FĂ©vrier 2, 2022
Par Union Communiste Libertaire (UCL)
323 visites

La « guerre Â» contre le virus a, comme n’importe quelle guerre, gĂ©nĂ©rĂ© ses profiteurs.

Selon le dernier rapport de l’ONG Oxfam, la richesse des milliardaires s’est considĂ©rablement accrue lors des mois de pandĂ©mie, bien plus que sur l’ensemble de la dĂ©cennie prĂ©cĂ©dente.

En France, les seul·es milliardaires se sont enrichi·es de 236 milliards d’euros depuis janvier 2020 – soit une hausse de 86 % ! Dans le mĂȘme laps de temps, des millions de personnes sont tombĂ©es dans la pauvretĂ© et la prĂ©caritĂ©.

D’oĂč vient cet argent ? Principalement des caisses publiques. Ainsi les États, au nom du « soutien Ă  l’économie Â», ont biberonnĂ© la classe des parasites, qui sont pourtant les premiers Ă  stigmatiser les aides sociales et « l’assistanat Â» des personnes au chĂŽmage ou des fonctionnaires. Jeu de dupes ! Les uns sont au services des autres, quand ce ne sont pas les mĂȘmes.

La pandĂ©mie a consolidĂ© le pouvoir des capitalistes qui, en achetant les mĂ©dias ou les productions culturelles, peuvent diffuser largement leur vision du monde. Ce n’est pas Ă©tonnant si la tonalitĂ© de l’élection prĂ©sidentielle est orientĂ©e sur des dĂ©lires sĂ©curitaires ou racistes, par la majoritĂ© des canditates, des candidats et des mĂ©dias. Le message est adressĂ© aux « maĂźtres Â» sous le regard desquels se construit la « crĂ©dibilitĂ© Â» des candidat·es. Pourtant, les prĂ©occupations des exploité·es se situent bien ailleurs : l’inflation des prix, la fatigue du travail ou de la prĂ©caritĂ©, la santĂ© ou l’environnement. C’est sur cette base sociale que doit se fonder une politique anticapitaliste.

UCL, 24 janvier 2022




Source: Unioncommunistelibertaire.org