DĂ©cembre 13, 2020
Par Archives Autonomie
129 visites


Nous mettons en ligne le journal L’Espagne nouvelle dont le premier numĂ©ro est du 1er fĂ©vrier 1937 et le dernier datĂ© de juillet-septembre 1939. Pour l’instant quelques numĂ©ros manquent dans la collection numĂ©risĂ©e que nous proposons.

La publication de L’Espagne nouvelle comble un vide : la disparition de L’Espagne antifasciste en janvier 1937, dont la fin prĂ©maturĂ©e s’explique par le refus de la CNT espagnole de continuer Ă  la soutenir. En effet, L’Espagne antifasciste va prendre position contre le ministĂ©rialisme anarchiste. AndrĂ© Prudhommeaux Ă©crit dans L’Espagne nouvelle n°3 du 1er mai 1937 :

L’Espagne antifasciste n’avait qu’un tort : celui de prĂ©senter publiquement la figure rĂ©volutionnaire de l’Espagne Ă  un moment oĂč les dirigeants du Frente Popular estimaient nĂ©cessaire de mettre au contraire la lumiĂšre sous le boisseau. On voulait prĂ©senter les ouvriers et les paysans espagnols, non comme des lutteurs exemplaires de la grande rĂ©volution humaine, mais comme des “gouvernementaux” uniquement occupĂ©s Ă  dĂ©fendre le systĂšme existant et les politiciens au pouvoir.”

Si L’Espagne antifasciste reflĂ©tait une ligne contradictoire, d’une part en mettant en avant le processus rĂ©volutionnaire en cours en Espagne et d’autre part en publiant des articles de la CNT justifiant la participation gouvernementale et la mise au second plan de la rĂ©volution. L’Espagne nouvelle va s’efforcer d’exprimer sa position en toute libertĂ© “sans compromettre personne, et sans nous engager de prĂšs ou de loin dans aucun compromis officiel.” (L’Espagne nouvelle n°3, 1er mai 1937).

L’Espagne nouvelle est publiĂ©e dans un premier temps par le SecrĂ©tariat de Documentation OuvriĂšre (SDO) qui a publiĂ© en 1932-33 La Correspondance Internationale OuvriĂšre. Son souci central est de “remĂ©dier au manque d’informations directes et vĂ©ridiques” sur l’Espagne qui “tourmentĂ©e par la guerre civile et l’invasion Ă©trangĂšre, accomplit nĂ©anmoins une rĂ©volution sociale” (extraits tirĂ©s du numĂ©ro du 1er fĂ©vrier 1937).

Ainsi une large place est consacrĂ©e pour des informations “vĂ©ridiques” ; pour des analyses prĂ©cises de la situation en cours en Espagne, en particulier ceux d’AndrĂ© Prudhommeaux dont nous avons ressaisi nombres d’articles, fort lucides. L’indĂ©pendance farouche de L’Espagne nouvelle va se traduire par des articles trĂšs critiques vis-Ă -vis des dirigeants de la CNT-FAI empĂȘtrĂ©s dans leur dĂ©fense de l’Etat rĂ©publicain. Toutefois, L’Espagne nouvelle a toujours considĂ©rĂ© les militants de la CNT-FAI comme des camarades. Ce qui n’est pas le cas, bien entendu des staliniens. Ces contre-rĂ©volutionnaires, empressĂ©s Ă  dĂ©fendre l’ordre bourgeois, sont dĂ©noncĂ©s rĂ©guliĂšrement, avec courage : les assassinats, les tortures de militants prolĂ©tariens, toutes Ă©tiquettes confondues et les infĂąmes calomnies Ă  leur encontre.

Nous invitons les lecteurs Ă  consulter les sommaires de L’Espagne nouvelle et son inventaire dĂ©taillĂ©.




Source: Archivesautonomies.org