Grand moment de dignitĂ© chez les forces de l’ordre !

🔮 Les soignants se sont mobilisĂ©s pour avoir les moyens de sauver des vies. Les enseignants pour pouvoir donner cours dans des conditions normales. Les travailleurs pour avoir une retraite digne avant de mourir. Et dans la police ? On se mobilise pour avoir le droit de continuer Ă  Ă©trangler ! Chacun ses prioritĂ©s.

🔮 A Nantes, c’est l’indignation depuis l’annonce de Castaner sur la fin des mĂ©thodes d’étranglement : « On va faire comment ? », demandent les syndicats policiers qui ajoutent, l’air menaçant : « certains veulent dĂ©poser les casques. » De quoi donner envie 
 « J’ai reçu plein de messages de collĂšgues qui sont ulcĂ©rĂ©s et indignĂ©s, selon un syndicaliste, qui estime que la police est « lĂąchĂ©e » et « jetĂ©e en pĂąture pour acheter la paix sociale. » Gros caprice. « On voudrait dĂ©motiver les collĂšgues qu’on ne s’y prendrait pas autrement, la technique dite d’étranglement nous permet d’amener au sol un individu pour le maĂźtriser et l’interpeller ». Clou du spectacle : « cette technique est enseignĂ©e dans les Ă©coles de police depuis des annĂ©es sans remise en question ». Ont-ils compris que c’est justement ça le problĂšme ?

🔮 Depuis l’annonce du ministre de l’intĂ©rieur, les syndicats menacent d’une « grĂšve des interpellations ». « La rĂ©volte policiĂšre n’est pas loin » menace le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du syndicat Alternative Police CFDT, « puisqu’on nous retire les moyens de faire notre travail en toute sĂ©curitĂ©, arrĂȘtons tout simplement de le faire. » Les syndicats appellent Ă  ne plus interpeller personne. DĂ©cidĂ©ment, cette mobilisation policiĂšre, si elle est effective, rĂ©serve de belles surprises.

🔮 A Nice, les agents sont carrĂ©ment sortis dans la rue. « Les policiers azurĂ©ens n’en peuvent plus des accusations sans nuance Ă©manant du show-biz » lit-on dans la presse niçoise. Plusieurs patrouilles ont dĂ©cidĂ© ce mercredi soir de se rassembler place Massena pour exprimer leur ras-le-bol. Les policiers estiment qu’on « bafoue leurs droits et la prĂ©somption d’innocence ». C’est vrai qu’en France les policiers sont si souvent poursuivis et condamnĂ©s ! Les policiers ont « dĂ©posĂ© des menottes au sol » en signe de protestation. Signalons que les rĂšgles sanitaires n’étaient pas respectĂ©es : les manifestations sont interdites et celle-ci dĂ©passait les 10 participants. Vont-ils s’auto-verbaliser ?

🔮 On peut s’attendre Ă  un retour des manifestations de policiers armĂ©s et sans matricule avec leurs voitures de fonction, comme cela avait eu lieu en 2016. Des rassemblement illĂ©gaux, pour exiger une impunitĂ© totale, d’un corps qui ne se cache plus de faire pression sur le gouvernement. Notons que la police ne manifeste pas pour ses salaires : les agents bĂ©nĂ©ficient de primes, de moyens, d’augmentations 
 C’est d’ailleurs le seul service public qui ne subit pas l’austĂ©ritĂ© de plein fouet. Ils manifestent pour avoir le droit d’exercer la violence. Ces derniers mois, des enseignants qui protestaient ont Ă©tĂ© menacĂ©s ou mis Ă  pied pour bien moins que ça.


25k
fb-share-icon154695

26k


Article publié le 11 Juin 2020 sur Nantes-revoltee.com