Le 17 juin 2017 à Marseille, le Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires se fera fort des paroles de son président d’honneur Georges Ibrahim Abdallah :

« C’est ensemble et qu’ensemble que nous vaincrons ».

Ensemble pour la Justice, ensemble pour l’Egalité…Pour une lutte faite d’aspirations sociales : De l’emploi à l’éducation en passant par la santé et le logement autant de revendications qui échappent au contrôle frontalier et au cloisonnement qui nous est imposé. Nous porterons haut et fort dans une dynamique de solidarité internationale le vœu de tous les peuples aspirant à vivre libres, à vivre dignement.

Le 17 juin 2017 à la mémoire de Lamine Dieng nous porterons tel un étendard les portraits des victimes de crimes policiers :
- Le 17 juin 2007, Lamine DIENG, 25 ans, mourait dans un fourgon de Police à Paris. Depuis, sa famille entourée d’ami-e-s au sein du collectif « Vies Volées » se battent pour faire éclater la vérité et faire condamner les coupables : 10 ANS DEJA !
- Le 9 juin 2009, à Argenteuil, Ali ZIRI, 69 ans, est l’objet d’un contrôle de police. Il succombe deux jours après des suites de graves sévices subis à l’intérieur du commissariat. Le collectif « Vérité et Justice pour Ali Ziri » mène un combat acharné. De non lieu à non lieu, l’affaire est portée aujourd’hui devant la cour Européenne des Droits de l ‘Homme.
- Le 1er avril 2014 à Marseille Morad Touat ,16 ans, trouve la mort suite à une interpellation policière, jusqu’ à ce jour la famille réclame la vérité sur les conditions de sa mort.
- Le 19 juillet 2016 à Beaumont sur Oise, Adama Traoré, 25 ans, meurt suite à son interpellation par des élément de la brigade de la gendarmerie de la ville. La famille et la quasi totalité des quartiers populaires de cette ville sont mobilisés pour faire éclater la vérité. La famille subit des intimidations et des représailles sans précédent. Bagui Traoré, frère d’Adama, figure de la lutte et principal témoin de la mort de son frère est aujourd’hui en prison. Son incarcération est un acte de répression politique. Bagui est un prisonnier politique.

Le 17 juin 2017 nous exigerons la libération des prisonniers de la « dé »raison d’État.

Georges Ibrahim Abdallah est à ce jour le plus vieux prisonnier politique en France : 33 ans de prison, 33 ans de résistance. Communiste arabe militant de la cause palestinienne, tout au long de sa détention, il a fait l’objet d’un traitement d’exception visant à la criminalisation de tout ce qui a trait à la lutte. Libérable dpuis déjà 1999, le gouvernement français abdiquant devant Les USA et Israël, s’oppose à sa libération..

A l’international, liberté pour tous les prisonniers politiques partout où l’on enchaine les luttes populaires : Palestine, Maroc, Turquie, USA…

Chants de lutte et d’espoir, prise de parole, échanges, … rythmeront cette rencontre.

Fuiqp13 chez riseup.net

Source: http://www.millebabords.org/spip.php?article30807 -