Août 6, 2021
Par Indymedia Lille
227 visites


Depuis 3 semaines, un nombre croissant de personnes manifeste contre la politique gouvernementale liĂ©e Ă  la crise sanitaire. Confinement, couvre-feu, et dĂ©sormais pass sanitaire, le mĂ©pris de ceux qui croient nous diriger est profond alors que la colĂšre monte, partout sur le territoire. À Lille, le nombre de rĂ©voltĂ©.e.s grandit chaque semaine. La manif du samedi 24 juillet s’est terminĂ©e en fanfare avec une heure de face Ă  face avec les forces de l’ordre sur la place de la RĂ©publique, puis 2 manifestations spontanĂ©es pendant 1h30 dans le Vieux-Lille (9 interpellations au total). Le 31 juillet, un millier de personnes rejoignent les rangs pour remplir les rues de Lille, dans une ambiance un peu plus calme, mais toujours dĂ©terminĂ©e Ă  faire plier le gouvernement et le Conseil constitutionnel qui doit valider le projet de loi sur le pass sanitaire le 5 aoĂ»t. RĂ©cit de manif.

♩ Puissant et dĂ©terminĂ© ♩

DĂ©but Ă  RĂ©publique, place occupĂ©e depuis midi, et la foule ne cesse de grandir, jusqu’à aprĂšs le dĂ©part de la manifestation rue Inkermann. Parmi les rĂ©voltĂ©.e.s : beaucoup de soignant.e.s, beaucoup de personnes qui manifestent pour la premiĂšre fois ces derniĂšres semaines. On reconnaĂźt des Gilets jaunes, avec ou sans leur bandes rĂ©flĂ©chissantes, qui participeront Ă  donner Ă  cette manif une ambiance comme en dĂ©but 2019 Ă  Lille. Si la tĂȘte de cortĂšge est menĂ©e par des habituĂ©es des manifs de ces trois derniĂšres annĂ©es, l’arriĂšre est plutĂŽt plein de gens nouveaux.

La manif s’étale sur plus de 500 mĂštres, rassemblant Ă  son pic entre 4000 et 5000 personnes. Parcours : RĂ©publique, SĂ©bastopol, rue SolfĂ©rino, rue Nationale, rue Colbert, place du marchĂ©, rue de LittrĂ©, rue des Postes, RĂ©publique.

La police Ă©tait relativement bien Ă©quipĂ©e, sans ĂȘtre en surnombre comme dans les derniers actes (notoires) des Gilets Jaunes en 2019. PostĂ©e Ă  plusieurs coins de rue, elle tente d’empĂȘcher les sorties du parcours, lorsque ça n’est pas fait par quelques personnes de la manif qui tiennent des panneaux avec des flĂšches*. Les zones de tension sont : le croisement rue Nationale / rue SolfĂ© ; rue Nationale / rue Colbert ; rue des Postes / rue de LittrĂ©… Il n’est pas rare que des baqueux Ă  moitiĂ© en civil observent le cortĂšge d’un regard malveillant (en jean, avec la veste d’uniforme et un casque, ou juste le casque et une matraque tĂ©lescopique).

Ils ont rĂ©primĂ© par les gaz, deux fois, des tentatives de sortie du parcours au croisement rue Colbert / rue Nationale. Entre les deux salves de lacrymos, la foule scande “on est lĂ , on est lĂ  mĂȘme si Macron ne le veut pas nous on est là” : slogan qui s’étale sur les 500m de manif comme un souffle. Quelques interpellations ont lieu pendant la deuxiĂšme salve qui disperse encore plus les manifestant.e.s dans les rues adjacentes.

♩ La police n’est pas avec nous ♩

Parmi les slogans les plus scandĂ©s, il y avait “Le pass sanitaire, on n’en veut pas” et “LibertĂ©â€. Les marseillaises, comme au dĂ©but du mouvement des Gilets Jaunes semblaient dĂ©jĂ  plus rares que les semaines prĂ©cĂ©dentes. Les rares personnes qui tentent des “la police avec nous” sont arrĂȘtĂ©s quand d’autres leur rappellent ou apprennent l’existence des violences policiĂšres sur des manifestants (Ă©borgnĂ©.e.s, mutilĂ©.e.s
).

De retour Ă  RĂ©publique, il y a eu un long arrĂȘt devant les flics Ă  RĂ©publique, qui Ă©taient bizarrement installĂ©s (un peu plus en retrait que d’habitude, comme s’ils s’étaient installĂ©s Ă  la hĂąte). Une marseillaise (bon) mais aussi un “Macron assassin” assez puissant. La foule reste sur place pendant plusieurs dizaines de minutes et finit par se vider lentement.

La semaine derniĂšre il y a eu 2 manifs sauvages pendant 1h30 sur la Grand-Place. Cette semaine, les flics ont anticipĂ© et empĂȘchaient juste les gens de passer vers la rue de BĂ©thune : ils devaient faire le tour vers la rue Jean Sans Peur pour avoir un contrĂŽle par de surarmĂ©s (BAC cagoulĂ©e).

Sur la Grand-Place, prĂšs d’une centaine de personnes se sont retrouvĂ©es. Une personne lance “le pass sanitaire”, et tout le monde, dispersĂ© sur la place, reprend en coeur “on n’en veut pas”, ce qui a surpris plus d’un.e passant.e. Cinq camions arrivent devant l’OpĂ©ra et trois rue Nationale, deux unitĂ©s de policiers en sortent sans comprendre exactement ce qu’il se passe parce que les gens restent discret.e.s parmi la foule. AprĂšs quelques minutes, les condĂ©s repartent sous les huĂ©es.

♩ La palette des couleurs ♩

CĂŽtĂ© “fachos”, on relĂšve une tendance Ă  la discrĂ©tion. On voit quelques cathos (la chemise sous le pull ne trompe pas). Quelques groupes Ă©tranges un peu trop rasĂ©s derriĂšre les oreilles. Des gens qui tiennent des pancartes “Sauvons nos enfants” et quand on leur demande de quoi, il s’agit du vaccin (pas vraiment du covid ou du capitalisme). Plusieurs personnes se revendiquent de RĂ©infoCovid, un site aux tendances complotistes dont les liens avec la droite extrĂȘme n’est plus Ă  prouver et qui se prĂ©sente comme un mouvement pour la vie**. Aussi, un homme distribue un petit papier qui fait de la pub pour Fabrice Di Vizio, avocat en santĂ© qui dĂ©fend notamment le Professeur Raoult dans le cadre de sa poursuite par l’Ordre des MĂ©decins. Di Vizio propose de payer 2€ pour porter plainte contre Castex & VĂ©ran ou faire un recours contre l’obligation vaccinale et le pass sanitaire
 Allons bon. Au moins, on ne voit plus d’étoiles jaunes ou de rĂ©fĂ©rences Ă  Auschwitz. Comme quoi, quand on explique, ça passe. Mais il reste du boulot !

Du cĂŽtĂ© des forces rouges et noires, s’il y a beaucoup d’individus autonomes, il n’y a pas l’ombre d’un syndicat ou d’une organisation militante. Quelques textes ou journaux sont diffusĂ©s, encore rares cependant. Mais les gens sont trĂšs preneur.se.s de choses Ă  lire, donc avis aux plumes de la rue.

Une banderole : « Non Ă  la sociĂ©tĂ© de contrĂŽle, oui Ă  la solidaritĂ© et aux droits sociaux Â»

___

Au premier jour de mobilisation nationale (17 juillet), les autoritĂ©s – qui sont souvent bien loin du compte – relevaient 115.000 manifestant.e.s. La semaine suivante, on montait Ă  160.000. Le 31 juillet, c’était 205.000 dĂ©clarĂ©s par les seules PrĂ©fectures. Cette augmentation estivale est surprenante comparĂ©e Ă  d’autres mouvements comme les Gilets Jaunes. Elle illustre une nouvelle fois (aprĂšs les mouvements contre les rĂ©formes du travail et des retraites et les Gilets Jaunes) le rejet populaire des politiques menĂ©es depuis des annĂ©es. Les prochains rendez-vous sont donnĂ©s, Ă  partir du 7 aoĂ»t, et les samedis suivants. Soyons-y, plus nombreux.ses que jamais, dĂ©terminĂ©.e.s.

À l’heure oĂč nous publions ces lignes, le Conseil Constitutionnel a rendu sa dĂ©cision : il valide l’ensemble des dispositions sanitaires proposĂ©es par le gouvernement (pass sanitaire) sauf l’obligation de se confiner quand on est testĂ© positif au virus ou la rupture de CDD pour les travailleur.se.s concernĂ©.e.s qui refusent de se faire vacciner.

___

* D’autres personnes qui ne veulent pas se faire dicter oĂč ils doivent aller s’énervent de ce parcours flechĂ©, et sont prĂȘts Ă  frapper les gens qui tiennent les panneaux pour ça.

** Lire “Louis FouchĂ©, gourou d’une pĂ©piniĂšre d’extrĂȘme droite”, Lundi Matin, juin 2021 ; et “Lettre Ă  propos de RĂ©infoCovid”, RĂ©seau Mutu / Marseille Infos Autonomes, mai 2021

ComplĂ©ments :

‱ “À ceux qui doutent encore”, Rennes DTR, 3 aoĂ»t 2021 [FACEBOOK]

‱ Compte-rendu de la manifestation sur le site Anti-K (organe du NPA), aoĂ»t 2021

‱ “Manifestations contre le pass sanitaire : pour un Ă©largissement vers des revendications plus sociales”, Bourrasque Info, 3 aoĂ»t 2021

‱ RĂ©cits de manifs de Dijon, Saint-Étienne, Nantes [FACEBOOK], Lyon… Le 24 juillet, il y avait plus de 10.000 Ă  Vannes. Pour plus d’infos sur des rĂ©cits de manifs, nous conseillons les articles du RĂ©seau Mutu.

___

Quelques images de la manifestation du samedi 24 juillet 2021 Ă  Lille :



Croisement Nationale / Solférino.



Une des nombreuses pancartes arborées dans la manif.



Les flics utilisent de la lacrymo et chargent Ă  RĂ©publique. La personne dans l’arrĂȘt de bus est blessĂ©e.





Source: Lille.indymedia.org