Avril 29, 2016
Par Mille Babords
3 visites


organisé par France Amérique Latine FAL Martigues et Alternatiba Martigues

À l’occasion de la publication de son livre Extractivisme. Exploitation industrielle de la nature : logiques, conséquences, résistances (Le Passager clandestin).

Le terme « extractivisme » nous vient de l’Amérique hispanophone. Il désigne l’intensification des activités d’exploitation de la nature et leur place centrale dans les économies exportatrices de matières premières. Il définit aussi l’une des caractéristiques essentielles du système dominant, qui ne peut assurer sa pérennité et sa reproduction sans l’extraction continue des « ressources naturelles », afin de garantir une base matérielle à nos sociétés de consommation.

Cette exploitation à grande échelle s’accélère de façon exponentielle dans les pays du Sud, enfermés dans ce rôle depuis l’époque des colonies et se développe partout. Pour fournir à nos industries plus de 70 milliards de tonnes de “ressources naturelles” par an, les frontières extractives avancent.

Anna Bednik en expose les conséquences à travers des exemples latino-américains mais également français, et pose les bases d’une analyse globale de ce phénomène. S’intéressant aux bouleversements et à l’éradication de modes de vie et de cultures humaines qu’il implique, elle nous amène à la rencontre de celles et ceux qui résistent et nous invite à réfléchir sur la croissance économique, les fausses solutions, la défense des “espaces pour être”, les options alternatives pour vivre sur la Terre.

Anna Bednik est journaliste indépendante ; plusieurs de ses articles ont été publiés dans Le Monde diplomatique, Entropia, Mouvements et des ouvrages collectifs. Elle est membre de France Amérique Latine et engagée dans divers réseaux anti-extractivistes (collectif Aldeah, collectifs anti-gaz et pétrole de schiste). Elle a coordonné les ateliers « Eau et Extractivisme : du Nord au Sud, un modèle, des luttes », lors du Forum Alternatif Mondial de l’Eau réuni à Marseille en mars 2012. Elle a sillonné pendant plus d’un an le continent latino-américain à la rencontre de populations en lutte.

http://www.franceameriquelatine.org/conferences-a-marseille-et-martigues-les-28-et-29-avril/




Source: