Stéphane Borras est représentant et secrétaire adjoint de Sud Collectivités Territoriales 31. Dans cette lettre adressée au président du Conseil Départemental, il souhaite mettre en avant l’importance de l’aide sociale à l’enfance et les conséquences du plan sur la protection de l’enfance, voté à l’unanimité par l’assemblée départementale la semaine dernière.

Monsieur le président du Conseil départemental,

Lorsque le Journal Toulousain m’a proposé une lettre ouverte, je dois vous dire que j’ai hésité. Le Président va-t-il prendre cette missive pour une attaque politique ? J’espère sincèrement que ce ne sera pas le cas et que cette lettre sera prise pour ce qu’elle est : celle d’un militant syndicaliste, attaché à la charte d’Amiens et toujours, malgré les années qui passent, révolté par les injustices.

Comment vous dire, monsieur le président, quelle fût notre surprise, camarades de SUD, de FO et de la CGT, quand nous avons su que vous vous apprêtiez à prendre une délibération qui, dans les faits, va précipiter à la rue –ou dans des conditions d’hébergement extrêmement précaire – des femmes avec enfant de moins de trois ans, des mineurs isolés et des jeunes majeurs de plus de 19 ans. De la surprise, nous sommes passés à l’écœurement et la colère.

Lire la suite sur Le journal toulousain




Source: