Novembre 13, 2021
Par Union Communiste Libertaire (UCL)
190 visites


«  Celui qui a le contrôle du passé a le contrôle du futur  ». Un livre sur l’histoire ouvrière et sociale de Saint-Nazaire, cela ne se boude pas, tant les écrits mémoriels sont peu nombreux sur celle-ci  ! Même si l’on ne sera pas en accord avec l’intégralité du propos, la somme de renseignements exposés permet de mieux appréhender la période.

C’est le cinquième ouvrage de la série sur Saint-Nazaire, construite par l’association Association de recherches et d’études sur le mouvement ouvrier dans la région de Saint-Nazaire (Aremors), qui œuvre depuis 1980 à faire connaître l’histoire du mouvement ouvrier local. Le livre rend hommage à trois des membres fondateurs de l’association aujourd’hui disparus  : Pierre Mahé, Jean Aubin et Robert Gautier. Ses huit chapitres nous plongent dans le Saint-Nazaire ouvrier des années 1960. On parcourt les luttes sociales de 1963-64, avec ses importantes mobilisations ouvrières, le «  68  » nazairien et les discordances entre les groupes politiques, étudiant·es et ouvriers et ouvrières des différentes entreprises, les coopératives de la Basse-Loire. On découvre aussi les luttes pour la paix  : Saint Nazaire était un port où transitaient nombre de marchandises américaines, notamment militaires.

Les troisième et quatrième chapitres, consacrés aux luttes sociales des années 1960 et aux coopératives, prouvent l’existence d’un grand mouvement de solidarité et d’entraide des mouvements ouvrier, paysan et de l’ensemble de la population. Ici, la lecture communiste des événements est bien présente, à travers la critique implicite du mouvement du 22 mars et de la tendance anarcho-syndicaliste de la CGT-FO. La question du lien entre le mouvement ouvrier et le mouvement estudiantin, incontournable, reste toutefois posée. Tout comme celle des relations de pouvoir entre les différentes composantes politiques au sein du mouvement ouvrier nazairien.

Un livre intéressant, bien documenté, fruit d’un travail de compilations sur plusieurs années.

Dominique Sureau (UCL Angers)

  • Aremors, Saint-Nazaire, histoire ouvrière et mémoire populaire, Petit Pavé, 2021, 300 pages, 28 euros.



Source: Unioncommunistelibertaire.org