Dans le contexte d’un r茅gime autoritaire comme le Maroc, la contestation se heurte rapidement 脿 la r茅pression. Pourtant, un mouvement de dipl么m茅s ch么meurs multiplient les actions et parvient 脿 arracher quelques victoires partielles. 

Le mouvement des dipl么m茅s ch么meurs parvient 脿 perdurer au Maroc. Pourtant, dans un r茅gime autoritaire, la r茅pression demeure importante. Des militants sont incarc茅r茅s voire tu茅s pendant des manifestations. N茅anmoins, les dipl么m茅s ch么meurs parviennent 脿 obtenir des victoires sur certaines de leurs revendications. Apr猫s des 茅tudes universitaires, il reste difficile de trouver un emploi. Les r茅formes lib茅rales ont affaibli le secteur public et administratif qui reste le principal d茅bouch茅 professionnel. Ensuite, les r茅seaux personnels et le 芦 piston 禄 restent indispensables.

Les mouvements pour les droits se d茅veloppent au Maroc. Ces luttes sectorielles restent moins r茅prim茅es car elles ne remettent pas en cause les fondements du r茅gime. Elles n鈥檃ttaquent pas les lignes rouges qui sont Dieu, la patrie et le roi. La lutte pour le droit 脿 l鈥檈mploi devient alors plus facilement tol茅r茅e. La sociologue Montserrat Emperador Badimon pr茅sente son enqu锚te sur ce mouvement dans le livre Lutter pour ne pas ch么mer.

 

                       

Militants et dipl么m茅s ch么meurs

 

Le mouvement des dipl么m茅s ch么meurs 茅merge au d茅but des ann茅es 1990. Cette lutte est port茅e par des 茅tudiants d鈥檈xtr锚me-gauche. Les universit茅s incarnent alors la modernisation du Maroc. 芦 Pour les militants des organisations d鈥檈xtr锚me-gauche, il n鈥檡 aurait de ch么mage plus injuste que celui des personnes dipl么m茅es, cens茅es incarner les espoirs d鈥檃m茅lioration des conditions du peuple marocain 禄, d茅crit Montserrat Emperador Badimon. L鈥橴nion nationale des 茅tudiants du Maroc (UNEM) incarne l鈥檕pposition de la gauche radicale 脿 l鈥檃utoritarisme d鈥橦assan II. La lutte contre le ch么mage permet alors de critiquer le r茅gime. Les r茅seaux militants de l鈥橴NEM se prolongent 脿 travers l鈥檈ngagement dans l鈥橝ssociation nationale des dipl么m茅s-ch么meurs du Maroc (ANDCM).

Durant les ann茅es 1970, l鈥橴NEM reste contr么l茅e par l鈥檈xtr锚me-gauche. Le syndicat 茅tudiant d茅nonce le r茅formisme et l鈥檃ttentisme de la gauche traditionnelle 脿 l鈥櫭ゞard du r茅gime. Des marxistes-l茅ninistes, des mao茂stes et des gu茅varistes se regroupent dans l鈥橴NEM. Mais des dirigeants du syndicat sont emprisonn茅s par le r茅gime. L鈥檈xtr锚me-gauche incarne l鈥檕pposition la plus r茅solue 脿 la monarchie. Durant les ann茅es 1980, les islamistes prennent le contr么le de l鈥橴NEM. Mais la gauche radicale reste pr茅sente 脿 travers des groupes non coordonn茅s. 芦 La r茅f茅rence commune entre ces cellules 茅clat茅es est l鈥檃pproche insurrectionnelle ainsi que le refus de toute forme d鈥檌nstitutionnalisation 禄, pr茅cise Montserrat Emperador Badimon.

Durant les ann茅es 1990, les militants gauchistes s鈥檈ngagent dans la cause des dipl么m茅s ch么meurs. Les rivalit茅s id茅ologiques doivent s鈥檃tt茅nuer autour d鈥檜n enjeu concret. Ensuite, les militants sont issus de la classe moyenne d茅class茅e et sont directement concern茅s par le probl猫me du ch么mage. Mais ils ne veulent pas 茅largir la lutte au-del脿 de la d茅fense des dipl么m茅s pour rendre cette cause plus l茅gitime aux yeux du r茅gime.

 

Les dipl么m茅s ch么meurs s鈥檃dressent 脿 l鈥橢tat. Ils d茅noncent l鈥檌njustice de ne pas obtenir d鈥檈mploi dans l鈥檃dministration malgr茅 leurs 茅tudes. La protestation devient m锚me une voie efficace d鈥檌nsertion professionnelle. Les dipl么m茅s ch么meurs expriment une d茅ception face 脿 l鈥檌mpossibilit茅 de satisfaire des attentes de promotion sociale et d鈥櫭﹑anouissement professionnel.

Les causes de l鈥檈ngagement sont diverses. Les r茅seaux militants issus du syndicalisme 茅tudiant ou les amis favorisent le militantisme. Les 茅checs professionnels et l鈥檈fficacit茅 de la lutte sont les raisons de la participation de personnes 茅loign茅es du militantisme. Ensuite, l鈥檈ngagement favorise une nouvelle sociabilit茅 et permet des rencontres amoureuses.

 

 

Organisation du mouvement

 

Le mouvement des dipl么m茅s ch么meurs se compose de multiples organisations qui ne sont pas reconnues par l鈥橢tat. L鈥檈ngagement et l鈥檌mplication des individus sont encourag茅s. L鈥檃ssembl茅e reste l鈥檈space central des d茅bats et de la prise des d茅cisions. Le bureau ex茅cutif et les commissions de travail sont d茅sign茅s par l鈥檃ssembl茅e. Mais la parole reste monopolis茅e par des hommes issus de l鈥檈xtr锚me-gauche et du mouvement 茅tudiant. Les v茅ritables prises de d茅cisions sont prises de mani猫re informelle par un petit groupe de militants qui ma卯trisent les comp茅tences relationnelles, rh茅toriques et politiques. Ce qui ne favorise pas la participation du plus grand nombre. 芦 Cela entra卯ne un sentiment d鈥檃li茅nation et de d茅possession, qui se traduit souvent par une attitude de d茅sint茅ressement 脿 l鈥櫭ゞard du travail collectif 禄, observe Montserrat Emperador Badimon.

Au sein de de l鈥橝NDCM, un syst猫me de points doit encourager la participation du plus grand nombre. Mais cette discipline autoritaire repose sur la culpabilisation. Ce fonctionnement ne permet pas de comprendre les contraintes familiales qui emp锚chent l鈥檈ngagement, notamment des femmes. La pr茅sence physique impos茅e n鈥檈mp锚che pas l鈥檈ngagement minimal. Une commission de participation contr么le chaque personne. Les manifestantes qui portent des jupes ou du maquillage commettent des infractions. La discipline militante se confond avec le sexisme. Des 芦 proc猫s collectifs 禄 peuvent m锚me d茅boucher vers des exclusions.

Le mouvement des dipl么m茅s ch么meurs se compose de diverses organisations. L鈥橝NDCM exprime un discours politique d鈥檈xtr锚me-gauche. D鈥檃utres collectifs pr茅f猫rent mettre en avant la dimension sociale plut么t que l鈥檌d茅ologie. N茅anmoins, ces organisations restent corporatistes. L鈥橝NDCM propose une analyse du ch么mage. Mais le capitalisme et le r茅gime du Maroc sont 茅galement remis en cause. Les slogans de l鈥橝NDCM contre la hausse des prix et la vie ch猫re font 茅chos aux autres luttes sociales. En revanche, d鈥檃utres groupes adoptent un discours plus mod茅r茅 pour pouvoir n茅gocier avec l鈥橢tat.

 

Maroc : les dipl么m茅s ch么meurs non-voyants passent 脿 l鈥檃ttaque

 

Pratiques de lutte

 

Le mouvement des dipl么m茅s-ch么meurs multiplient les actions et les manifestations. La r茅pression reste incertaine et variable. Les grands mouvements du 20 f茅vrier en 2011 et le Hirak dans le Rif en 2016 et 2017 subissent une violente r茅pression. Mais les collectifs plus sectoriels sont davanatage tol茅r茅s. Ensuite, l鈥檃ppel au roi suscite moins de r茅pression que la critique du r茅gime.

Les actions de l鈥橝NDCM peuvent faire l鈥檕bjet de charges polici猫res violentes. Les dipl么m茅s-ch么meurs de troisi猫me cycle, plus mod茅r茅s dans leur discours, subissent moins la r茅pression. Les manifestations se d茅roulent devant les b芒timents des institutions. Le Parlement 脿 Rabat reste un lieu privil茅gi茅. Des manifestations peuvent 茅galement partir des quartiers populaires pour renouer avec la m茅moire des gr猫ves et des 茅meutes des ann茅es 1980 et du d茅but des ann茅es 1990 dont ses endroits sont le point de d茅part.

Des occupations et des sit-in sont 茅galement organis茅s. Les dipl么m茅s-ch么meurs peuvent 茅galement bloquer des routes et des axes de circulation. Mais les militants peuvent 锚tre rapidement refoul茅s par des interventions des forces de l鈥檕rdre. 芦 La tactique cumulative qu鈥檈xplique la r茅currence des manifestations se fonde sur l鈥檋ypoth猫se qu鈥檜n encha卯nement des perturbations et l鈥檃gacement provoqu茅 par les manifestations sur la voie publique feront r茅agir les autorit茅s, pour le meilleur et pour le pire 禄, d茅crit Montserrat Emperador Badimon. Les militants se mettent en sc猫ne et semblent s茅par茅s du reste de la population.

Des dipl么m茅s-ch么meurs peuvent 茅galement occuper les toits de b芒timents publics. Ils peuvent se lancer dans des gr猫ves de la faim. Des tentatives de suicide s鈥檃pparentent 脿 des actes politiques avec des messages m茅diatiques. Le suicide de Mohamed Bouazizi a d茅clench茅 la r茅volte en Tunisie en octobre 2010. Mais ces actes ne sont pas nouveaux.

En 1991, l鈥檕ccupation d鈥檜n complexe artisanal par l鈥橝NDCM permet d鈥檕btenir des postes dans la fonction publique. La protestation permet de rendre visible le probl猫me du ch么mage, mais elle ne d茅bouche pas toujours sur des embauches. Le succ猫s de la lutte d茅pend 茅galement des calculs des d茅cideurs publics. L鈥橢tat alterne entre r茅pression et n茅gociation.

 

                M20-6.jpg

            

Jonction des luttes

 

A partir de 2011, le mouvement du 20 f茅vrier et des coordinations locales contre la vie ch猫re mettent en lumi猫re la question sociale et la corruption de la classe politique. Ces r茅voltes ont permis de faire pression sur le r茅gime qui a d没 engager des r茅formes. Les Hirak de 2017 et de 2018 renouent avec cette contestation. Les pratiques de lutte des dipl么m茅s ch么meurs ont favoris茅 un retour de la rue.

L鈥橝NDCM participe 脿 l鈥檈space des mouvements sociaux et 脿 la gauche altermondialiste. Elle participe 脿 des Forums sociaux. Elle entretient des liens avec ATTAC, AC ! en France et la CGT andalouse. Les dipl么m茅s ch么meurs participent 茅galement aux mouvements locaux contre la vie ch猫re qui 茅clatent entre 2005 et 2010. Des vagues de protestation 茅clatent dans les provinces du Sud avec des refus de payer les factures d鈥檈au et d鈥櫭﹍ectricit茅.

Une importante manifestation marche vers le si猫ge de la soci茅t茅 publique de distribution d鈥檈au. 芦 Les actions de rue r茅currentes des groupes de dipl么m茅.e.s ch么meur.se.s depuis des ann茅es ont s没rement fait appara卯tre l鈥檌nvestissement protestataire de l鈥檈space public comme quelques chose de “faisable” 禄, analyse Montserrat Emperador Badimon. Pour les dipl么m茅s ch么meurs, la participation 脿 une mobilisation multisectorielle permet d鈥檃ugmenter la pression sur les autorit茅s pour satisfaire leurs propres revendications.

Les dipl么m茅s ch么meurs participent au mouvement du 20 f茅vrier en 2011. Ils influencent ce mouvement contestataire qui relie la question sociale 脿 la critique de la corruption politique. Mais les dipl么m茅s ch么meurs restent tiraill茅s entre la participation 脿 une r茅volte sociale et l鈥檃m茅lioration individuelle de leur situation. Les dipl么m茅s ch么meurs doivent limiter leurs discours et leurs actions pour n茅gocier des postes aupr猫s des institutions. 芦 Le discours militant sur le droit au travail et la critique d鈥檜n Etat qui recrute sur des bases n茅potistes coexiste avec l鈥檃cceptation d鈥檃ccords d鈥檈mbauche fond茅s sur des crit猫res obscurs 禄, observe Montserrat Emperador Badimon.

Les dipl么m茅s ch么meurs peuvent 锚tre per莽us comme une cat茅gorie corporatiste et non solidaire, voire comme un alli茅 instable et opportuniste. Une partie des dipl么m茅s ch么meurs, notamment ceux du troisi猫me cycle, tiennent 脿 se d茅marquer du mouvement du 20 f茅vrier et signalent que leurs revendications n鈥檕nt rien 脿 voir. Inversement, les personnes qui participent au mouvement du 20 f茅vrier se moquent des dipl么m茅s ch么meurs pour leur collaboration avec le r茅gime. Au contraire, au cours de la r茅volte en Tunisie, les dipl么m茅s ch么meurs apparaissent comme un catalyseur de la contestation.

 

             

 

Limites d鈥檜n mouvement

 

Montserrat Emperador Badimon propose une 茅tude approfondie sur le mouvement des dipl么m茅s-ch么meurs au Maroc. Elle s鈥檃ppuie sur une enqu锚te de terrain avec l鈥檕bservation de l鈥檕rganisation et des pratiques de lutte de ce mouvement. L鈥檜niversitaire propose 茅galement une analyse qui s鈥檃ppuie sur la riche sociologie des mouvements sociaux. Cette approche lui permet de penser les conditions objectives de la mobilisation et de se pencher sur des profils militants. N茅anmoins, la sociologie semble d茅munie pour comprendre les r茅voltes spontan茅es comme le mouvement du 20 f茅vrier.

Montserrat Emperador Badimon montre bien les limites de ce mouvement des dipl么m茅s ch么meurs au Maroc. L鈥橝NDCM propose un profil contestataire mais tr猫s militant. Sa discipline et son id茅ologie marxiste-l茅niniste emp锚chent la mobilisation de ch么meurs qui luttent avant tout par rapport 脿 leurs conditions de vie. Les dipl么m茅s-ch么meurs de troisi猫me cycle illustrent encore davantage les limites de ce mouvement. Ils incarnent le point de vue de la classe moyenne. Ils se refusent 脿 remettre en cause l鈥檈xploitation mais se contente de revendiquer une meilleure place dans la soci茅t茅 capitaliste.

Ce qui les conduit 脿 privil茅gier la n茅gociation avec le pouvoir. Cette petite bourgeoisie intellectuelle insiste sur la valorisation de ses dipl么mes. Ce mouvement insiste sur le droit au travail et recherche une reconnaissance plut么t qu鈥檌l n鈥檌ncarne une critique du capitalisme. Cette cat茅gorie sociale tient 脿 se distinguer des gr猫ves ouvri猫res et des autres ch么meurs. Sa protestation reste fortement encadr茅e et polic茅e. Montserrat Emperador Badimon estime que ce mouvement permet de canaliser la r茅volte et d鈥檈ncadrer la lutte. Ce qui permet d鈥櫭﹙iter des explosions sociales beaucoup plus sauvages et incontr么lables.

Ensuite, le mouvement des dipl么m茅s ch么meurs reste une lutte sectorielle. Certes, des militants d鈥檈xtr锚me-gauche s鈥檈mparent de cette cause pour porter une critique plus globale du capitalisme et du r茅gime autoritaire. N茅anmoins, un mouvement qui se limite aux dipl么m茅s ch么meurs porte peu de possibilit茅 d鈥檜n renversement de l鈥檕rdre existant. Ce n鈥檈st qu鈥檜ne r茅volte globale qui peut permettre d鈥檃ttaquer l鈥橢tat et le capitalisme. Le mouvement du 20 f茅vrier permet un soul猫vement d鈥檜ne partie de la population, dans le contexte des Printemps arabes. N茅anmoins, c鈥檈st l鈥檈nsemble du prol茅tariat qui doit rentrer dans la lutte 脿 travers des gr猫ves et des blocages. Les dipl么m茅s ch么meurs permettent au contraire une agitation limit茅e et contr么l茅e qui peut m锚me emp锚cher un v茅ritable embrasement de la col猫re sociale.

 

Source : Montserrat Emperador Badimon, Lutter pour ne pas ch么mer. Le mouvement des dipl么m茅s ch么meurs au Maroc, Presses universitaires de Lyon, 2020

 

Articles li茅s :

Les nouveaux mouvements sociaux au Maroc

Retour sur la r茅volte tunisienne

Les r茅volutions arabes depuis 2011

L’insurrection du peuple alg茅rien

Pour aller plus loin :

Vid茅o : Maroc: les dipl么m茅s dans la rue contre le ch么mage, mis en ligne par l’AFP le 10 d茅cembre 2011

Articles de Montserrat Emperador Badimon publi茅s sur le portail Cairn

Montserrat Emperador Badimon, Dipl么m茅s ch么meurs au Maroc : dynamiques de p茅rennisation d鈥檜ne action collective plurielle, publi茅 dans la revue L鈥橝nn茅e du Maghreb III en 2007

Montserrat Emperador Badimon, BEININ Joel Workers and Thieves: Labor Movements and Popular Uprisings in Tunis and Egypt, publi茅 dans la Revue des mondes musulmans et de la M茅diterran茅e 144 en 2018

Marouane, Maroc : Quelques 茅l茅ments de la situation politique, publi茅 sur le site du CADTM le 17 mai 2017

Solidarit茅 avec l鈥橝ssociation Nationale des Dipl么m茅s Ch么meurs du Maroc (ANDCM), publi茅 sur le site de la Conf茅d茅ration nationale du travail (CNT), le 16 mai 2016

LA CGT-e veut montrer sa solidarit茅 avec les prisonniers de l鈥橝NDCM de Ben Guerir, publi茅 sur le site de la Fondation Besnard le 6 septembre 2011


Article publié le 09 Oct 2020 sur Zones-subversives.com