Novembre 22, 2021
Par L'envolée
267 visites


Libre Flot, nous écrit de plus en plus régulièrement et c’est avec un très grand plaisir que nous lisons ses lettres par lesquelles il échange avec les émissions de radio hebdomadaires. Il revient ici sur une discussion ayant suivi la lecture de sa dernière lettre. Il propose ensuite, constatant un manque de discussion théorique à l’antenne, quelques réflexions à partir de sa lecture du livre « Pour elles toutes » de Gwenola Ricordeau et invite celles et ceux qui seraient intéressés à rebondir et poursuivre la conversation. Un grand salut à lui !

Quartier d’isolement de Bois d’Arcy

Le 23 octobre 2021

Salut à vous,

C’est encore moi ! Je vous écrit de plus en plus souvent dirait-on… La différence de situation entre le moment d’écriture et celui de la lecture imposé par la surveillance de la correspondance donne envie de vous envoyer une mise à jour. Concernant mes dents, les soins progressent. Ce qui s’était barré à été refait et si mon prochain rendez-vous n’est pas reporté, je devrai pouvoir me réjouir bientôt d’avoir tous les trous de mes chicots bouchés. Ici, en ce qui concerne les caries, les soins sont privilégiés plutôt que l’arrachage.

Alors comme ça, il y a moquerie et raillerie à propos de la lecture difficile de ses petits camarades ? AhAhAh ! Il est vrai que c’était particulièrement mal lu ;p mais je tiens à assumer ma part (importante) de responsabilité dans cette histoire. Ne relisant pas, il est possible qu’il y ait des erreurs et surtout, en général, je ne prends pas soin de mon écriture (non non là je m’applique), ce qui transforme la lecture en déchiffrage. J’écris souvent cite et mal, je pourrais dire comme un pied, et le mauvais. (D’ailleurs, le membre opposé à la main d’écriture est le pied d’appui. Surement le meilleur outil pour écrire à celleux qui soutiennent). Mes courriers étant pensés comme une communication interpersonnelle plutôt que pour être lus à la radio, sont remplies de digressions et de remarques qui mériteraient peut-être d’être omises. Il pourrait être judicieux de trier ce qui y est écrit. Tri dont je laisse, bien entendu, à vos yeux extérieurs, le soin d’effectuer.

Toujours est-il que le moment jovial suscité par cette lecture et plus spécifiquement la remarque amusante et amusée, qu’il faudrait « taper sur les doigts » du lecteur, m’a fait réagir. Sans aucune intention de faire le rabat-joie ou des reproches, je tiens à vous partager la réflexion qui m’a traversé.

Cette remarque anodine, comme un réflexe ou une habitude linguistique liant l’idée de la punition, qui semblerait alors légitime, à un « mauvaise » action est apparu ans mon esprit sous le terme « culture de la punition ». L’écho de ce terme à celui de « culture du viol » permet de définir cet automatisme punitif, grâce à un parallèle avec le patriarcat, comme une construction sociale. Ainsi, comme toutes les constructions sociales, celle-ci, (dont le but est de faire paraitre la punition comme une réponse évidente et nécessaire par le biais de tous les moyens coercitifs possible (comme par exemple l’éducation ou une représentation hégémonique)), a réussi un ancrage mental même chez les plus fervant-e-s de ses détracteurices.

J’espère sincèrement que vous ne prendrez pas ça comme une leçon de morale car ce n’est vraiment pas le cas. Ce parallèle, je ne l’avais jamais vu auparavant ou je n’y avais jamais prêté attention. Autant ça fait de nombreuses années que je n’enjoint plus les personnes qui me débectent à aller avoir des rapports sexuels avec leurs génitrices ou autres « joyeusetés » du même acabit (même « pour rire » avec des ami-e-s), autant je ne m’étais jamais posé la question quant aux faits de promettre aux potes de leur « taper sur les doigts ». Je voulais simplement vous partager le cheminement de ma pensée (et ce n’est que le début… désolé mes murs sont pas réactifs à mes réflexions et puis, vous êtes l’élément déclencheur…).

J’ai assez rapidement émis l’hypothèse que l’origine de ce rapprochement d’idée n’était pas étrangère au livre que j’étais en train de finir de lire (« Pour elles toutes » de Gwenola Ricordeau). Je me suis alors fait la remarque qu’il n’y avait que peu de discussion sur le concept d’abolitionnisme à l’antenne. Remarque qui peut très bien être faite à tort n’ayant pas le recul nécessaire sur l’émission ayant eu accès à la radio que peu de temps avant l’été. De fil en aiguille, je me suis dit que ça pourrait être cool d’avoir des propositions de lectures ou des retours, etc. Est-ce intéressant ? selon moi, oui. Est-ce une bonne idée ? J’en suis moins sur. La lecture étant une activité solitaire, je ne sais pas si elle est beaucoup pratiquée en dehors des QI et si cette idée intéresseraient des gent-e-s. De plus, le temps relativement court des émissions est souvent déjà trop court pour l’amputer pour ça. Peut-être dans le journal ?

En écrivant cela j’imagine déjà la scène [si ce n’est pas comme ça que ça se passerait, je m’excuse de vous faire jouer un rôle qui n’est pas le vôtre] : un petit sourire en coin pour accompagner votre réponse : « L’envolée c’est votre émission, votre journal… » (sous-)entendu c’est ce que nous en faisons tout-e-s ensemble alors, mon petit bonhomme, si tu veux quelque chose, fais que ça existe (DIY)… Et voilà comment je me retrouve « piégé » à mon propre jeu, en toute autonomie… Bon je n’ai aucunement la volonté de tenir une chronique littéraire (je me voyais plutôt en profiter) mais il serait plutôt malvenu de ma part d’être demandeur de quelque chose sans y mettre la main à la pâte…

Bien que n’ayant pas l’habitude de cet exercice et que je ne sais pas trop comment je vais m’y prendre, je vais donc vous joindre une brève présentation de ce livre qui m’a amener cette réflexion, un peu comme on pose un bouquin sur une étagère vide. On verra par la suite si d’autres personnes y voient un intérêt et posent les leurs ou si ça prend juste de la place pour rien. Qu’en pensez-vous ? Hésitez pas à me dire si je suis hors propos.

Sur ce je vous laisse, je vais poser mon Q sur le lit et me dévorer un autre bouquin, plus léger, gouter au sable épicé dans les dunes. Demain je m’attèle à la présentation.

Au plaisir de vous lire et de vous avoir dans les oreilles,

Merci pour le soutien que vous nous apportez,

Salutations & Respects

POUR ELLES TOUTES

De Gwenola Ricordeau Chez Lux Editeur

* Ce livre qui se veut à l’intersection du féminisme et de l’abolitionnisme pénal, a, selon moi, le mérite de prendre en compte d’autres angles d’approche tels les origines sociales et ethniques, le dedans et le dehors, les mouvements et luttes queers et LGBTQ, les privilèges, la société etc. Ce qui – le plus à un carrefour assez large, enrichi par le fait que l’autrice « navigue » entre France, Etats-Unis et Canada.

* Un panel plutôt complet de sujets y est abordé, bien classé dans différents chapitres clairement définis : 1. Abolitionnisme Pénal 2. Victimisation des femmes et son traitement pénal 3. Femmes judiciarisées 4. Femmes aux portes des prisons 5. Abolitionnisme pénal et féminisme 6. S’émanciper du système pénal et construire l’autonomie.

* Les y sont traités avec un équilibre savamment dosé. Nous ne sommes ni dans un survol superficiel ni dans une analyse longue, ultra poussée qui complexifierait la lecture. (Pour une étude plus approfondie, une liste de références nous est proposé). L’autrice nous initie, ici, aux arguments principaux de ces luttes, tout en offrant ses critiques constructives à leurs sujets.

* Bien qu’étant clair dans ses idées et opposée au recours pénal, elle est conscient que toutes les personnes n’ont pas accès aux mêmes options pour se défendre et ne les critique donc pas pour leur choix, quand il a semblé nécessaire.

*Sans se limiter à la dénonciation de l’inefficacité du mécanisme pénal, il y est exposé une brève description d’ »alternatives » : la justice réparatrice, la justice restaurative et, plus encore, la justice transformatrice.

* J’ai, personnellement, vu ce livre comme une introduction bienvenue à l’abolitionnisme pénal avec ses pistes de réflexion très importantes sur les options autres. Pour d’autres, peut-être, ce livre sera un introduction aux principes féministes ? Toujours est-il que l’on peut y trouver un première marche, une base d’appui vers une réflexion et/ou un engagement personnel et/ou collectif.

Libre Flot, nous écrit de plus en plus régulièrement et c’est avec un très grand plaisir que nous lisons ses lettres par lesquelles il échange avec les émissions de radio hebdomadaires. Il revient ici sur une discussion ayant suivi la lecture de sa dernière lettre. Il propose ensuite, constatant un manque de discussion théorique à l’antenne, quelques réflexions à partir de sa lecture du livre « Pour elles toutes » de Gwenola Ricordeau et invite celles et ceux qui seraient intéressés à rebondir et poursuivre la conversation. Un grand salut à lui !

Quartier d’isolement de Bois d’Arcy

Le 23 octobre 2021

Salut à vous,

C’est encore moi ! Je vous écrit de plus en plus souvent dirait-on… La différence de situation entre le moment d’écriture et celui de la lecture imposé par la surveillance de la correspondance donne envie de vous envoyer une mise à jour. Concernant mes dents, les soins progressent. Ce qui s’était barré à été refait et si mon prochain rendez-vous n’est pas reporté, je devrai pouvoir me réjouir bientôt d’avoir tous les trous de mes chicots bouchés. Ici, en ce qui concerne les caries, les soins sont privilégiés plutôt que l’arrachage.

Alors comme ça, il y a moquerie et raillerie à propos de la lecture difficile de ses petits camarades ? AhAhAh ! Il est vrai que c’était particulièrement mal lu ;p mais je tiens à assumer ma part (importante) de responsabilité dans cette histoire. Ne relisant pas, il est possible qu’il y ait des erreurs et surtout, en général, je ne prends pas soin de mon écriture (non non là je m’applique), ce qui transforme la lecture en déchiffrage. J’écris souvent cite et mal, je pourrais dire comme un pied, et le mauvais. (D’ailleurs, le membre opposé à la main d’écriture est le pied d’appui. Surement le meilleur outil pour écrire à celleux qui soutiennent). Mes courriers étant pensés comme une communication interpersonnelle plutôt que pour être lus à la radio, sont remplies de digressions et de remarques qui mériteraient peut-être d’être omises. Il pourrait être judicieux de trier ce qui y est écrit. Tri dont je laisse, bien entendu, à vos yeux extérieurs, le soin d’effectuer.

Toujours est-il que le moment jovial suscité par cette lecture et plus spécifiquement la remarque amusante et amusée, qu’il faudrait « taper sur les doigts » du lecteur, m’a fait réagir. Sans aucune intention de faire le rabat-joie ou des reproches, je tiens à vous partager la réflexion qui m’a traversé.

Cette remarque anodine, comme un réflexe ou une habitude linguistique liant l’idée de la punition, qui semblerait alors légitime, à un « mauvaise » action est apparu ans mon esprit sous le terme « culture de la punition ». L’écho de ce terme à celui de « culture du viol » permet de définir cet automatisme punitif, grâce à un parallèle avec le patriarcat, comme une construction sociale. Ainsi, comme toutes les constructions sociales, celle-ci, (dont le but est de faire paraitre la punition comme une réponse évidente et nécessaire par le biais de tous les moyens coercitifs possible (comme par exemple l’éducation ou une représentation hégémonique)), a réussi un ancrage mental même chez les plus fervant-e-s de ses détracteurices.

J’espère sincèrement que vous ne prendrez pas ça comme une leçon de morale car ce n’est vraiment pas le cas. Ce parallèle, je ne l’avais jamais vu auparavant ou je n’y avais jamais prêté attention. Autant ça fait de nombreuses années que je n’enjoint plus les personnes qui me débectent à aller avoir des rapports sexuels avec leurs génitrices ou autres « joyeusetés » du même acabit (même « pour rire » avec des ami-e-s), autant je ne m’étais jamais posé la question quant aux faits de promettre aux potes de leur « taper sur les doigts ». Je voulais simplement vous partager le cheminement de ma pensée (et ce n’est que le début… désolé mes murs sont pas réactifs à mes réflexions et puis, vous êtes l’élément déclencheur…).

J’ai assez rapidement émis l’hypothèse que l’origine de ce rapprochement d’idée n’était pas étrangère au livre que j’étais en train de finir de lire (« Pour elles toutes » de Gwenola Ricordeau). Je me suis alors fait la remarque qu’il n’y avait que peu de discussion sur le concept d’abolitionnisme à l’antenne. Remarque qui peut très bien être faite à tort n’ayant pas le recul nécessaire sur l’émission ayant eu accès à la radio que peu de temps avant l’été. De fil en aiguille, je me suis dit que ça pourrait être cool d’avoir des propositions de lectures ou des retours, etc. Est-ce intéressant ? selon moi, oui. Est-ce une bonne idée ? J’en suis moins sur. La lecture étant une activité solitaire, je ne sais pas si elle est beaucoup pratiquée en dehors des QI et si cette idée intéresseraient des gent-e-s. De plus, le temps relativement court des émissions est souvent déjà trop court pour l’amputer pour ça. Peut-être dans le journal ?

En écrivant cela j’imagine déjà la scène [si ce n’est pas comme ça que ça se passerait, je m’excuse de vous faire jouer un rôle qui n’est pas le vôtre] : un petit sourire en coin pour accompagner votre réponse : « L’envolée c’est votre émission, votre journal… » (sous-)entendu c’est ce que nous en faisons tout-e-s ensemble alors, mon petit bonhomme, si tu veux quelque chose, fais que ça existe (DIY)… Et voilà comment je me retrouve « piégé » à mon propre jeu, en toute autonomie… Bon je n’ai aucunement la volonté de tenir une chronique littéraire (je me voyais plutôt en profiter) mais il serait plutôt malvenu de ma part d’être demandeur de quelque chose sans y mettre la main à la pâte…

Bien que n’ayant pas l’habitude de cet exercice et que je ne sais pas trop comment je vais m’y prendre, je vais donc vous joindre une brève présentation de ce livre qui m’a amener cette réflexion, un peu comme on pose un bouquin sur une étagère vide. On verra par la suite si d’autres personnes y voient un intérêt et posent les leurs ou si ça prend juste de la place pour rien. Qu’en pensez-vous ? Hésitez pas à me dire si je suis hors propos.

Sur ce je vous laisse, je vais poser mon Q sur le lit et me dévorer un autre bouquin, plus léger, gouter au sable épicé dans les dunes. Demain je m’attèle à la présentation.

Au plaisir de vous lire et de vous avoir dans les oreilles,

Merci pour le soutien que vous nous apportez,

Salutations & Respects

POUR ELLES TOUTES

De Gwenola Ricordeau Chez Lux Editeur

* Ce livre qui se veut à l’intersection du féminisme et de l’abolitionnisme pénal, a, selon moi, le mérite de prendre en compte d’autres angles d’approche tels les origines sociales et ethniques, le dedans et le dehors, les mouvements et luttes queers et LGBTQ, les privilèges, la société etc. Ce qui – le plus à un carrefour assez large, enrichi par le fait que l’autrice « navigue » entre France, Etats-Unis et Canada.

* Un panel plutôt complet de sujets y est abordé, bien classé dans différents chapitres clairement définis : 1. Abolitionnisme Pénal 2. Victimisation des femmes et son traitement pénal 3. Femmes judiciarisées 4. Femmes aux portes des prisons 5. Abolitionnisme pénal et féminisme 6. S’émanciper du système pénal et construire l’autonomie.

* Les y sont traités avec un équilibre savamment dosé. Nous ne sommes ni dans un survol superficiel ni dans une analyse longue, ultra poussée qui complexifierait la lecture. (Pour une étude plus approfondie, une liste de références nous est proposé). L’autrice nous initie, ici, aux arguments principaux de ces luttes, tout en offrant ses critiques constructives à leurs sujets.

* Bien qu’étant clair dans ses idées et opposée au recours pénal, elle est conscient que toutes les personnes n’ont pas accès aux mêmes options pour se défendre et ne les critique donc pas pour leur choix, quand il a semblé nécessaire.

*Sans se limiter à la dénonciation de l’inefficacité du mécanisme pénal, il y est exposé une brève description d’ »alternatives » : la justice réparatrice, la justice restaurative et, plus encore, la justice transformatrice.

* J’ai, personnellement, vu ce livre comme une introduction bienvenue à l’abolitionnisme pénal avec ses pistes de réflexion très importantes sur les options autres. Pour d’autres, peut-être, ce livre sera un introduction aux principes féministes ? Toujours est-il que l’on peut y trouver un première marche, une base d’appui vers une réflexion et/ou un engagement personnel et/ou collectif.




Source: Lenvolee.net