Octobre 31, 2021
Par Solidarité Sans Frontières (QC)
387 visites


Communiqué de presse

Action artistique au bureau de campagne électorale de Denis Coderre : Les sans-papiers et les réfugié-e-s appellent à une ville solidaire

Montréal, 31 octobre 2021 — Une action artistique menée par des membres de la communauté sans-papiers et ses allié.e.s se sont rassemblés au bureau de campagne électorale de Denis Coderre pour rappeller aux candidats municipaux que les sans-papiers sont des membres vitaux de la communauté montréalaise et qu’ils sont là pour rester !

Les messages laissés à l’extérieur du bureau de Denis Coderre représentent la  » plateforme des sans-papiers  » dans le contexte des élections municipales de Montréal. Ils demandent une vie dans la dignité et sans exploitation, sans peur et sans stigmatisation, ainsi que des droits civils immédiats et complets, y compris un travail digne, un logement, de la nourriture, la santé et la sécurité !

Lorsque Denis Coderre était le ministre fédéral de l’Immigration, il a déporté des dizaines de milliers de personnes. Lorsqu’il était maire de Montréal, il a déclaré sur Twitter que Montréal était une ville sanctuaire de manière irresponsable sans prendre aucune mesure concrète. En 2020, la Ville de Montréal a adopté une résolution soutenant la régularisation de toutes les personnes sans statut, mais aucune mesure n’a été prise par l’administration Plante pour concrétiser cette résolution. Dans le cadre des élections municipales, notre action rappelle aux candidats le combat quotidien auquel sont confrontés les sans-papiers et les mesures qui peuvent être mises en œuvre au niveau municipal pour nous assurer dignité et sécurité.

« Nos voix sont ignorées par les politiciens à tous les niveaux. Nous sommes ici pour dire à tous les candidats municipaux que nous voulons une ville solidaire et une ville sanctuaire pour réduire la précarité dans laquelle nous vivons en tant que membres sans-papiers de la communauté. Nous voulons voir des actions réelles pour mettre en œuvre les résolutions et les tweets des politiciens intéressés », a déclaré Mahdi, de Solidarité sans frontières.

« Nous vivons dans la peur quotidienne que la police de Montréal (SPVM) nous arrête et nous remette à l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) pour détention et déportation. Nous gardons la tête baissée et sommes obligés d’accepter les abus et l’exploitation pour cette raison « , a ajouté Miriam de Solidarité sans frontières, pour qui l’ASFC a émis un mandat d’arrêt après le refus de sa demande d’asile.

« Il est incompréhensible qu’en période de pénurie de main-d’œuvre, la ville ne prenne aucune mesure pour permettre aux sans-papiers de travailler dans une certaine sécurité », a déclaré Faride, de Solidarité sans frontières.

Nous sommes plusieurs milliers de sans-papiers à Montréal, et la ville peut nous fournir une vraie carte d’identité, comme celle de New York, pour que nous ayons accès à tous les services et aux mêmes droits que tout le monde… ». Mais pour que cela se fasse sans crainte, le SPVM doit cesser de collaborer avec l’ASFC « , a déclaré Miriam de Solidarité sans frontières.

« Nous exigeons une ville solidaire, pour vivre dans la dignité, la sécurité et sans peur. En fin de compte, nous exigeons la régularisation pour tous « , a déclaré Mahdi.

Voir les photos à https://www.solidarityacrossborders.org/fr/art-action-at-denis-coderres-electoral-campaign-office




Source: Solidarityacrossborders.org