Huit véhicules appartenant à Enedis ont brûlé dans la nuit du lundi 10 au mardi 11 février, avenue de la Révolution, à Limoges. L’entreprise a estimé son préjudice à 400.000 €. Le courrier de revendications :

Limoges : Sabotage Enedis

Vous
tuez les petits zoiseaux et les circaètes jean le blanc

nous
on n’en veut pas de vos éoliennes industrielles big business ni des
mégatransformateurs ni des THT

Vous
détruisez les arbres, les forêts
Vous
détruisez le monde

nous
on veut pas du nucléaire
on ne veut pas de linky,
ni big data ni big brother

Nous
on veut une retraite dorée :
le SMIC à 10 briques, la retraite à 20 piges

Vous
nous parlez de transition écologique

nous
on vous répond sabotage
(de sabot : chaussure en bois… à l’usine, se dit des dégâts occasionnés à des
machines par des sabots)


Article publié le 13 Fév 2020 sur Nantes.indymedia.org