Septembre 29, 2022
Par Le Mouton Noir (QC)
204 visites

Photo: Gabriel Lamontagne

Chère Myriam,

Tu te présentes pour Québec solidaire dans ma circonscription, Rivière-du-Loup-Témiscouata et les Basques. Avant ton investiture, tu militais pour l’accessibilité des places en garderie au sein de l’organisme Ma place au travail, un OBNL né d’un mouvement citoyen dont tu as été l’instigatrice, en 2021. Tes allocutions à l’Assemblée nationale ainsi que celles d’autres parents venus des quatre coins du Québec ont mis en lumière les répercussions de la crise des garderies sur la vie des familles. S’il s’agit d’un enjeu central de la présente campagne électorale, c’est probablement en grande partie grâce à votre travail.

D’une certaine manière, on pourrait dire que ta candidature pour Québec solidaire était la suite logique de ce parcours, même si, m’as-tu confié, elle n’était pas prévue. J’avoue pour ma part être encore surprise de cette annonce, pour des raisons que tu devines sans doute… On s’est connues dans la grande région de Montréal, sur les bancs de l’école primaire, puis secondaire. Inutile de te dire que je n’aurais jamais pensé t’adresser une lettre sur le blogue du Mouton noir, tout comme je n’aurais jamais pensé suspendre, comme je l’ai fait il y a quelques semaines, une pancarte orange affichant ton visage sur mon balcon pistolois.

Je dois dire qu’il y a quelques années, je n’aurais jamais pensé suspendre une pancarte sur mon balcon tout court. Car j’ai longtemps refusé de voter, non par paresse, mais par volonté d’agir autrement : à l’échelle de mon quartier, de ma communauté. De prendre la rue, bien sûr, car historiquement, c’est la lutte qui a mené aux plus grandes victoires politiques. En vérité, je ne me retrouvais pas dans les partis ni dans le régime parlementaire. Encore aujourd’hui, mes idéaux collectivistes et ma croyance en une politique décentralisée, dont le pouvoir serait concentré avant tout au niveau local, me font pencher plus à gauche que Québec solidaire.

Pourtant, quelque chose a bougé ces dernières années. D’abord, ton parti est de plus en plus solide, de plus en plus convaincant, notamment en ce qui a trait à la répartition de la richesse et à la gestion de la crise climatique. Ensuite, j’ai découvert qu’on pouvait agir sur plusieurs plans. Je suis certaine que tu es d’accord : le fait d’inscrire un « x » à tous les quatre ans sur un bout de papier n’est pas suffisant en soi. La politique, LE politique, ne se résume pas à ce geste. C’est une réalité de tous les jours. Simplement, je n’ai plus envie d’incarner l’idéal puriste des milieux d’extrême gauche. Car le « x » n’est pas symbolique : nos vies sont affectées matériellement par les décisions des gouvernements.

Nous vivons une montée de la droite partout sur le globe. Ça ne date pas d’hier, mais la pandémie a accéléré ce processus. Au Québec, la droite libertarienne possède un inquiétant nombre d’adeptes. Je parle d’une droite qui milite pour les baisses d’impôts et la privatisation des services publics, fricotant avec un discours identitaire qu’on croirait tout droit sorti des États-Unis. On l’a vu avec le convoi de la liberté ; on le voit avec la popularité du Parti conservateur d’Éric Duhaime[1]. Je ne peux pas croire qu’il récolte 16 % des intentions de vote dans le dernier sondage Léger[2]. Imagines-tu au pouvoir une CAQ arrogante, grisée par quatre ans de majorité, niant la crise du logement, la crise écologique et le racisme systémique ; privilégiant l’économie et le fantasme de l’identité québécoise avec en prime une opposition conservatrice ? J’y pense et j’ai la chienne. La chienne pour l’avenir. Vraiment.

Je ne suis pas maman, mais comme toi, j’ai peur pour les futures générations. Ce n’est pas surprenant que les jeunes de 18 à 35 ans appuient massivement Québec solidaire : c’est le seul parti ayant un plan sérieux contre les changements climatiques, et ce sont eux et elles, les jeunes, qui souffriront le plus de la crise. J’ai parfois l’impression que la génération de nos parents a baissé les bras. Certains se croient au moment du last call : on s’en met le plus possible dans la gueule avant la fermeture du bar. Personnellement, j’ai décidé de saisir tous les moyens qui s’offrent à moi pour changer les choses, ce qui inclut : manifester, écrire des tracts, squatter une forêt pour empêcher sa destruction s’il le faut, et voter pour Québec solidaire.

J’ose quand même une question, Myriam. Québec solidaire voit le 3e lien comme un projet inacceptable d’un point de vue écologique. Pourquoi alors le parti appuie-t-il le prolongement de l’autoroute 20 au Bas-Saint-Laurent ? Nous devons préserver ce que nous avons, et je pense à la fois aux infrastructures et aux écosystèmes. Protégeons nos forêts, nos territoires naturels. La 132 existe : sécurisons-la. Élargissons-la s’il le faut. Il s’agit d’ailleurs de ta position : ta priorité est de sécuriser la 132. Tu me diras que celle de ton parti est nuancée. De mon côté, je trouve qu’il y a un manque de clarté et de courage politique dans ce dossier. Sans position claire pour une solution de remplacement au prolongement de la 20, Québec solidaire entre en contradiction avec ses engagements écologiques. Je ne suis pas la seule à le penser : tu as certainement lu le communiqué diffusé par le groupe Le pont de la 20, ça tient pas debout[3].

Je garde espoir qu’on puisse en débattre et trouver une autre solution. C’est aussi pour cette raison que j’appuie ta candidature. Tu es une femme de valeurs, authentique et clairvoyante. Je sais que tu as la justice à cœur et que ton désir d’améliorer les choses est sincère. Merci pour ta présence lumineuse et ton engagement dans notre région.

À très bientôt,

Myriam


[1] Sur les fréquentations douteuses d’Éric Duhaime, voir cet article de Patrick Lagacé datant de 2017 : https://www.lapresse.ca/debats/chroniques/patrick-lagace/201705/12/01-5097626-tes-toxique-eric.php

[2] https://www.qub.ca/article/sondage-le-debat-a-t-il-change-les-intentions-de-vote-1080876823

[3] https://drive.google.com/file/d/1ny7vVEro47HdK1SDUdnFnmrYzv2CMhld/view?usp=sharing




Source: Moutonnoir.com