Novembre 5, 2017
Par Quartiers Libres
339 visites

 

Elsa, la femme de Salah Hamouri nous a fait parvenir ce texte qu’elle a lu lors des commémorations de la déclaration de Balfour organisée à Saint-Denis.

« Voilà 75 jours que Salah Hamouri est de nouveau incarcéré par l’occupant, aux côtés de 6279 autres prisonniers et prisonnières politiques palestiniens.
Comme 465 autres détenus, Salah est incarcéré sous le régime de la détention administrative, en vertu des ordonnances sur l’état d’urgence. Un régime crée par la puissance occupante britannique, avant 1948, à l’époque utilisé pour réprimer certains groupes sionistes. Désormais ce déni du droit s’applique aux Palestiniennes et aux Palestiniens, permettant à l’occupant de les emprisonner sans charge ni jugement, ad vitam éternam.
Je tiens à vous remercier toutes et tous pour votre solidarité depuis l’incarcération de Salah. Elle est un véritable réconfort personnel mais également un puissant moyen de pression sur les autorités françaises. Il a fallu du temps, mais elles ont fini par prendre position sur l’incarcération de notre concitoyen. Dans un communiqué du 25 octobre, le quai d’orsay déclare « Nous demandons que l’ensemble des droits de Salah Hamouri soient bien respectés et espérons sa libération. ». A nous de continuer et d’amplifier la mobilisation, partout en France afin que le verbe « espérer » se transforme en « exiger ». Ne lâchons rien, chaque pierre que nous apportons à l’édifice permet l’action de notre gouvernement. Chaque événement organisé permet non seulement de parler de Salah Hamouri, mais également de tous ses camarades incarcérés.
A l occasion de ce triste anniversaire de la déclaration de Balfour, Salah m’a transmis via ses avocats une lettre, que voici : »

 

« Chers amis, chers camarades,
Je vous écris depuis la prison du Néguev. Je tenais tout d’abord à vous remercier pour votre soutien au peuple palestinien, aux prisonniers politiques palestiniens et pour celui que vous me témoignez. Sachez le bien : votre solidarité nous touche énormément. Quand celle-ci franchit les barreaux de nos cellules, c’est une bouffée d’espoir que vous nous envoyez. Le fait que vous marchiez à nos côtés sur le chemin de la liberté de notre patrie nous renforce dans nos convictions. Bien que privés de notre liberté individuelle, nous les prisonniers invisibles de l’occupation, nous sommes définitivement des êtres libres qui avançons, malgré les chaines qui entravent nos pieds, vers la liberté de notre peuple. Pendant que certains en Europe célèbrent dans la joie le triste 100ème anniversaire de la Déclaration Balfour, heureusement qu’il existe des lieux de résistance dans lesquels cette date tragique est vue sous son vrai visage.
Si l’injustice est un sentiment difficile à supporter quand il touche un être humain, cette injustice est décuplée quand elle touche un peuple tout entier.
Quand on parle de la Déclaration Balfour, on parle en réalité de l’enclenchement d’une crise qui dure depuis maintenant 100 ans.
Cette promesse réalisée par la plus grande force impérialiste coloniale de l’époque a été la première marche pour établir un foyer national juif sur notre terre de Palestine. Cette décision cynique et unilatérale a abouti à donner des terres qui ne lui appartenaient pas à un peuple qui n’avait aucun droit légitime sur elles.
Cette décision unilatérale a marqué le début de la catastrophe du Proche Orient et spécialement celle du peuple palestinien. La force mondiale impérialiste britannique a décidé de planter illégalement sa base militaire, « Israël », sur la terre de Palestine pour contrôler la région et ses richesses pétrolières. Cette décision a conduit, quelques années plus tard, à la décision 184 de 1947 qui a partagé, découpé la Palestine sans jamais prendre l’avis des habitants, les Palestiniens. Cela nous fut imposé par la force. Un an plus tard, avec le soutien britannique, les milices sionistes armées ont commis leur crime historique en massacrant notre peuple et en contraignant des centaines de milliers de Palestiniens à l’exil. Ils se sont accaparé une terre qui ne leur appartenait pas. C’est un cas absolument unique dans l’histoire contemporaine.
Aujourd’hui, 100 ans après, devant toutes les données politiques dans la région, on doit être clair et refuser le nouveau plan de partage du Proche-Orient. Car c’est cela que les puissances impérialistes essaient d’appliquer aujourd’hui via des forces criminelles comme Daesh entre autres. On doit absolument résister contre ce nouveau colonialisme qui n’a qu’un seul but : éliminer une fois pour toutes la cause palestinienne. La Grande-Bretagne doit s’excuser solennellement devant le peuple palestinien et devant le monde entier pour ce crime que constitue la Déclaration du sinistre Balfour et, 100 ans après, elle doit enfin mettre un terme aux conséquences désastreuses et tragiques de cette politique. »

Salah Hamouri
Prison du Neguev

Entretien que nous avais accordé Salah hamouri : https://quartierslibres.wordpress.com/2015/09/29/entretien-avec-salah-hamouri-ceux-qui-luttent-savent/

 




Source: