Miguel Peralta est un compañero mazatèque originaire de la communauté d’Eloxochitlán de Flores Magón, Oaxaca. Durant plusieurs années, il a accompagné son village en tant que membre de l’Assemblée communautaire, principal organe de décision collective de la communauté.



À partir de 2010, les despotes locaux dirigés par la famille Zepeda ont tenté par la force, la répression et la prison d’imposer les partis politiques, leurs formes et leurs méthodes afin de décrocher des postes au gouvernement et d’accroître leurs bénéfices économiques, ce qui a provoqué un conflit extrêmement fort à l’intérieur de la communauté.

Depuis le 30 avril 2015, Miguel se retrouve emprisonné dans la prison de Cuicatlán, Oaxaca. Lui ainsi que sept autres personnes et plus d’une vingtaine d’autres toujours recherchées sont accusés de la mort d’une personne durant une attaque perpétrée en décembre 2014 par ces mêmes despotes, les Zepeda, le jour où l’Assemblée communautaire se trouvait réunie afin d’élire une des autorités traditionnelles du village.

Le 26 octobre 2018, Miguel a été condamné à 50 ans de prison sous les accusations de tentative d’homicide qualifié et d’homicide qualifié, accusations couramment utilisées contre les activistes.

Le 12 septembre 2019, Miguel sera présenté devant le tribunal mixte de première instance de Huautla de Jiménez, Oaxaca, à midi, pour une nouvelle audience finale. Cela survient presque un an après sa première « audience finale » durant laquelle le tribunal lui a nié le droit de pouvoir assister à son jugement du fait de la non-réalisation par un des secrétariats de justice d’Oaxaca des documents nécessaires à son transfert au tribunal, dans une ambiance marquée par la campagne de dénigrement exercée contre Miguel par Elisa Zepeda (actuelle maire d’Eloxochitlan et désormais députée fédérale), alors que la communauté, la famille et les compas de Miguel étaient devant le tribunal, exigeant sa présence à son jugement et, le plus important, sa libération.



Malgré la douleur et à la rage provoquée par la sentence de 50 ans qui lui a été notifiée, nous sommes là, à nouveau. Une décision récente dictée par un magistrat du tribunal supérieur de justice de l’État d’Oaxaca a décidé, sans entrer dans le fond de l’affaire, que du fait de l’absence de Miguel lors de l’audience finale de son jugement, la sentence de 50 ans était annulée et que l’audience finale de son procès devait être réeffectuée au tribunal mixte de première instance de Huautla de Jiménez, Oaxaca. C’est cela, le niveau d’injustice auquel nous sommes confrontés.

Nous sommes réalistes sur le fait que cette décision n’est qu’une nouvelle tactique pour retarder encore un peu plus les démarches juridiques de Miguel et le maintenir privé de sa liberté. Nous savons très bien qui se trouve derrière tout cela : la famille Zepeda et la machine des partis politiques qui siègent au congrès d’Oaxaca, qui exhibent leur force politique afin de s’assurer que les juges prennent des décisions en leur faveur et contre Miguel et ses compas.

Nous pensons que le moment approche où la farce politique mise en œuvre par Elisa Zepeda Lagunas s’effondrera. On arrive à un point où il devient de plus en plus coûteux politiquement de défendre les mensonges d’Elisa Zepeda et de sa famille, et où il deviendra insoutenable pour le pouvoir judiciaire de maintenir Miguel enfermé par le biais de décisions qui sont clairement et absolument corrompues.

Dans ce contexte, nous souhaitons mettre en avant que le juge actuel du tribunal mixte de première instance de Huautla de Jiménez, Oaxaca n’est pas le même que celui qui a notifié la première sentence de 50 ans de prison, et qu’il détient la responsabilité légale d’étudier le dossier de manière adéquate et de notifier une nouvelle sentence à Miguel. Cette nouvelle sentence ne sera pas prononcée le jour de l’audience finale, mais dans les semaines suivantes. Si le dossier est étudié correctement et que le tribunal applique pour le moins ses propres règles dans cette décision, Miguel devrait être libéré.



Nous lançons donc un appel à vous, compañerxs, pour que vous restiez attentifs au déroulement de l’audience finale de Miguel ce 12 septembre prochain, ainsi qu’à la sentence qui sera rendue publique quelque temps après.

Nous invitons les personnes qui se sentent solidaires de cette lutte contre l’État carcéral à organiser des actions/évènements/déclarations de solidarité afin d’exiger la liberté immédiate de Miguel Peralta dès maintenant, le jour de l’audience finale, et ensuite, jusqu’à ce que soit dictée la sentence de libération.

Liberté pour Miguel Peralta !

Libertad pour tou·te·s les prisonnier·ère·s !

Groupe solidaire pour la libération de Miguel Peralta

Plus d’information en français sur le site du CSPCL




Article publié le 09 Sep 2019 sur Paris-luttes.info