Les personnels de santé réaffirment leur refus de la réforme des retraites

Cette deuxième journée, avec de puissantes manifestations partout sur les territoires, illustre la détermination à résister contre la destruction de notre système de retraite.

Ce mardi 10 décembre, à Tours 8000 manifestants, de Lille à Marseille, de Lyon à Bordeaux, près de 900 000 manifestants ont réaffirmé : « Non à la réforme à point !  ».

Le gouvernement cafouille dans ses explications, mais tout est clair : allonger la durée de cotisation et baisser les pensions pour tout le monde. Les femmes et les bas salaires seront les principaux perdants. Les agents hospitaliers, salariés de la santé privée et de l’action sociale sont au côté des cheminots, des agents de la RATP, des enseignants, des salariés de l’Énergie, de la Chimie… et d’autres secteurs, pour faire reculer ce gouvernement.

La CGT demande l’abandon du projet Macron et revendique :

  • Le maintien de tous les régimes de retraites, dont la CNRACL et l’IRCANTEC,
  • Aucun allongement de la durée de cotisation,
  • La reconnaissance de la pénibilité de nos métiers par la « catégorie active » avec un départ anticipé à taux plein, dans le privé comme dans le public.

Nos revendications sont plus que jamais d’actualité :

  • Augmentation de salaires pour tous : 300 euros par mois minimum ; pas des primes ridicules,
  • Des effectifs supplémentaires dans les services,
  • L’arrêt des fermetures de lits et de services,
  • Le financement de la santé et de l’action sociale à la hauteur des besoins de la population, à commencer par l’augmentation en urgence de l’ONDAM à 5 % minimum et la suppression immédiate de la taxe sur les salaires dans les hôpitaux,
  • L’ouverture des droits à une retraite à taux plein à 60 ans et à 55 ans dans le cadre de la catégorie active.

Aujourd’hui, les internes sont entrés à leur tour massivement dans la contestation. Après des mois de grève à l’hôpital et dans les établissements de la santé public/ privée et de l’action sociale, dans les EHPAD les salaries mobilisés sont déterminés à gagner. Elles et ils n’attendent rien des annonces du Premier ministre ce mercredi. Désormais, il faut ancrer et étendre les actions et la grève jusqu’au retrait du projet de loi sur les retraites.

Toutes et tous mobilisé les 12 et 17 décembre 2019.


Article publié le 12 Déc 2019 sur Larotative.info