Mai 17, 2021
Par La Rotative (Tours)
194 visites


Les services d’orthopédie [1] de Trousseau sont en grande souffrance depuis des années, souffrances majorées notamment depuis la restructuration de janvier 2018 (suite du Copermo [2]) avec la fermeture de 12 lits, alors que l’on en manque cruellement aujourd’hui et la suppression de nombreux postes infirmiers, aides-soignants et agents hospitaliers.

C’est pourquoi, après une réunion de négociation avec la direction, les collègues infirmières et aides-soignantes de nuit ont décidé de débuter un mouvement de grève à partir du 17 mai minuit soutenu par les organisations CGT, FO et SUD.

Elles dénoncent la dégradation continue de leurs conditions de travail et insiste pour qu’on leur donne des moyens supplémentaires en personnel afin de prendre en charge humainement et en sécurité les patients de leurs services.

À de nombreuses reprises, les collègues ont alerté la direction sur leur épuisement physique et psychologique avec la crainte qu’en bout de chaine ce soit les patients qui en payent le prix.

Aujourd’hui, chaque nuit c’est un binôme infirmière/aide-soignante qui prend en charge pas moins de 23 patients d’orthopédie et, au vu de la charge de travail que cela implique, il est évident qu’elles ne sont pas assez nombreuses.

Pourtant la direction reste sourde à leurs doléances et n’entend pas mettre du personnel supplémentaire sur ces équipes de nuit. Leurs revendications sont les suivantes :

  • un poste IDE [3] dans chaque service d’orthopédie sur les deux roulements de nuit, soit six postes à 100% supplémentaires d’IDE ;
  • la titularisation des agent.es contractuel.les ;
  • le remplacement immédiat de tous les arrêts maladie, longs et courts ;
  • l’accès aux formations demandées, que ces formations soient internes ou externes au service, et qu’elles soient acceptées et planifiées ;
  • le respect des placements de compensateurs.trices du pôle Reconstruction (reste sur leur pôle), ainsi que l’augmentation des effectifs de compensation du pôle ;
  • l’amélioration des conditions de prises en charges des patient.es, par l’ensemble des informations et prescriptions nécessaires, dès leur entrée dans les services ;
  • l’amélioration des conditions de prise en charge des patients.es par le remplacement du matériel défectueux et / ou vétuste, et du matériel en quantité suffisante dans les différents secteurs.



Source: Larotative.info