchements médicalisés y passent. Surtout, l’autrice casse les préjugés sur la soi-disant « sécurité » obtenue par la massification des accouchements en hôpital. Ce qui a rendu les naissances moins dangereuses pour les enfants et leurs mères, c’est avant tout…les progrès de l’hygiène.

Marie-Hélène Lahaye, Accouchement : Les femmes méritent mieux, Éditions Michalon, 2018, 296 pages, 20 euros. Une version courte est disponible sur le blog Marie accouche là.

Un chapitre est particulièrement parlant, qui propose de transposer sur l’acte sexuel tout ce que les femmes subissent pendant un accouchement. Lumières dans le visage, entrée perpétuelle de médecins et stagiaires pendant l’acte, touchers vaginaux, ajouts de médicaments pour améliorer la « performance »… Ainsi, on perçoit bien l’incongruité de ces pratiques quasi-systématiques. Au contraire, voir la naissance comme un moment intime permet d’en rendre la force et la beauté.

Rigoureuse sur le plan scientifique et très renseignée sur le plan médical, M.H. Lahaye cherche avant tout à remettre les femmes au centre du processus de l’accouchement, quand trop souvent elles en sont dépossédées. Il reste encore beaucoup à faire pour que le silence autour des violences obstétricales cesse, et pour que l’ordre des gynécologues soit plus à l’écoute des femmes enceintes, premières concernées par la mise au monde des générations de demain.

Doriane (AL Var)


Article publié le 14 Juin 2019 sur Alternativelibertaire.org