Communiqué de solidarité du Groupe anarchiste Salvador-Seguí aux grèves et aux manifestations qui secouent l’île de Mayotte.

 - 156.3 ko

Depuis le 30 mars dernier, l’île de Mayotte, juridiquement département français, située dans l’océan Indien au sein de l’archipel des Comores, est le théâtre d’une grève générale illimitée, qui réclame « l’égalité réelle » avec la métropole. Tandis que des barrages routiers commencent à voir le jour, les grèves illimitées dans le public et le privé et les manifestations se multiplient. Les habitants, bien qu’étant censés bénéficier des mêmes droits que ceux de l’Hexagone, sont visiblement considérés par le gouvernement en place comme autant de « sous-citoyens » dont ils peuvent piétiner les droits. Une inégalité de traitement qui s’ajoute à une situation économique et sociale désastreuse, où le chômage frappe fort : seuls trois Mahorais en âge de travailler sur dix ont un emploi. Face à cette misère sociale et aux attitudes colonialistes et racistes de la classe politique, les Mahorais et les Mahoraises revendiquent, entre autres, une application réelle du Code du travail et des accords de branches, un alignement des pensions minimum sur celles de l’Hexagone, mais aussi le retrait du projet de loi Travail.

Lire la suite sur le site du groupe Salvador-Segui