Novembre 30, 2020
Par Lundi matin
289 visites


Nous avons battu le pavé contre la loi liberticide dite de sécurité globale. Ce samedi de manifestation, qui était aussi celui de la réouverture des commerces, s’est déroulé dans la capitale des Gaules sous un soleil radieux !

Désolé : on s’abaisse au même niveau de poncifs que le communiqué dont on va discuter.

Nous avons manifesté donc, et constaté, avec joie, que l’inattendu mouvement contre une loi sécuritaire prenait de l’ampleur. C’est rare. Et c’est rare de se dire que la rue pourrait, si ce n’est gagner, au moins arracher enfin un bout d’honneur perdu.

“Rentrer” de manif aujourd’hui c’est souvent rentrer dans un autre espace-temps, celui des réseaux sociaux et leurs folies post-manifestation. Cette fois, en plus des stratégies de com’ gouvernementales et de la tentative d’exister d’une extrême-droite plutôt aphone ces derniers jours, il y avait quelques autres raisons d’être dégouté. On pourrait parler de tel « photographe de terrain », qui sans une once de recul critique ou d’intelligence, met sur le même plan « casseurs » et BRAV parce que tous deux l’empêcheraient de filmer. Ou de l’ancien journaliste du JDD et créateur de Loopsider, qui tombe dans le piège pourtant grossier tendu par un syndicat de police visant à mettre sur le même plan les bastons entre CRS et manifestants et le tabassage de Michel Zecler. Surtout, il y eut, posté par David Dufresne sur Twitter, le “communiqué des organisateurs”.

Ce fameux communiqué [1] publié par la coordination [2] évoque notamment la manifestation où nous étions : celle de Lyon, pour en dénoncer “fermement”, les “violences”.

Revenant de manifester, d’avoir inhalé notre dose de gaz, comme on en a l’habitude à Lyon depuis au moins 4 ans (d’ailleurs n’était-ce pas aussi contre ça que l’on était dans la rue ?), quelle joie de nous voir ainsi condamnés “fermement” (par extension). Naïvement, puisque ce sont nos corps, nos voix, que l’on avait mis en mouvement ce samedi, on pensait que c’était un peu notre manif. Des proprios se ramènent avec un acte notarié : ils condamnent .

VIOLENCE

La coordination condamne… « les violences. »

On comprend, on fait le parallèle avec les dépêches habituelles de fin de manif’. La coordination est composée notamment de journalistes. Ce doit être un truc appris à l’école, l’usage de ce mot-magique, ce fourre-tout : la « violence ». On ne sait pas exactement ce que dénonce la coordination. Au mieux on comprend qu’elle est du côté du « bien ». Pour le reste on va essayer, ensemble, de deviner.

Pour cela il faut d’abord savoir qui parle, et à qui on parle : on va exclure que ce soit un « bot » produisant des discours automatiques de « dénonciation des violences ». On pensera plutôt à ceux qui ont incarné le collectif jusqu’à présent, notamment devant les micros, sur les réseaux sociaux ou dans les salons ministériels : Taha Bouhafs, Arié Alimi, David Dufresne. Ça tombe assez bien parce qu’on se dit que la « violence » en manifestation c’est un sujet qu’ils connaissent, et avec de la chance maîtrisent un peu.

Revenons donc à cette grande valise, la « violence ». La valise accueille au choix : dégradations, bagarres, coups portés par la police, ou coups portés à la police. On peut rajouter un cinquième choix : mettre tout dans le même panier, secouer.

Ecartons les bagarres (il n’y en a pas eu ici). Et les violences policières (ce serait convenu, c’est votre travail quotidien). Vous pourriez parler de dégradations. En l’occurence à Lyon des tags, nombreux et drôles, et des poubelles brûlées. Dans le même temps, David Dufresne postait sur son fil Twitter une photo de graffiti (auto-promotionnelle, certes). Quant à Taha Bouhafs il semblait sourire, il y a quelques années, quand l’auvent du Fouquet’s prenait feu [3] Ce n’est certainement pas là que se situe le problème. Next.

Restent donc les « violences contre personnes dépositaires de l’autorité publique » (voyez, on essaye de parler alternativement le langage de vos composantes, journalistiques et avocates). C’est donc ça que vous condamnez, ou bien vous amalgamez tout, ce qui revient à la même chose.

Eh bien vous voir dénoncer avec empressement des “violences” contre la police, c’est proprement indécent.

CONTEXTE

Ici, à Lyon, comme pour chaque manifestation depuis le milieu du mouvement des Gilets Jaunes la préfecture avait pris un arrêté interdisant de défiler sur la Presqu’île (le centre-ville). Exception faite de la place Bellecour, qui est l’endroit de dispersion privilégié par le préfet. La police en a un usage qui a été bien documenté à partir de 2010. Résumons pour vous éviter de faire des recherches (à supposer que vous n’ayez pas perdu les réflexes élémentaires de votre formation depuis que vous êtes de la “coordination”) : c’est ici qu’a été expérimentée la première nasse, ou l’encagement. Ajoutons que c’est aussi sur cette place qu’a été inauguré l’usage en manifestation du LBD 40. C’était en 2007, avec pour conséquence un testicule explosé.

La manifestation devait se dérouler loin des badauds, de l’autre côté du Rhône sur un quai plutôt dédié à la circulation automobile. C’est le nouveau « classique » : la police peut à loisir y faire un usage disproportionné de lacrymogènes, sans subir l’ire des commerçants. Désolé, c’est un peu long cette mise en contexte… Cliquer sur le bouton « condamner les violences » demande moins d’efforts.

Sauf que voyez-vous ce contexte nous importe. Pour la simple et bonne raison que nous le vivons, ce contexte, manif après manif’ : l’invisibilisation, l’affrontement, les coups. Donc quand une énième charge absurde de policiers tout aussi absurdes se fait rembarrer par des jeunes gens un peu audacieux, eh bien désolé mais on n’a pas trop envie de condamner. Idem quand une partie de la manifestation essaye de ne pas se faire enfermer à Bellecour, une fois de plus. Parce que Bellecour, et ça David Dufresne le sait puisqu’il l’a documenté, Bellecour la dernière fois quelqu’un y a perdu la moitié de ses dents. Donc vos communiqués de condamnations… non avant de conclure, on va continuer un peu.

PRISE D’OTAGE

Après avoir condamné les violences de notre manifestation, donc, vous nous expliquez pourquoi. C’est bien aimable.

Nous ne pouvons accepter qu’une poignée de personnes impose par la force leur stratégie de contestation à des centaines de milliers d’autres manifestants pacifiques.

Est-ce là aussi une déformation professionnelle ? Un membre de la coordination a t-il l’habitude de couvrir les grèves dans les transports ? C’est le fameux coup de « la prise d’otage » ! [4] Éculé. Démonté. A chaque fois. Le continuum violence, prise d’otage ; casseurs = terroristes. C’est grossier, surtout quand il y a des avocats dans votre coordination.

Car oui, ça Arié Alimi le sait, quand même : samedi, des gens, comme à chaque manifestation désormais, ont été arrêtés. Et Arié Alimi le sait, des personnes violentées par le maintien de l’ordre seront automatiquement transformées en agresseurs. Si un policier t’a tapé, c’est que tu es un violent. C’est-à-dire ceux-là même que vous condamnez… Et ça c’est honteux.

LYNCHAGE

Enfin, on va quand même se permettre de parler de la suite du communiqué, même s’il n’y est plus question de nous-autres lyonnais. Après avoir condamné les violences, vous dites, à propos d’une vidéo qui tourne sur les réseaux sociaux (principalement relayée par la droite et l’extrême-droite depuis qu’elle a été supprimée par son auteur) :

La coordination StopLoiSecuriteGlobale dénonce également avec la plus grande fermeté des violences contre des policiers sur la place de la Bastille

Ok Google ! “Condamne avec la plus grande fermeté”

“Collomb “condamne avec la plus grande fermeté” les violences urbaines à Nantes.”

“Violences du 1er-Mai. Macron condamne “avec la plus grande fermeté” “

Collomb encore : “Je condamne avec la plus grande fermeté les actes auxquels s’est livré M. #Benalla le 1er Mai dernier”

Là vous voyez, MM. Dufresne, Bouhafs, Alimi, et toute la coordination : quand on voit que vous réagissez à chaud à propos d’une vidéo de trente secondes, on pense au mouvement des GJs. On pense à la vidéo des motards sur les Champs-Elysées. On se souvient qu’un journal de centre-gauche déjà à l’époque avait joué le jeu des « Gilets jaunes tueurs de flics. » Et on avait cru comprendre que ce que montrait Dufresne, et avant lui un journaliste de Libération (désolé nous avons oublié son nom), c’est que derrière le prétendu lynchage (le terme était déjà employé à l’époque et les policiers avaient pu bénéficier de 45 jours d’ITT pour choc psychologique) il y avait la nouvelle doctrine du maintien de l’ordre.

Aller au contact.

Percuter.

Concernant les événements parisiens, qu’on ne va pas commenter plus longtemps : d’autres vidéos, d’autres témoignages montrent qu’à nouveau les forces de maintien de l’ordre ont été engagées dans une logique de prise d’initiative (faire des percées).

Pourtant, selon vous, il faudrait condamner ceux sur qui on applique cette statégie expérimentale de maintien de l’ordre ?

ABJECTION

Tous ceux qui se soucient un peu de la question, ou qui l’ont vécu dans leur chair, comprennent ce qu’il y a derrière une telle vidéo : la vérité du maintien de l’ordre.

Ceux qui ne le comprennent pas, comme vous quand vous « condamnez fermement », le font sciemment. Ils le font dans un but de communication politique.

Regardez Julien Bayou. L’un de vos soutiens.

L’ancien squatteur hurle sur Twitter : « Images horribles de lynchage ». Il faut relire, encore.

Il convoque l’horreur. Il convoque la justice expéditive, le KKK.

Bravo !

Bravo…

Pour quoi ? Pour gratter quelques centièmes de points de sondages. Pour se positionner, dans la fumeuse « recomposition de la gauche ». Qui se fait donc sur le dos de ceux qui manifestent, qui se font taper, qui se font gazer.

Et si Bayou dit ça, à propos d’un CRS en armure, casque, plastron, visière pare-balles, bouclier, entouré de ses collègues armés de matraques, grenades de désencerclement, LBD. Que dit-il alors à propos de M. Zecler, et de tous les M. Zecler que l’on ne connaîtra jamais ? Il parle, dans le même tweet, de « violence policière impunie qui abîme la confiance de la population ». Pour lui, pour Bayou : d’un côté les manifestants abîment des hommes ; de l’autre la police abîme la confiance.

C’est ce genre de discours abject que vous soutenez en vous enfonçant vous aussi dans la condamnation automatique.

Chers coordinateurs on ne va pas vous demander de vous mettre à notre place. On ne va même pas vous demander d’être compréhensifs. Simplement excusez-vous. Et puis quittez le terrain de la communication politique. Parce qu’il pue, et que vous vous mettez à puer vous même. Parce qu’ils font mal ces mots, à ceux et celles qui, malgré tout, ne sont pas résignés.

POST-SCRIPTUM

Il semble que la coordination ait son agenda politique, mais que la loi tombe, ou non, il y aura une suite. Certains qui étaient là avant et d’autres qui se seront politisés contre la sécurité globale reviendront dans la rue. À ce petit monde : ne tombons pas dans ces pièges. Ne soyons pas les pions de manoeuvres politiques d’une gauche qui était encore au gouvernement il y a peu (et qui frappait fort), ni de ceux qui veulent prendre sa place.

Des proches rétorquerons que certains actes ne sont plus pertinents. Qu’ils nous paralysent ou nous desservent. Certainement que bloquer un cortège en brûlant trois détritus cela manque d’ambition. Tout comme vouloir faire une victoire éclatante d’une manifestation reléguée (quand il y a si peu de temps les GJs défilaient rue de la République). Ou voir une grande bouffée de liberté dans une nasse géante à peine mobile. Là il y a peut être une question : comment retrouver une intelligence collective pour sortir de ce que le maintien de l’ordre a fait de nos manifestations ?

Ce n’est possible qu’en acceptant comme préalable qu’un mouvement est pluriel. C’est-à-dire qu’il est fait non seulement de gens divers, mais aussi d’échecs, d’erreurs, de paris ratés, de gestes maladroits, de gens bêtes, d’ennemis. En 2016, ils « ont fait » avec Necker. En 2018, ils ont « fait avec » leurs erreurs.

Parfois en s’excusant, mais sans jamais condamner.

Nous avons besoin de stratégies.

Pas de parodies de juges.




Source: Lundi.am