Juin 12, 2016
Par CGA Région Parisienne
262 visites


dsds

Le 26 mai après la manifestation contre la loi travail et son monde, une féministe a été violemment arrêtée à Paris. Elle est aujourd’hui détenue provisoirement et accusée d’avoir participé à l’incendie de la voiture de police, le 18 mai. Mais la violence de l’Etat ne s’arrête pas là. Femme trans, elle est détenue dans les quartiers hommes. La transphobie d’Etat la prive de tout droits y compris celui de prendre son traitement hormonal. Cette triple peine est inacceptable.
Nous, anarchaféministes de la CGA , du Front de lutte antipatriarcal, lui apportons tout notre soutien, aux camarades féministes de Rennes emprisonnées, ainsi qu’à tou-tes les incarcéré-es pendant le mouvement contre la loi travail.
Nous dénonçons la criminalisation des manifestant-es et la répression qui tente d’écraser tou-tes les personnes qui luttent.
Nous dénonçons le système patriarcal et l’Etat patriarcal qui interdisent aux personnes de vivre leur identité telle qu’elles le souhaitent et la liberté de tou-te-s de disposer de leurs corps.

Ne la laissons pas isolée ! Nous appelons à la soutenir par tous les moyens.

Le 10 juin,
Les anarchaféministes du front antipatriarcal de la CGA

Libération de la manifestante arrêtée le 26 mai et de tou-tes les prisonnier-es du mouvement social



Source: