Ils sillonnent la France en caravane et huit mois par an. Destination : les centrales nucléaires de tout l’Hexagone qui ont besoin d’intervenants en zone à risque pour la maintenance annuelle. Des journées de 12h, une vie sociale à réinventer à chaque étape. Puis ils repartent. 600 km dans la nuit, vers la centrale suivante …

On les appelle les « nomades du nucléaire ». Ce sont eux qui supportent plus de 80% de la dose collective annuelle d’irradiation reçue dans le parc nucléaire français. Ils sont près de 30 000 en France, des intérimaires qui travaillent pour des entreprises prestataires. Car aujourd’hui, les sous-traitants assurent 80% des activités de maintenance des centrales, contre 50% au début des années 90, alors que les durées d’intervention ont été réduites par deux, pour effectuer toujours les mêmes tâches. Ces « nomades » passent de plus en plus vite de centrale en centrale, ne bénéficiant ni des protections ni des formations requises …

Avec l’intervention de Gilles Reynaud de « Ma zone contrôlée », collectif de salariés militants sous-traitants de l’industrie nucléaire française.

http://www.ma-zone-controlee.com/

https://www.facebook.com/MaZoneControlee/

www.asso-ouverture.fr

>>>>> POSSIBILITÉ DE DÎNER SUITE À LA RENCONTRE : CE SAMEDI C’EST CUISINE INDIENNE.

RÉSERVATION APPRÉCIEE. VOIR SUR CETTE PAGE http://louverturemauvezin.ouvaton.org/fevrier-2020/

 - 1.2 Mo

Article publié le 10 Fév 2020 sur Iaata.info