Depuis  le  dĂ©confinement,  on  assiste  Ă   une montĂ©e  en  puissance  des  actes  et  des  paroles  Ă  caractĂšre raciste et xĂ©nophobe.

Les insultes publiques et les appels à la haine sont de plus en plus relayé(e)s par des soi-disant hommes ou femmes politiques, des journaux de droite réactionnaire et autre fachosphÚre.

Surfant sur la crise Ă©conomique annoncĂ©e et les incertitudes qui en dĂ©coulent, ces «personnalitĂ©s» d’extrĂȘme-droite attisent les braises de la peur, du rejet et de la haine.

La fĂ©dĂ©ration SUD-Rail, engagĂ©e depuis toujours dans la lutte contre l’extrĂȘme-droite sous toutes ses formes, ne peut que condamner les menaces et propos abjects qui ont visĂ© ces derniers jours Anasse Kazib, adhĂ©rent de notre organisation syndicale, ou encore Daniele Obono, dĂ©putĂ© France insoumise de Paris.

Ces agressions publiques et appels aux meurtres età la haine sont inqualifiables, il est nécessaire que le parquet de Paris se saisisse de ces faits.

Pour  la  fĂ©dĂ©ration  SUD-Rail, nous n’aurons pas attendu que les masques du  Rassemblement National  ou  d’une  certaine  presse tombent pour confirmer  notre  refus de  dĂ©battre avec  des reprĂ©sentants du Rassemblement National.

Durant ces derniĂšres annĂ©es, la grĂšve contre la rĂ©forme ferroviaire de 2018 et le conflit des retraites de 2020 ont mĂ©diatisĂ©  les mobilisations sociales des travailleurs  du rail. Il nous  aura Ă©tĂ©  facile,  tant  les  exemples  sont  nombreux, de  mesurer  la dĂ©magogie  des  positions  du  RN  sur  les  sujets  du  ferroviaire comme  sur  l’ensemble  des revendications salariales.

Pour la fĂ©dĂ©ration SUD-Rail, il est temps de punir les auteurs d’actes racistes, xĂ©nophobes… et de stopper la visibilitĂ© de l’extrĂȘme-droite qui se sert de tous ces relais mĂ©diatiques pour vĂ©hiculer sa haine.

image


Article publié le 04 Sep 2020 sur Visa-isa.org