Juillet 19, 2018
Par Contretemps
255 visites


Nous publions ici la postface du dernier livre de Jean Batou, Nos années 68 dans le cerveau du monstre, paru le 23 avril aux éditions de L’Aire (Vevey, Suisse). Alors que cet essai tente de cerner les particularités de cette période de ruptures en Suisse, la lettre aux jeunes de 2018 qui le conclut cherche à mettre en évidence la signification de l’héritage de 1968 aujourd’hui. Contre la muséification de ces années de contestation, il plaide pour en réactualiser le message: « Renouer avec le fil de la révolte collective, de la critique radicale et de l’action impertinente des périodes de ruptures, n’est-ce pas une condition pour inventer plus librement l’avenir » ?




Source: