Septembre 25, 2021
Par Union Syndicale Solidaires
348 visites


AprĂšs plusieurs mois d’attente la dĂ©lĂ©gation “aĂ©roportĂ©e” de 160 zapatistes est arrivĂ©e Ă  Vienne le 14 septembre. Celle de la CNI composĂ©e de 16 personnes y a atterri le 21 septembre.

Plusieurs dĂ©lĂ©gations de toute l’Europe dont faisait partie l’Union Syndicale Solidaires, sont venues les accueillir et leur souhaiter la bienvenue dans l’Europe insoumise “SLUMIL KÂŽAJXEMKÂŽOP “.

AprĂšs moulte Ă©changes l’Escuadron 421 est reparti, mais l’invasion consensuelle de “TournĂ©e pour la Vie” continue.

Les compas ont divisĂ© “SLUMIL KÂŽAJXEMKÂŽOP” en 3 Zones dans lesquelles ielles vont se rĂ©partir en 28 groupes non mixte d’« Ă‰coute et Parole Â» et un groupe de 11 personnes composĂ©s de mĂšres et d’enfants (le “Comando Pop Corn”).

Iels seront dans la Zone 1 du 21 septembre au 10 octobre, dans la zone 2 du 10 octobre au 6 novembre, et dans la zone 3 du 6 novembre à début décembre.

La France est dans la Zone 2 avec les Ăźles britanniques, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg,la Suisse, l’Italie, la GrĂšce, la Turquie et Chypre. A priori 6 groupes sillonneront les diffĂ©rentes rĂ©gions de France, rĂ©pondant aux nombreuses invitations reçues. Un agenda public devrait ĂȘtre finalisĂ© prochainement et sera diffusĂ©.


Caracol solidaires


Solidaires organise une formation / rencontre interne avec les Zapatistes qui étaient initialement prévue début juillet.

Le Caracol Solidaires aura donc lieu les 2 et 3 novembre Ă  La PĂ©piniĂšre Ă  ChĂątenay-sur-Seine.

Depuis que Solidaires s’investit dans des projets de solidaritĂ© avec les communautĂ©s du Chiapas, que des dĂ©lĂ©gations sont organisĂ©es pour rencontrer les zapatistes au Mexique et que des formations sont organisĂ©es ici pour apprendre de ces expĂ©riences, ces deux journĂ©es seront l’occasion exceptionnelle d’échanger directement avec les membres de la dĂ©lĂ©gation zapatiste qui arriveront dans les prochaines semaines pour une tournĂ©e en Europe.

Les zapatistes ont insistĂ© pour qu’il soit laissĂ© du temps pour les Ă©changes.

Ces temps d’échanges auront lieu autour de 4 thĂ©matiques :

‱ FĂ©minisme

‱ Écologie

‱ Organisation / dĂ©mocratie

‱ Luttes actuelles dans la santĂ©, l’énergie, l’éducation, le rail.

Une soirée festive est prévue le 2 novembre au soir.

Une garde d’enfants est prĂ©vue sur place .

Nous travaillerons sur des perspectives de luttes et de solidarités futures.

Cette formation sera aussi un espace autogĂ©rĂ© avec la participation des stagiaires Ă  l’animation et Ă  des tĂąches collectives.

Pour vous inscrire, il faut faire vite pour déposer vos CFESS et et vous signaler auprÚs de vos syndicats ou Solidaires locaux

https://solidaires.org/Regards-croi…

RĂ©pression au Chiapas :

Le 11 septembre 2021, le matin et alors que la dĂ©lĂ©gation zapatiste aĂ©rienne se trouvait dans la ville de Mexico, des membres de l’ORCAO, organisation paramilitaire au service du gouvernement de l’État du Chiapas, ont sĂ©questrĂ© les compañeros SebastĂ­an Nuñez Perez et Jose Antonio Sanchez Juarez, autoritĂ©s autonomes du conseil de bon gouvernement de Patria Nueva, Chiapas.

L’ORCAO est une organisation politico-militaire Ă  caractĂšre paramilitaire ; elle a des uniformes, des Ă©quipements, des armes et des munitions acquises avec l’argent qu’elle reçoit des programmes sociaux. Elle en garde une partie et donne l’autre aux fonctionnaires pour qu’ils communiquent sur le fait que la politique d’assistanat se rĂ©alise bien. Avec ces armes, elle tire toutes les nuits sur la communautĂ© zapatiste de MoisĂ©s y Gandhi.

L’EZLN a attendu avec patience jusqu’à ce que s’épuisent toutes les voies possibles vers la solution.

Pendant que le gouvernement de l’état du Chiapas sabotait et entravait la libĂ©ration, ce sont des organisations de dĂ©fense des droits humains et l’église catholique progressiste qui ont Ă©valuĂ© avec justesse ce qu’il pourrait se passer.

Les compañeros ont Ă©tĂ© privĂ©s de leur libertĂ© pendant 8 jours et ont Ă©tĂ© libĂ©rĂ©s le 19 septembre 2021, grĂące Ă  l’intervention de la paroisse de San CristĂłbal de las casas et d’Oxchuc. Les compañeros ont Ă©tĂ© dĂ©pouillĂ©s d’une radio de communication et de 6000 pesos en liquide qui appartiennent au conseil de bon gouvernement.

Si l’escalade du conflit n’a pas dĂ©bouchĂ© sur une tragĂ©die, c’est grĂące Ă  l’intervention du diocĂšse, des organisations de dĂ©fense des droits humains et grĂące aux mobilisations et aux dĂ©nonciations rĂ©alisĂ©es au Mexique, et surtout en Europe.

L’administration de Rutilio EscandĂłn est en train de faire tout son possible pour dĂ©stabiliser l’Éétat mexicain du Chiapas :

Elle rĂ©prime avec luxe de violences la communautĂ© des Ă©coles normales rurales ;

Elle sabote les accords pris entre le professorat dĂ©mocratique et le gouvernement fĂ©dĂ©ral, poussant les instituteurs Ă  se mobiliser radicalement pour que soient respectĂ©s les dits accords ;

Ses alliances avec le narcotrafic font que les communautĂ©s originelles se voient obligĂ©es de former des groupes d’autodĂ©fense, parce que le gouvernement ne fait rien pour prĂ©server la vie, la libertĂ© et les biens des habitants. Non seulement le gouvernement du Chiapas couvre les gangs de narcotrafiquants, mais il encourage, promeut et finance aussi des groupes paramilitaires comme ceux qui attaquent continuellement des communautĂ©s Ă  Aldama et Ă  Santa Martha.


Il mĂšne une politique vaccinale intentionnellement lente et dĂ©sordonnĂ©e qui est en train de provoquer des dĂ©saccords parmi la population rurale et qui ne tardera pas Ă  exploser. Pendant ce temps, le nombre de morts dues Ă  la covid augmente dans les communautĂ©s sans qu’elles soient prises en compte.

Ses fonctionnaires sont en train de voler tout ce qu’ils peuvent du budget de l’État du Chiapas, se prĂ©parant peut-ĂȘtre Ă  un effondrement du gouvernement fĂ©dĂ©ral ou pariant sur un changement de parti au pouvoir.

Il a maintenant essayĂ© de saboter la sortie de la dĂ©lĂ©gation Zapatiste qui participe Ă  la traversĂ©e pour la vie, chapitre Europe, en ordonnant Ă  ses paramilitaires de l’ORCAO l’enlĂšvement de nos compagnons, laissant le crime impuni et essayant de provoquer une rĂ©action de l’EZLN dans le but de dĂ©stabiliser un État dont la gouvernance ne tient qu’à un fil.

Nous appelons l’Europe d’en bas et Ă  gauche et la Sexta nationale et internationale Ă  manifester devant les ambassades et consulats du Mexique, et les casas del gobierno de l’État du Chiapas, pour exiger qu’ils cessent dĂšs maintenant les provocations et qu’ils abandonnent le culte de la mort qu’ils professent. La date fixĂ©e est le vendredi 24 septembre 2021.

Devant l’action et l’omission des autoritĂ©s d’État et fĂ©dĂ©rales face au crime actuel et aux crimes antĂ©rieurs, l’EZLN a annoncĂ© qu’elle prendrait les mesures pertinentes pour que la justice soit appliquĂ©e aux criminels de l’ORCAO et aux fonctionnaires qui les parrainent.

le communiquĂ© intitulĂ© “Le Chiapas au bord de la guerre civile” termine ainsi :

“C’est tout. La prochaine fois il n’y aura plus de communiquĂ©. C’est-Ă -dire, il n’y aura pas de mots, mais des actes.

Depuis les montagnes du Sud-est mexicain

Au nom du CCRI-CG de l’EZLN

Sous-commandant insurgé Galeano

Mexique, 19 septembre 2021.”

https://enlacezapatista.ezln.org.mx…

Commando Palomita

Le commando “PopCorn” est composĂ© de 6 enfants et 5 mĂšres. Le groupe se dĂ©placera ensemble durant ces 3 mois en Europe.

“Je n’en suis pas certain, mais la lĂ©gende situe la gestation de cette unitĂ© d’élite de l’euzĂšdĂ©lĂšne voilĂ  quelques lunes.

Bien que le commandement gĂ©nĂ©ral zapatiste ait niĂ© encore et encore son existence, et range ces mĂ©disances dans le dossier des « Mythes gĂ©niaux ou pas Â» (aux cĂŽtĂ©s des lĂ©gendes du SombrerĂłn, de la XpakintĂ© et des recettes gastronomiques du dĂ©funt SupMarcos), les rumeurs situent la naissance du dĂ©sormais cĂ©lĂšbre Commando Pop Corn dans le Caracol de Tulan Kaw, Ă  la fin de l’annĂ©e 2019.

Lorsque La ExtemporĂĄnea a Ă©tĂ© informĂ©e que, enfin, les vols avaient Ă©tĂ© obtenus et, surtout, un endroit pour atterrir en Europe, notre cĂ©lĂšbre hĂ©ros (moi) a convoquĂ© le Commando Popcorn et leur a dit : L’incomparable et idolĂątrĂ© hĂ©ros (toujours moi, mais plus humble si tant est que ce soit possible) les prĂ©vĂźnt : « Vous allez enfin partir dans quelques jours. Il est interdit de tomber malade ou de se faire mal. Vous devez faire attention Ă  vous, parce que celui qui arrivera avec des Ă©gratignures n’aura pas de pop corn. C’est clair ? Â»

Tou.te.s répondirent affirmativement.

https://vimeo.com/599879721


AprĂšs 17 ans.

(La Section milicienne Ixchel-Ramona).

Parmi les membres de La ExtemporanĂ©a se trouve une section de miliciennes. En plus de faire partie des groupes d’« Ă‰coute et Parole Â», elles se chargeront de la sĂ©curitĂ© de l’aĂ©roportĂ©e et de participer Ă  une ou plusieurs rencontres de foot avec des Ă©quipes fĂ©minines de la gĂ©ographie europĂ©enne.

Il y avait 196 miliciennes inscrites pour voyager. Une vingtaine avaient moins de 18 ans, mais elles se sont prĂ©parĂ©es pour des voyages postĂ©rieurs et pour les continents d’Asie, d’OcĂ©anie, d’Afrique et d’AmĂ©rique, prĂ©voyant qu’elles seraient alors majeures pour pouvoir obtenir un passeport.

Extrait du communiquĂ© “Pour la dĂ©fense de 17 años.

https://enlacezapatista.ezln.org.mx…

Je n’en suis pas trĂšs sĂ»r, mais je crois que c’était en 2018.

À l’occasion de la PremiĂšre Rencontre de Femmes qui Luttent, il fut dĂ©cidĂ© que les miliciennes se chargeraient de la sĂ©curitĂ©. Elles furent convoquĂ©es pour s’entraĂźner. Dans les dĂ©filĂ©s, c’était du grand n’importe quoi. Aussi variĂ©s que les langues qui leur donnent une origine et un but, leurs pas Ă©taient dĂ©sordonnĂ©s, sans rythme. Elles avaient beau s’entraĂźner, il n’y avait aucune amĂ©lioration. DĂ©sespĂ©rĂ©, je dĂ©cidai que peut-ĂȘtre avec un rythme musical, elles pourraient uniformiser leur pas. Les tercias1 Ă©taient en train de tester la sono. Je leur demandai si elles avaient amenĂ© de la musique. « Seulement des cumbias et du reggaeton Â», me rĂ©pondirent-elles. « Ă€ part ça, autre chose Â», insistai-je. « Rien d’autre Â», rĂ©pondirent-elles en riant. J’ai demandĂ© aux miliciennes, pour savoir si l’une d’entre elles avait dans son portable une chanson que je pourrais utiliser. Chuchotements et rires complices entre elles. Elles ont tardĂ©. Finalement, l’une d’elles dit : « Seulement des cumbias Â», « Bon Â», je me suis dit, rĂ©signĂ©, « Quelles cumbias vous avez, donc ? Et ne me dites pas celle du Moño Colorado parce que vous allez toutes mourir misĂ©rablement Â» — À nouveau petits rires et chuchotements en 4 langues mayas diffĂ©rentes. AprĂšs un moment « Juste une, celle de 17 años. Â» « Vous avez toutes une seule cumbia et c’est la mĂȘme ? Â» « Oui, celle de 17 años. Â» « Bon, d’accord, celle-lĂ , alors donnez-la aux tercias pour qu’elles la mettent sur le grand ampli. Et formez les rangs pour reprendre l’entraĂźnement.”

https://vimeo.com/599747337




Source: Solidaires.org