Ils travaillent sans contrat ni bulletins de salaires, certains sont payés 40€ par nuit et 5€ pour les heures supplémentaires. Tous exigent :

  • La fin de la sous-traitance et leur embauche directement par la société EIFFAGE ;
  • Le paiement de toutes les heures travaillées aux taux horaires en vigueur ;
  • La remise de leurs bulletins de salaire ;
  • Le respect du Code du travail, des normes de sécurité et des conventions collectives ;
  • La remise des documents pour permettre leur régularisation.

Le journal Le Monde qui a confié la réalisation de son nouveau siège à des « patrons voyous » doit aujourd’hui faire pression pour que le groupe EIFFAGE régularise la situation de tous ces travailleurs.

Le bureau confédéral

N’hésitez pas à passer les soutenir



communiqué de presse CNTSO


Article publié le 27 Fév 2020 sur Paris-luttes.info