Cet article paru en mars 2020, rappelle que selon les circonstances il est obligatoire ou prohibé de sortir masqué.
Le groupe État Islamique avait ainsi interdit (en septembre 2016) le port de ces burkas et niqabs dans la ville de Mossoul… Tout voile cachant complètement le visage y représentait un danger pour la sécurité… [Bernard CRML]

[NDLR] La version originale de cet article de Greta di Girolamo est parue sur VICE Latin America.

Des écailles, des plumes, des paillettes et des perles ornent leurs têtes colorées. Des centaines d’entre elles. Certaines seules, d’autres en bande. Elles sont toutes différentes, mais leur revendication est commune : cesser de tuer les femmes, cesser de les violer, leur permettre de participer à la création de la nouvelle constitution. Ce sont les féministes masquées.

L’utilisation de masques était la norme dans le Chili des années 1980, par les groupes armés de gauche face à la dictature, ils étaient un symbole de résistance, de révolution et d’insurrection. Aujourd’hui, il est redevenu un moyen de plus en plus pratique de dissimuler son identité pour éviter la persécution policière. Il sert aussi de barrière – bien que faible – pour atténuer les effets des gaz lacrymogènes que les policiers lancent depuis leur voiture. Les associations négatives avec les manifestants masqués se sont progressivement transformées ces derniers mois, car le vêtement a été revendiqué par des manifestantes féministes. Le point de vue sur les masques a changé, de plus en plus de gens sont descendus dans la rue, puis ont réalisé qu’ils ne pouvaient pas marcher le visage exposé. Josefina se promène dans Santiago avec une caravane de femmes qui participent à un atelier de fabrication de masques. Dans son sac à dos, elle porte un masque qu’elle a fabriqué, une fermeture éclair ornant la bouche. Dans ses mains, elle porte une énorme affiche en toile sur laquelle on peut lire : « Masques rouges en résistance ». « Nous sommes des femmes et nous nous investissons beaucoup dans ce domaine. J’ai mis tellement d’amour dans mes masques. Faire un costume de guerre, le mettre et chanter « Dignité » avec toutes ces femmes me remplit le cœur », dit-elle. La dignité est le nom dont le mouvement social a rebaptisé l’ancienne Plaza Italia, le centre névralgique de Santiago et l’épicentre des manifestations. Sur la base de pierre de la statue, au centre de la place, il y a une nouvelle plaque de métal sur laquelle on peut lire : « Plaza Dignity ».

La vague rouge
Il est 14 heures à Santiago, et 50 femmes d’âges et de milieux différents se sont réunies dans un centre culturel à quelques pas de la Place de la Dignité. Les femmes se mettent en cercle sur le sol autour d’une couverture brodée, d’un bol d’encens, avec du maté et des fruits à partager. Elles sont venues à la réunion des « Masques rouges en résistance », un groupe de femmes qui se réunissent chaque semaine pour organiser et créer des interventions artistiques dans différents endroits de la ville.

Après que tout le monde se soit présenté, elles se divisent en groupes et suivent les instructions des couturières, qui distribuent un modèle de patron de journal à chacune des participantes. « Idéalement, utilisez un tissu extensible », dit l’une des instructrices, pendant que les novices observent les tissus rouges dans un récipient qu’on leur fait passer. Chacune sélectionne son tissu, le plie en deux, et dessine le patron sur celui-ci avant de le couper. Elles cousent un rapide point de piqûre sur les parties ouvertes puis vers les extrémités courbes. Avec de la craie blanche, certaines aident les autres à marquer les coutures pour les yeux et la bouche à découper plus tard. Le masque est maintenant prêt à être décoré. Des bouts de tissu coloré sont étalés sur le sol, tout comme des bouts de fausse fourrure, des imprimés d’animaux, des néons, de la soie et de la dentelle. Les paillettes, les strass, les rubans, les miroirs, les perles et les plumes sont partout. Avec du silicone ou des aiguilles, les femmes donnent vie à leur alter ego. Le groupe de femmes qui dirige l’activité le fait depuis un certain temps. Après la montée du mouvement féministe national l’année dernière, elles ont commencé à donner des ateliers gratuits ou à faible coût pour apprendre aux femmes à fabriquer leurs propres masques. L’intention est de partager ces connaissances et de reproduire ensuite cet atelier avec d’autres. « Les femmes masquées n’exposent pas leur visage par peur d’être reconnues, il s’agit de ne pas représenter un individu : leur visage est votre visage, votre visage est mon visage. C’est la protestation de tous et chacune d’entre nous, physiquement et idéologiquement, vit dans un espace de résistance », annonce un communiqué sur le message des Masques rouges. Le document est signé « Femmes masquées contre la loi anti-masques. » « C’est mon premier masque », dit Javiera, 25 ans, alors qu’elle tresse du tissu bleu et violet pour le coudre sur son masque. « Je suis venue parce que les masques féministes ont plus que des yeux et une bouche. Les nôtres ont plus de sens que ceux des hommes, qui ne servent qu’à dissimuler. J’aime ça parce que ça sert de contrepoint. Nous ne voulons pas seulement cacher nos visages, mais nous nous présentons de la manière dont nous voulons être vues, entendues. Les décorations ne sont pas seulement esthétiques ; chaque article est important pour la femme qui le porte. Chaque femme crée une identité pour le masque qui reflète son histoire ».
Les histoires sont amères. Les rires et les larmes coulent entre les points de suture alors que les souvenirs de viol, de coups et d’amour abusif sont partagés. La valeur du masque dépasse le vêtement lui-même, il s’agit du processus collectif de création, c’est un moyen de se rencontrer et d’établir un soutien. Ximena, 63 ans, porte des masques depuis les années 80. Elle protestait avec son collectif habituel de femmes, qui travaillait à la conversion d’une ancienne chambre de torture pendant la dictature en un mémorial, et a décidé d’utiliser les toilettes du centre culturel – c’est ainsi qu’elle s’est retrouvée à cet atelier. La scène, dit-elle, lui rappelle tant de souvenirs de sa jeunesse. A l’époque, elle s’organisait avec d’autres femmes dans le même bâtiment pendant l’Unité populaire, le gouvernement socialiste dirigé par l’icône de gauche du Chili, Salvador Allende. La dictature a pris le pouvoir en 1973. Ximena porte toujours le masque dans son sac à main : un mouchoir noir avec deux trous pour les yeux, un grand R pour résistance écrit en peinture blanche. Elle a dit à ses enfants de l’enterrer avec.
Une fois que le groupe de femmes a terminé ses masques, elles s’habillent tout en rouge et marchent en masse vers Dignity Plaza. Au moment où elles arrivent au point de rencontre, le groupe a atteint 200 personnes. Tout le monde met son masque et commence à chanter et à danser sur « Un violeur sur ton chemin », la chanson du collectif féministe Las Tesis (La Thèse), qui est devenue un hymne féministe au Chili et dans le monde entier. « Ce n’était pas ma faute / ni l’endroit où j’étais / ni la façon dont j’étais habillée », chantent-elles en dansant. « L’État oppresseur est un violeur masculin », chante la vague rouge.

Les féministes qui luttent contre la loi anti-masque
Au début du mois de novembre, l’administration du président Sebastián Piñera a présenté au Congrès un projet de loi qui pénaliserait l’utilisation de masques dans les espaces publics. Ce projet de loi interdit la dissimulation faciale pendant les manifestations et augmente l’amende pour trouble de l’ordre public si le visage de la personne est dissimulé. L’accusation maximale pourrait aller jusqu’à trois ans de prison. Le projet de loi a été approuvé par le Sénat et est en cours d’élaboration. Entre-temps, les masques sont de plus en plus répandus. « Cette loi est un bluff, une distraction pour diminuer l’attention sur ce qui est important. Nous sommes complètement contre », dit Andrea, 29 ans, qui porte un masque blanc avec des oreilles de lapin, des lunettes de sécurité transparentes (ce qui est plus courant en raison du nombre croissant de blessures aux yeux) et du rouge à lèvres noir. Andrea est membre de Complejo Conejo (complexe de lapins), un collectif d’art textile qui se consacre au droit à l’anonymat. Compte tenu du contexte social, ils ont décidé de se consacrer pleinement à la création de masques avec des tissus donnés, qu’ils distribuent ensuite gratuitement lors des manifestations dans le centre-ville de Santiago. « Nous voulons que les gens utilisent le masque comme un visage pour aller se battre et se défendre », dit-elle. « Le droit à l’anonymat va de pair avec la liberté d’expression, de ne pas être puni pour avoir réclamé vos droits fondamentaux. Qui sont les masqués ? Ce ne sont pas des criminels, c’est finalement tout le monde ».
A ce jour, malgré les menaces régulières sur les médias sociaux, Complejo Conejo a distribué plus de 700 masques et plaisante sur le fait qu’elles n’arrêteront pas, tant que tout le Chili ne sera pas masqué. Leur distribution a connu un tel succès qu’elles ont commencé à recevoir des commandes d’autres régions du pays et de l’étranger. Pour répondre à la demande, elles ont développé un tutoriel pour que les gens puissent fabriquer leurs propres masques.
Andrea et son équipe distribuent des masques sur la Place de la Dignité. Alors que certains tiennent une pancarte qui dit « Masques gratuits ! Pour le droit à l’anonymat », avec des masques accrochés à des épingles à linge. Aujourd’hui, elles ont un invité spécial, un membre de Protected Data, une fondation qui travaille dans le domaine du droit à la vie privée et de la protection des données personnelles, qui répond aux questions sur le projet de loi qui interdit l’utilisation des masques.
L’une des chanceuses dans la file d’attente est Antonia, qui a reçu un masque orange avec des taches d’impression léopard bleu métallisé.
« Le masque est devenu utile, d’une part, pour nous couvrir parce qu’ils nous emprisonnent, mais aussi pour nous rendre visibles », explique la jeune femme de 27 ans. « Ces masques servent aussi à donner de la visibilité à nos propositions, à notre propre agenda, et à nous identifier les uns aux autres. Si vous rencontrez une partenaire avec le masque, vous savez que vous pouvez trouver du soutien auprès d’elle ».

Greta di Girolamo


Article publié le 25 Mai 2020 sur Monde-libertaire.fr