Mars 23, 2021
Par Des Nouvelles Du Front
218 visites


Un camarade nous a envoyé ses quelques réflexions sur la situation actuelle en Grèce

La fente de Nea Smyrni 

Il y a de nombreux obstacles à surmonter si l’on veut parler de la signification des récentes émeutes à Nea Smyrni, surtout si l’on s’adresse à un public étranger (français), aussi agréable que soit le cadre de la discussion.

Tout d’abord, il faut mettre de côté les positions superficielles comme celles de Yolunda , qui continue à lier sa carrière (journalistique ? artistique ?) à la reproduction du mythe de la place Exarchia, supposée être en état de rébellion perpétuelle, et à cajoler les gestionnaires politiques contemporains de ce mythe, en cherchant à s’y inclure. Ce qui s’est passé dans la nouvelle Smyrne n’a heureusement rien à voir avec les incidents récurrents habituels qui avaient lieu dans la région jusqu’à récemment, par exemple après la fin d’une manifestation. En projetant Exarchia comme la matrice supposée de l’imaginaire insurrectionnel en général, et comme le passage obligé pour comprendre les événements récents en particulier, Yolundas et Shia, par inadvertance, à travers ce sophisme, avouent autre chose : Les médiations politiques basées sur la place Exarchia sont en crise de représentation, car le contrôle qu’elles étaient capables d’exercer sur les secteurs agités de la société, en particulier les jeunes, s’est affaibli, ces derniers étant de moins en moins capables de se reconnaître en elles.

*

Le dipôle contradictoire ‘anarchistes politisés’ – ‘jeunesse sauvage’ apparaît sous une forme primitive dès le début des années 1980, en tant que produit politique du premier cycle de conflit de la période ’76-’79 dans la formation sociale grecque et des différentes attentes et stratégies politiques développées par les interprétations de ce cycle. Une telle séparation était impensable lors de l’émergence de l’espace anarchiste-anti-autoritaire immédiatement après la post-indépendance en raison de l’origine sociale des sujets et de la culture de cette période. Après la fin du deuxième cycle de conflit de la période ’90-’93, le dipôle s’affaiblit considérablement, en raison de l’influence sociale et politique étendue du mouvement conflictuel des étudiants et des élèves de l’époque – la matrice de presque tous les groupes plus anciens qui existent encore aujourd’hui.

On peut dire que cette crise de la représentation prend sa première forme politique à la fin de l’année 2002 avec la fondation du Mouvement Anti-Extrémiste : première organisation officielle à se présenter comme une médiation politique sérieuse et responsable, animée pour la première fois par une série respectable d’universitaires ; la prochaine Thessalonique 2003 ouvre des perspectives concrètes de reconnaissance, voire de reconnaissance internationale, par toutes les organisations impliquées dans le mouvement contre la globalisation. Si l’un des yeux regarde vers l’extérieur, en retraçant le nouveau type de mouvements, l’autre regarde vers l’intérieur, en constatant les “vides” politiques et les nouvelles tâches suite au démantèlement de l’organisation armée du “17 novembre”, qui s’opère progressivement à ce moment-là.

En réalité, cependant, cette crise prend une forme sociale ouverte en décembre 2008, lorsque, pour la première fois, la distinction entre les “anarchistes politisés” qui doivent montrer à la “junte” prolétarienne comment se révolter s’est exprimée de manière conflictuelle dans la rue ; le niveau de violence et les pillages étaient des choses dont il fallait séparer les anarchistes “socialement responsables”. Cette séparation s’est encore accentuée après les événements de Marfin en mai 2010, lorsque trois personnes ont été tuées après qu’une banque ait été incendiée lors d’une grande manifestation anti-mémorandum, désignant les parties les plus insurgées et nihilistes comme coupables des événements, les “leaders politiques” ont cherché à rétablir les relations avec le passé même de l’espace anarchiste-anti-autoritaire et les racines profondes qu’il avait traditionnellement jusqu’alors dans la violence prolétarienne de rue.

Le troisième cycle de conflit de la période ’10-’12, avec des caractéristiques sociales différentes des deux précédents, et son interprétation idéologique comme un contexte social suffisant pour la création d’un front populaire contre l’UE et les prêteurs, déplacerait radicalement l’adresse politique vers le “débiteur grec moyen”, un sujet social idéal qui n’a rien à voir avec la violence prolétarienne ; en même temps, dans les rues autour de la place Syntagma, on a de nouveau constaté que le niveau de violence était parfois disproportionné. La plupart des groupes anarchistes du centre d’Athènes, ainsi que leurs amis dans toute la Grèce, commenceront déjà en 2012 des discussions sur la création de formes organisationnelles permanentes, en pariant politiquement sur la représentation et la direction politiques du mouvement anti-monétaire. Ces processus aboutiront à la création de la Fédération anarchiste, qui, après une série de retraits, existe à ce jour avec le squat K*VOX et Rouvikon en son sein. Il convient toutefois de noter que, du moins à notre connaissance, aucune organisation, parti ou syndicat de gauche ne s’est massifié depuis le mouvement anti-monétaire, à l’exception bien sûr de SyRiza.

*

L’arrivée au pouvoir de Syriza revalorise ces médiations politiques, peut-être contrairement à ce que l’on aurait pu attendre. Ce ne sont pas seulement les faux dilemmes ” Syriza ou armé ” dans les conversations privées et les cafés qui ont justifié le vote massif de l’espace anarchiste-anti-autoritaire pour Syriza lors des élections de 2012 et 2015. Certains groupes ont joué un rôle spécifique dans les nouvelles conditions : par exemple, le Mouvement anti-autoritaire a encouragé l’occupation des abris pour migrants à Exarchia avec la création de Notara 26, en les présentant comme un projet social ” avancé “, sans jamais décrire le rôle spécifique qu’ils ont joué dans la gestion du problème des migrants post-2015, ni dire par quel appel téléphonique l’électricité a été rebranchée au squat lorsque le service public compétent l’a coupée. Non, bien sûr, ni Notara 26 ni K*BOX n’ont réalisé les auteurs de l’évacuation du squat de migrants de la rue Arachovis et des attaques répétées depuis longtemps contre les vendeurs de migrants ; tout cela à quelques dizaines de mètres de K*BOX et dans un périmètre de quelques centaines de mètres de la place Exarchia… Ann, et si nous tenons compte du fait que SyRiza a initié la division des occupations anarchistes-anti-autoritaires en “responsables” et “irresponsables”, “sérieuses” et “puériles”, en attaquant principalement ces dernières, qui n’avaient que peu ou pas de rapport avec les formes officielles d’organisation de l’espace, nous sommes obligés de nous demander : la séparation qualitative des groupes de l’ancien espace anarchiste-anti-autoritaire s’est-elle accomplie en fonction de l’accès qu’ils ont à l’appareil de la SyRiza ; lesquels “s’engagent” désormais à médiatiser politiquement la violence prolétarienne de la jeunesse, dans la mesure où cela est possible, et de quelle manière ?

*

La question de savoir ce qu’exprimait le SyRiza et quelle était la profondeur de son interconnexion avec l’ensemble des mouvements sociaux de la période précédente, quel a été son parcours historique depuis sa fondation en tant qu’alliance électorale en 2004 jusqu’à son rétablissement en tant que parti en 2012 puis en tant que parti de pouvoir, combien étaient en fait ses composantes ouvertes et cachées ; tout cela reste largement hors discussion dans les cercles dits subversifs. Mais celui qui a correctement compris la profondeur du problème est le gouvernement actuel ; une partie non négligeable de son travail législatif, même pendant le verrouillage, consiste à inverser les effets politiques et sociaux des interventions du gouvernement précédent. N’oublions pas, après tout, qu’il a réussi à l’emporter aux élections de 2019 grâce à un discours anti-syrien, et certainement avec les votes de l’extrême droite. Néanmoins, au-delà de la forme nécessairement idéologique que prend la restructuration capitaliste en pleine gestion du covid-19, il faut souligner qu’après les émeutes de Nea Smyrna, pour la première fois s’est exprimée une rhétorique gouvernementale qui désigne la “gauche” comme un problème. Une cacophonie métemphilienne ou une fissure d’un futur inquiétant pour toutes les médiations politiques jusqu’ici ? Comme la nouvelle loi sur les syndicats et la mise en œuvre pratique de la nouvelle loi sur les manifestations restent en suspens, on peut certainement s’attendre à des évolutions. Mais dans quelle direction ?

*

La dissolution du PASOK, le parti traditionnel représentant la classe ouvrière et le “peuple”, qui a eu lieu parallèlement à la manifestation du mouvement anti-monétaire dans la période ’10-’12 a certainement influencé la forme et le contenu de ce dernier en tant que tel. Néanmoins, le problème demeure : une très grande partie de la classe ouvrière n’est toujours pas représentée ; Syriza n’est pas un parti ouvrier, il n’est pas structuré sur une telle base. Pour l’instant, cette condition semble peser lourdement sur la vie des travailleurs et des chômeurs, car depuis un an, aucune feuille ne s’est tournée sur les lieux de travail à cause de la gestion étatique de la covid-19, à l’exception peut-être des mobilisations symboliques des personnels de santé devant les hôpitaux ; o tous et chacun ravalent leurs problèmes sur le plan personnel ou au plus sur le plan familial. Aucun syndicat, petit ou grand, n’a appelé à une quelconque mobilisation visant à arrêter la production et/ou la reproduction. Et cela montre sans doute le succès des médiations jusqu’à présent, car l’intérêt des travailleurs ne trouve pas d’accès en tant que tel dans le monde politique.

*

La science médicale n’a pas seulement contribué à justifier la répression et l’imposition de couvre-feux et d’enfermements par l’État, Elle a également fourni des arguments à tous les médiateurs gauchistes et anarchistes qui ont cherché à garder les gens chez eux pendant les premiers mois critiques en leur disant qu’”on s’en occupera plus tard” ; qui se sont empressés de qualifier de “théoriciens du complot” ceux qui s’opposaient à la quarantaine ; qui ont dénoncé comme “négationnistes du masque”, “négationnistes du coronavirus”, “irresponsables” ceux qui fréquentaient les places et les espaces publics. On peut comprendre cette attaque ouverte contre les sections indisciplinées du prolétariat de deux manières : d’une part, comme une extension de la disparition de l’intérêt des travailleurs de l’agenda politique ; d’autre part, après la rétrogradation du prolétariat en “classe dangereuse”, la promotion de ces derniers comme des mandataires politiques responsables, scientifiquement informés, cherchant une place dans le nouveau paysage.

L’alignement derrière le scientisme, qui, ne l’oublions pas, est toujours garanti par l’État, a élevé la position de la SyRiza en tant que médiation des médiateurs, puisque ses intellectuels dépassent le prestige de tous les autres. L’idée générale, cependant, est que puisque le corps médical manque d’intellectuels et de politiciens de grande envergure, l’administration de l’État devait être soutenue par un large arc gauchiste qui s’étend aux anarchistes socialement responsables. Le même anarcho-syndicaliste Yannis Androulidakis (journaliste à Avgi, organe officiel de SyRiza) qui soutient aujourd’hui les manifestants de la nouvelle Smyrne, n’a pas trouvé un bon mot à dire en mai 2020 sur les manifestants de la place Saint-Georges à Kypseli, un quartier athénien situé à moins de deux kilomètres de la place Exarchia, qui ont réagi contre l’évacuation policière et les violences qu’ils ont subies. À l’époque, la ligne de SyRiza et de ses partisans était également différente : personne ne peut remettre en question la gestion sanitaire réussie de l’État grec. Est-ce une coïncidence que la place Exarchia soit sensiblement absente de la liste des places où des incidents de faible ampleur se sont produits en raison de la violation des mesures de confinement ?

Depuis l’automne, le sujet social “jeunesse”, expression mystifiée pour désigner le jeune prolétariat et la jeune classe moyenne, descend dans la rue de deux manières, brisant l’interdiction de manifester : D’une part, sous la forme de manifestations de quartier organisées par des associations de supporters de football ; d’autre part, sous la forme de manifestations d’étudiants contre les nouvelles mesures de maintien de l’ordre dans les universités, qui, entre autres, touchent directement la reproduction des médiations de gauche, puisque la plupart de leurs membres sont issus du monde universitaire. Et tout cela dans un contexte d’augmentation relative de la présence des “jeunes” dans l’espace public, sur les places, etc. en réaction à l’étouffement des mesures restrictives. Face à ce phénomène généralisé, SyRiza et ses partisans sont obligés de se déplacer, pensant qu’ils peuvent jouer sur deux tableaux ; mais il n’est plus possible de soutenir la politique de l’État et en même temps d’être ouvertement en faveur des manifestations de masse : c’est ce que le Premier ministre a rappelé lors de la session extraordinaire du Parlement après les événements de la Nouvelle Izmir, tenant dans ses mains des études scientifiques prouvant que les manifestants sont des super propagateurs du virus. Si les prolétaires qui se sont affrontés à New Izmir ont mis en évidence quelque chose, c’est l’opportunisme infondé de la gauche à une époque où les “masses” sont par définition considérées comme dangereuses et sales.

*

A Nea Smyrni se trouvaient presque toutes les médiations politiques “militantes” : des syndicats du KKE au Rouvikon, qui, d’une manière ou d’une autre, semblent désormais dénoncer la politique du gouvernement et qui ont cherché à donner une telle couleur à la manifestation. Nous doutons cependant qu’ils auraient appelé à une manifestation si les flics n’étaient pas apparus pour frapper violemment deux de leurs sujets favoris : la famille assise tranquillement sur une place (violant les mesures, bien sûr) ; l’étudiant qui protestait sincèrement contre l’injustice qui se produisait. Le troisième sujet, les jeunes de la place, qui ont été poursuivis sans relâche dans le bosquet dans les heures qui ont suivi l’incident, ne semble intéresser aucun médiateur politiquement responsable. C’est le même sujet qui, à travers ses connexions sociales du quartier, du stade, de l’université, massera la manifestation nocturne du même jour, donnant le ton des événements et anticipant certainement les affrontements de mardi. Même si, bien sûr, l’intensité de cette dernière était à nouveau ” en faveur de la droite ” – il convient de noter que le poste de police a été attaqué à deux reprises – car il semblait que seuls les supporters étaient d’humeur à assurer une présence prolongée dans la rue. Et ce type de violence prolétarienne, qui a trouvé une fissure pour s’exprimer après un long moment en suivant des schémas de violence qui renvoyaient à des cercles de conflit antérieurs, n’était ouvertement représenté que par les associations du stade, par des groupes anarchistes hors ligne et, bien sûr, par de nombreux prolétaires qui en avaient assez de ce qui leur arrivait.

P.S. En mettant fin à la grève de la faim de Dimitris Koufontina, le gouvernement a réussi à porter un coup majeur à la reproduction politique du parti pro-ennemi, qui comprend tout, des anarchistes aux avocats alternatifs. Sans le vouloir, peut-être, le prolétariat qui s’est affronté dans la nouvelle Smyrne, avec un défilé de 10 000 personnes derrière lui, a contribué à la démolition des spécialistes de la violence, du moins temporairement.

http://blogyy.net/2021/03/12/les-quartiers-dathenes-se-soulevent/

https://www.liberation.fr/international/europe/en-grece-des-affrontements-eclatent-sur-fond-de-violences-policieres-20210310_4GHXJDS2DND5VI3QMPC6MRD2RY/. Un membre haut placé de SyRiza est également Yannis Albanis, qui apparaît comme un journaliste de cnn.gr dans l’article https://www.letelegramme.fr/finistere/carhaix/a-plouye-une-femme-agee-retrouvee-grace-a-l-intervention-rapide-des-gendarmes-et-de-facebook-19-03-2021-12721708.php?obOrigUrl=true.

Let’s block ads! (Why?)




Source: Dndf.org