DĂ©cembre 20, 2021
Par La Bogue
424 visites


C’est un mouvement qui avance en souterrain, loin des projecteurs, une rĂ©volte profonde qui se rĂ©pand en France. Depuis deux ans, les actes de sabotage contre les infrastructures de tĂ©lĂ©communication et contre le dĂ©ploiement de la 5G se sont multipliĂ©s. Des antennes-relais sont incendiĂ©es, des cĂąbles de fibre optique sectionnĂ©s, des pylĂŽnes dĂ©boulonnĂ©s. Dans la nuit, des personnes brĂ»lent des engins de chantier, s’attaquent avec des disqueuses aux relais tĂ©lĂ©phoniques ou dĂ©truisent Ă  coup de masse des armoires Ă©lectriques. Rien qu’au mois de novembre dernier trois antennes sont parties en fumĂ©e Ă  Saint-HĂ©and dans le dĂ©partement de la Loire. Quelques jours auparavant, Ă  Toulouse, quatre camionnettes d’une entreprise d’installation de fibre optique Ă©taient enflammĂ©es. Dans le Gard, entre Salindres et Barjac, des milliers de personnes ont Ă©tĂ© privĂ©es d’Internet aprĂšs que des cĂąbles aont Ă©tĂ© coupĂ©s Ă  la hache.

Prise isolĂ©ment, chacune de ces affaires pourrait s’apparenter Ă  un simple fait divers. Mises bout Ă  bout, elles tissent, au contraire, la toile d’un rĂ©cit commun. Ces actions apparaissent dans leurs revendications comme autant de refus de vivre dans une sociĂ©tĂ© hyperconnectĂ©e, autant de rĂ©sistances frontales Ă  la numĂ©risation du monde.

Des centaines de sabotages ont Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©s ces derniĂšres annĂ©es. Depuis plusieurs mois, Reporterre les rĂ©pertorie un Ă  un, au grĂ© de leur apparition dans des articles de la presse quotidienne rĂ©gionale ou sur des sites de revendications et d’informations anarchistes comme Attaque ou Sansnom. Entre janvier 2020 et dĂ©cembre 2021, nous en avons comptĂ©, sourcĂ© et analysĂ© 140 sur tout le territoire. Ils sont probablement plus nombreux. En mai 2021, un rapport interne du ministĂšre de l’IntĂ©rieur recensait dĂ©jĂ  174 actes de sabotage en un an. Ce document, dont France Inter a pu se procurer une copie, n’a pas Ă©tĂ© rendu public. MalgrĂ© nos demandes, le ministĂšre de l’IntĂ©rieur n’a pas souhaitĂ© nous le communiquer.

De leur cĂŽtĂ©, les opĂ©rateurs de TĂ©lĂ©com tiennent aussi le compte. « Chez Orange, environ une antenne par semaine est la cible de vandalisme Â», confiait en septembre Ă  La Tribune Cyril Luneau, le directeur des relations avec les collectivitĂ©s locales. Au total, en deux ans, Orange aurait subi 130 attaques dont 61 sur des sites de tĂ©lĂ©phonie mobile.

Lire la suite sur Reporterre.




Source: Labogue.info