Septembre 28, 2021
Par Point De Ruptures
269 visites


Il y a deux jours, jeudi 23, La Voix du Nord se faisait l’écho dans un article d’une exclusion « énergique » de 17 jeunes et de leurs accompagnatrices du cinéma Kinépolis à Lomme (Lille) une semaine auparavant.

Ci-dessous, vous trouverez les témoignages de Farida et Fatima, les deux animatrices qui accompagnaient les jeunes en question.
Pour la petite histoire, le film dont les jeunes n’auront vu qu’une partie se nomme… « Bac Nord ».

Pour l’autre petite histoire, mercredi dernier, Lille recevait George Pau-Langevin, défenseure des droits, invitée par la procureure Carole Étienne pour traiter du problème des… discriminations.
On a déploré qu’une quantité infime de cas aboutissait à une condamnation. Puis on est allé poursuivre la discussion au restaurant.

Rappelez-moi déjà chez qui on dépose plainte ?

Pour vous mettre en bouche, quelques extraits des paroles prononcées à l’endroit des jeunes:

  • « tous contre le mur bande de cas soc’ »
  • « bande de merdes, bande de cas soc’, sales chiens, vous ne méritez que des baffes, on va vous péter vos jambes… »
    « petit puceau »
  • « regarde-moi bien, ne rigole pas, vous n’avez
    aucune éducation.. »
  • « il n’a que ce qu’il mérite et si ça continue je vais tous vous gazer donc ne me faites pas chier ».
  • « tu peux porter plainte si tu veux, vas-y portes plainte, tu crois vraiment que tu obtiendras quelque chose ».

« C.R. (compte-rendu)

Date des faits : 15/09/21 au cinéma Kinépolis Lomme

Farida et Fatima sont arrivées au cinéma vers 20h45 avec un groupe de 17 mineurs (7 filles, 10 garçons âgés entre 11 et 17 ans).
À l’arrivée, nous nous sommes dirigés vers les files d’attente. Lorsque notre tour arriva, nous sommes tombés sur deux vigiles qui ont la charge de vérifier les pass sanitaires. Tout de suite un vigile nous interpella : « Par contre, je vous préviens, vous allez canaliser vos jeunes si vous comptez rester ».

On dépasse ce vigile, lorsque le deuxième interpelle un de nos jeunes en lui disant : « toi je t’ai déjà vu quelque part ». Apparemment, il aurait déjà croisé ce jeune, qui serait venu avec ses amis et aurait été exclu du cinéma. Le jeune lui répond par l’affirmative quand le vigile lui répond :

« Ne t’inquiètes pas car tu ne vas pas tarder à dégager ! »

J’ai essayé de demander des explications en vain. Nous nous sommes donc dirigés vers la salle de cinéma. Nous avons briefé les jeunes avant de gagner nos places afin que tout se passe bien.

Le film commence, un vigile (le même qu’à l’entrée) se poste devant nous pour nous surveiller. Cinq minutes plus tard, il vient nous voir pour nous demander de façon assez agressive de nous taire.
Le film continue, 15 minutes plus tard, les deux vigiles que nous avons croisés à l’entrée arrivent et nous demandent de les suivre. Ne comprenant pas la situation, je demande des explications, le vigile me dit :

« Vous allez prendre votre groupe et dégager d’ici ! »

Le vigile se dirigea vers les jeunes pour leur demander de quitter la salle. Farida et moi-même leur demandâmes de rester assis car nous voulions des explications. Les vigiles nous ont expliqués qu’ils avaient reçu des plaintes. Je lui ai répondu :

« Mais comment avez-vous pu recevoir des plaintes étant donné que les gens sont assis en train de regarder le film et que personne n’a quitté la pièce. »

Un des vigiles me répondit qu’il connaissait un des jeunes qui était avec nous, qu’il avait l’habitude de le voir et qu’il savait comment ça se passait avec lui, qu’il allait « foutre le bordel » et qu’il
préférait donc que nous quittions la salle maintenant plutôt que cela dégénère.

Le vigile réitéra sa demande de quitter la salle et nous menaça d’appeler la police si nous persistions à rester. A 22h, Farida décide alors d’aller rencontrer la responsable du cinéma à l’accueil du cinéma. Un des vigiles suit Farida et demande à voir une responsable par talkie walkie.

Farida a rencontré la responsable du cinéma et lui explique que les vigiles nous demandent de quitter la salle sans réel motif. La responsable du cinéma indique que les vigiles sont intervenus trois fois auprès du groupe. Or, ils ne sont intervenus qu’une seule fois puisque la deuxième fois ils ont demandé de « dégager ». La responsable demande alors à un vigile de contrôler la salle afin de vérifier que tout se passe bien. Le vigile lui indique avec son talkie-walkie que les jeunes sont très calmes et qu’ils regardent le film. La responsable décide donc d’en rester là et m’invite à regagner la salle pour poursuivre la séance. A cet instant, trois policiers arrivent, la responsable explique aux policiers qu’il s’agit d’un malentendu et que le problème est résolu. Une trentaine de policiers arrivent alors.
L’un des policiers avertit alors un autre policier qui devait être son chef. Le chef a répondu :

« ah non, nous ne sommes pas venus pour rien , on va rentrer dans la salle et tous les dégager ».

Farida a immédiatement appelé sa collègue restée dans la salle avec les enfants pour lui demander de faire sortir immédiatement le groupe compte tenu de l’arrivée de la police. Au moment d’ouvrir la porte de sortie de la salle de cinéma, Fatima et les 17 jeunes sont immédiatement confrontés à une trentaine de policiers équipés de lampes torches. Un des policiers dit « ah toujours les mêmes ».
Un des policiers qui semblait être le chef ordonna à tout le monde en criant : « tous contre le mur bande de cas soc’ ». Les policiers poussent alors les jeunes et l’animatrice Fatima contre le mur avec brutalité.

Les jeunes se sont donc exécutés et se sont mis contre le mur. Et c’est là que la violence verbale des policiers commença.

Des insultes gratuites ont été lancées par le policier identifié comme le chef :

« bande de merdes, bande de cas soc’, sales chiens, vous ne méritez que des baffes, on va vous péter vos jambes… ».

Un de nos jeunes a même été traité de : « petit puceau ».

Les policiers ont demandé ensuite à tout le monde de présenter leur carte d’identité et à donner nom prénom date de naissance et adresse. Pendant tout ce laps de temps, les jeunes ont subi des provocations :

« regarde-moi bien, ne rigole pas, vous n’avez
aucune éducation.. »

Un des jeunes qui tenait ses pop-corn dans les mains , s’est vu se les faire retirer très violemment. Le policier récupéra sa boîte et la jeta devant lui.

Pendant que Farida appelait notre coordinateur, Fatima a essayé d’expliquer la situation aux policiers qui ont refusé d’écouter. 10 minutes plus tard, vers 23h, la police nous demanda alors de quitter les lieux. Les policiers nous évacuent ensuite évacuer par la sortie de secours. En chemin, une jeune s’est vue refuser l’accès aux toilettes et a été poussée vers la sortie sans modération. Les policiers se mirent en bloc et marchèrent derrière le groupe pour nous pousser vers l’extérieur. Le policier a refusé de laisser Fatima comptabiliser les enfants et dit qu’il faudra le faire dehors.

Une fois dehors, pour accéder à la grille , il fallait contourner une sorte de petit fossé d’environ 1 mètre ou plus. Sauf que les policiers poussèrent les jeunes qui pour certains tombèrent dedans. Heureusement pour eux, ils ne se sont pas blessés mais ils auraient pu facilement se tordre la cheville ou se faire très mal. Il faut savoir également que nous étions plongés dans le noir complet, qui m’obligea à utiliser la lampe torche de mon téléphone. Lorsque nous nous sommes rendus compte que le chemin pour accéder au métro était de l’autre côté, les policiers nous ont empêché de faire demi tour , il dit :

« vous n’avez pas intérêt à passer par là car sinon ça va mal se passer pour vous. Vous allez marcher et faire tout le tour ça va vous faire du bien, car apparemment vous avez de l’énergie à revendre. »

Par la suite, ils continuèrent à nous escorter sur plus de 100m, en continuant à injurier et à nous provoquer :

« je vais te casser les jambes si tu ne marches pas plus vite, bande de petits cons, si ça ne tenait qu’à moi je vous aurais pété la gueule, si tu n’avances pas plus vite je vais te gazer, vous n’avez pas intérêt à faire les malins ou à rigoler devant nous une fois partie parce que on va très vite vous rattraper et vous casser la gueule ».

À un moment donné, toujours pendant qu’ils marchaient juste derrière nous, le chef des policiers présent s’adresse à un de nos jeunes en le menaçant de le gazer s’il ne marchait pas encore plus vite. Nous étions déjà à une allure très rapide, Fatima demande au jeune de se mettre à côté d’elle quand tout à coup en se retournant, elle vit le policier gazer en plein visage le jeune en question.
Le jeune en question part aussitôt en courant et en se tenant le visage. Fatima interpelle le policier pour lui demander des explications qui lui répondit :

« il n’a que ce qu’il mérite et si ça continue je vais tous vous gazer donc ne me faites pas chier ».

Malgré tout ça, le jeune ne s’est même pas énervé , on lui demanda d’aller rejoindre le début de la file pour ne pas que ça recommence. Nous nous sommes mises avec Farida juste devant eux et derrière les jeunes afin de les protéger. Mais c’est vers nous que les provocations et les menaces ont continué. Une des policières remettait en question notre travail et notre encadrement. Je dis au policier que nous n’allions pas nous laisser faire. Il me répondit :

« tu peux porter plainte si tu veux, vas-y portes plainte, tu crois vraiment que tu obtiendras quelque chose ».

Une fois que nous étions arrivés au bout de la piste, les policiers ont regagné leur camion et en passant devant nous, ils nous insultèrent par la fenêtre de leur véhicule en disant :

« bande de bâtards, bande de cons »..

Il était 23h40 à peu près lorsque nous pris le métro. Les jeunes sont rentrés chez eux tous pour minuit.

»



on Twitter


on Facebook




Source: Pointderupture.noblogs.org