Le Progrès / lundi 12 octobre 2020

Depuis vendredi, midi, un détenu, incarcéré à la maison d’arrêt de la Talaudière, est en cavale. Il a profité d’une sortie pédagogique à dos d’âne autour de l’étang de Vidrieux dans la commune de Lézigneux, pour se faire la belle.

Le prisonnier, qui faisait partie d’un groupe de cinq détenus, escortés par autant de surveillants pénitentiaires, a prétexté une envie pressante pour prendre la poudre d’escampette. Très vite l’alerte a été donnée.

À grand renfort de brigades, du Peloton de surveillance et d’intervention de la Gendarmerie (Psig), de la cynophile et d’un hélicoptère qui a tourné plusieurs heures au-dessus du secteur, la gendarmerie a tenté d’appréhender l’individu avant la nuit.

Les recherches se sont poursuivies durant tout le week-end et ce lundi, mais l’individu, condamné à 10 mois de prison pour une affaire d’atteinte aux biens et libérable en mars 2021, reste toujours introuvable.

Pas considéré comme dangereux et pas armé au moment où il a faussé compagnie aux surveillants, le prisonnier encourt trois ans de prison pour s’être évadé.


Article publié le 13 Oct 2020 sur Attaque.noblogs.org