CrĂ©Ă©e initialement pour combattre les cartels et lutter contre leurs trafics, le nouveau corps de police militaire et civile appelĂ©e la « Garde Nationale Â» sert bien d’autres enjeux : contrĂŽle accrue de la frontiĂšre sud mexicaine pour empĂȘcher les migrant-e-s de passer, mais Ă©galement reconquĂȘte des territoires autonomes zapatistes dans un contexte de rĂ©pression Ă©tatique envers les mouvements sociaux et les organisations populaires.

Le dĂ©ploiement militaire en cours est le plus important de l’histoire du pays. Pour le nouveau gouvernement, il est absolument nĂ©cessaire. Et pas seulement pour le nouveau gouvernement : pour toute l’oligarchie et ladite « classe politique Â» constituĂ©e par toutes les tendances du spectre Ă©lectoral. La nouvelle Force ArmĂ©e a Ă©tĂ© mise en place avec l’approbation « historique Â» unanime de tous les groupes parlementaires reprĂ©sentĂ©s au Pouvoir LĂ©gislatif fĂ©dĂ©ral. Les lĂ©gislatures des 32 Etats de la RĂ©publique ont Ă©galement donnĂ© leur aval immĂ©diat, via lequel le prĂ©sident de la RĂ©publique, AndrĂ©s Manuel LĂłpez Obrador, a dĂ©crĂ©tĂ© la crĂ©ation de la Garde Nationale le 26 mars dernier.

Ce jeudi, de nouveau de maniĂšre unanime, les lĂ©gislateurs fĂ©dĂ©raux (sĂ©nateurs et dĂ©putĂ©s) ont approuvĂ© les lois rĂ©glementaires de cette mĂȘme Garde Nationale. Autrement dit « il y a consensus Â» entre ceux qui gouvernent et ceux qui leur disputent le pouvoir quand il s’agit de dĂ©ployer les effectifs militaires sur tout le territoire national. Et il y a un consensus entre les pouvoirs de facto : les chambres de commerce, les consortiums mĂ©diatiques, les groupes financiers, et entre autres, la hiĂ©rarchie ecclĂ©siastique ont cĂ©lĂ©brĂ© la crĂ©ation de la nouvelle Force et exprimĂ© le souhait que, pour le bien de la nation, elle rĂ©ussisse dans son combat contre le crime et dans l’instauration de la paix.

Comme nous l’avons dit ici, la rĂ©elle confrontation du gouvernement de LĂłpez Obrador ne se joue pas contre ses adversaires du PAN, du PRI, du PRD, ni contre les hommes d’affaires, les financiers ou les ministres, ou encore les magistrats et les juges du Pouvoir Judiciaire. Cette confrontation existe, mais pour ce qui est fondamental, ils savent se mettre d’accord, comme pour le dĂ©ploiement militaire dans l’ensemble de la RĂ©publique.

Publiez !

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rĂ©daction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait Ă  travers l’interface privĂ©e du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment ĂȘtre publiĂ© !
Si vous rencontrez le moindre problĂšme, n’hĂ©sitez pas Ă  nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info


Article publié le 05 AoĂ»t 2019 sur Rebellyon.info