Avril 25, 2021
Par Le Monde Libertaire
186 visites


Plus d’une semaine de conflit a agité les rues de Belfast. Les gros titres ont parlé de la “violence loyaliste”. Mais les anarchistes du nord de l’Irlande ont déclaré à Phoenix Media Co-op que la violence n’a rien à voir avec le discours “loyaliste” vs “républicain”colporté par les médias britanniques.

Traduction Monica Jornet Groupe Gaston Couté

Alimenter les divisions
Les personnes vivant à l’intérieur et à l’extérieur de l’Irlande du Nord voient trois raisons à la récente accélération du conflit. La plus populaire parmi les Britanniques est l’impact du Brexit et du protocole d’Irlande du Nord. Certains ont également pointé du doigt l’absence de poursuites à l’encontre d’anciens du Sinn Féin ayant assisté à des funérailles d’un ancien chef pendant le confinement du Covid-19. D’autres en Irlande ont suggéré que les mesures répressives de la police contre le trafic de drogue présumé du groupe paramilitaire loyaliste Ulster Defence Association (UDA) avaient joué un rôle majeur.

Phoenix Media Co-Op a interviewé l’un des groupes anarchistes les plus actifs du nord de l’Irlande, Derry Anarchists, pour recueillir un point de vue indépendant. Répondant à une question sur les facteurs qui ont déclenché la violence actuelle, Derry Anarchists a déclaré qu’il y a “sans aucun doute, une accumulation de facteurs”, y compris ceux mentionnés précédemment.

Cependant, pour le groupe, il s’agit surtout de ne pas pointer les dures réalités économiques qui touchent de nombreuses personnes dans le nord de l’Irlande :

C’est un détournement commode de la réalité de ce qu’est en train de subir la classe ouvrière dans sa vie quotidienne, dans les foyers et sur les lieux de travail. Au cours des dernières décennies, les partis politiques ont toujours utilisé la “carte sectaire” pour nous diviser, car cela leur permet de rester au pouvoir tandis que notre classe se déchire, comme on peut le voir dans les rues.

Les Anarchistes de Derry ont également souligné le rôle qu’ils attribuent aux paramilitaires loyalistes dans le maintien de ces divisions :

Les gangs militaires loyalistes, qui ont été sous pression en raison de leurs propres empires financiers et de leurs fiefs de drogue, ont également utilisé la crise actuelle pour attiser les tensions et raviver les divisions sectaires. En particulier dans les zones de la classe ouvrière loyaliste qu’ils contrôlent, car ils ont eux aussi besoin de montrer d’un doigt accusateur les raisons pour lesquelles les communautés loyalistes souffrent également en ce moment, afin de justifier leur propre existence.
En conséquence, ces paramilitaires ont “porté la violence sur des sites pouvant exploser tels que les ’lignes de paix’ ou les zones d’interface”. Des vidéos montrent que ces symboles de division, qui sont censés assurer la sécurité dans tout Belfast, sont les foyers des agressions.

Le pouvoir de l’État
Les anarchistes de Derry ont déclaré que les gangs loyalistes sont “eux-mêmes contrôlés et dirigés par l’État”. Cela laisse entendre que les divisions des communautés sont infectées par l’État pour continuer à exploiter les pauvres et les classes ouvrières du nord de l’Irlande. Et l’escalade actuelle de la violence en est le spectacle.

Le groupe a ensuite détaillé les mécanismes de cette relation prédatrice. Lorsque Phoenix Media Co-op a posé une question sur le pouvoir des partis politiques tels que le Sinn Féin et le Parti unioniste démocratique pour résoudre les tensions, les Anarchistes de Derry ont répondu :

Ils ont le pouvoir de diviser et ils y arrivent très bien puisqu’ils ont gagné beaucoup de voix aux élections depuis l’accord du Vendredi Saint qui lui-même était construit sur la division. Ils ne réussiront que si les communautés de la classe ouvrière restent divisées et jouent les unes contre les autres.
Pour la première fois, nous avons été témoins du rappel de Stormont dans le cadre d’une réponse d’urgence à la violence dans les rues MAIS… Nous n’avons jamais eu de “rappel d’urgence” du Parlement de Stormont pour faire face à l’impact du Crédit Universel ou pour renflouer des banques alimentaires en faveur de la classe ouvrière, ce qui nous montre clairement où se trouvent leurs intérêts. Ils ont besoin de la division sectaire pour justifier leur existence. Ils peuvent l’éteindre et l’allumer comme un robinet, et cela ressort toujours lorsque les élections sont se rapprochent à l’horizon.

Westminster a créé un parallèle horrible le 9 avril. Bien que les conflits à Belfast aient commencé le 2 avril, il a fallu la mort du duc d’Édimbourg pour que le gouvernement rappelle le Parlement de Stortmont (Belfast).

Un terrain d’essai
Le rôle de la Grande-Bretagne dans le nord de l’Irlande est complexe, même si elle reste en définitive une présence colonisatrice. Les anarchistes de Derry ont déclaré à Phoenix Media Co-op que si la violence actuelle est mise sur le banc de touche par Westminster, cela montre à l’évidence le “manque d’intérêt de l’establishment britannique pour la population du nord de l’Irlande”. De plus, le groupe affirme que des années de rhétorique autour d’une “frontière maritime irlandaise” et du protocole d’Irlande du Nord ont accru le sentiment d’aliénation et d’abandon pour beaucoup”. Bien qu’il affirme également que “ce n’est pas nouveau” pour les habitants du pays.
Les Anarchistes de Derry ont souligné l’utilisation par la Grande-Bretagne du nord de l’Irlande comme “terrain d’essai pour les tactiques qui seront utilisées ailleurs dans l’empire”. Le discours médiatique britannique sur la violence actuelle en est un exemple de plus. L’accent mis sur les «émeutiers» attaquant la police, rappelle les gros titres contre #KillTheBill. La fonction de cette rhétorique est de diviser les communautés de la classe ouvrière et de les monter l’une contre l’autre. Et, comme l’explique Derry Anarchists, cela ne sert que les intérêts de l’État




Source: Monde-libertaire.fr