Décembre 7, 2020
Par Lundi matin
314 visites


On a beaucoup discuté, avant, pendant et après la campagne électorale, de la possibilité qu’une nouvelle guerre civile puisse bouleverser les structures politiques et sociales du pays nord-américain suite aux résultats des élections et, certainement, l’obstination avec laquelle le président sortant refuse d’accepter la défaite (désormais largement attestée) pourrait laisser penser que cette hypothèse est loin d’être caduque.

En fin de compte, la guerre de Sécession est un fantôme qui continue de remuer l’âme américaine, précisément parce que cet événement historique, qui s’est déroulé entre le 12 avril 1861 et le 23 juin 1865 et qui a fait entre 620 000 et 750 000 morts parmi les soldats, avec un nombre indéterminé de civils [2], a été l’acte fondateur des États-Unis modernes, peut-être bien plus que la Déclaration d’indépendance de 1776 et la guerre qui a suivi avec les armées de la Couronne britannique.

Ce fut un moment de grande transformation économique et sociale, dont, comme on l’a déjà dit plusieurs fois dans ces pages, la libération des esclaves noirs n’a été que l’ultime raison, alors que la première a certainement été la transformation des États-Unis d’un pays exportateur de matières premières vers l’Empire britannique et de l’industrie britannique vers un pays industriel destiné, en l’espace de quelques décennies, à dépasser la productivité de nombreux pays européens qui s’étaient auparavant industrialisés.
 Seule cette industrialisation a pu garantir dans les années suivantes le développement des chemins de fer qui allait finir par accélérer le transport des biens et des personnes, unifiant définitivement un pays qui faisait face aux deux principaux océans, distants de près de 5 000 kilomètres. Il est important de rappeler tout cela au lecteur car même le choc actuel porte sur des transformations qui, avant même d’être politiques et culturelles, comme le voudraient les intellectuels raffinés à la Saviano, sont économiques et technologiques.
 Mais procédons, comme toujours, une étape à la fois.

Au moment de la rupture, le Nord était gouverné, comme le reste du pays, par un président républicain, Abraham Lincoln, qui fut également le premier président d’un parti nouvellement né, tandis que les États confédérés étaient représentés par un parti démocratique qui, à l’époque, et pendant un certain temps, représentait les intérêts des grands propriétaires terriens qui possédaient des esclaves et des petits propriétaires terriens qui, même avec l’utilisation d’une main-d’œuvre esclave en très petit nombre par rapport à celle des grandes plantations, exportaient encore du coton et du tabac vers les industries de l’autre côté de l’Atlantique. En fait, comme Marx l’avait déjà affirmé en 1847 dans Misère de la philosophie, l’esclavage dans le sud des États-Unis n’avait rien ou presque à voir avec l’esclavage ancien, alors qu’il constituait au contraire un système moderne d’exploitation, indispensable au développement du capitalisme manufacturier anglais et européen.

Mais si, d’une part, ce sont les petits propriétaires qui ont fourni aux armées confédérées le gros de l’armée, d’autre part, ce sont souvent les ouvriers qui ont fourni les principaux contingents de l’armée unioniste. Également à l’invitation de Marx et Engels qui, à l’époque, avaient ouvertement pris parti pour Lincoln et la cause de l’Union, précisément au nom de la lutte contre l’impérialisme britannique et de l’émancipation de la classe ouvrière, dans un contexte où le système esclavagiste était encore un obstacle à son élargissement. Ce n’est pas un hasard si Joseph Weydemeyer, un Allemand de Westphalie membre de la Ligue communiste depuis 1846 et qui, après s’être installé aux États-Unis en 1851, continuera à collaborer étroitement avec Marx et Engels, s’est engagé comme officier dans l’armée de l’Union où il a combattu pendant quatre ans dans le Missouri.

Il est cependant important de mentionner également la voix d’un autre collaborateur des deux communistes allemands, qui s’est installé aux États-Unis en 1852 : Friedrich Adolph Sorge. En 1890-91, retraçant les événements du mouvement ouvrier américain, il écrit en effet dans le Neue Zeit [3] :

« L’agitation autour de la question de l’esclavage avait conduit en 1854 à la fondation du Parti républicain qui, malgré la défaite subie lors des élections présidentielles de 1856, allait avoir beaucoup d’influence dans les années suivantes. Sans programme clair, sans attaque directe contre l’institution de l’esclavage, ce parti n’a voulu empêcher le Sud esclavagiste de s’étendre à de nouveaux territoires et entraver l’entrée de nouveaux États esclavagistes dans l’Union […] qu’en 1860, après une campagne électorale combative, L’influence de ces luttes sur le mouvement ouvrier aux États-Unis est incontestable, tant en termes d’inconvénients que d’avantages. Ces luttes et la guerre ont toutes deux influencé négativement le mouvement ouvrier, car elles ont éloigné l’intérêt du peuple, au sens strict du terme, des questions économiques et, de plus, elles ont donné aux politiciens, toujours prêts à pêcher dans la turbidité, le prétexte attendu pour s’opposer aux revendications des travailleurs en les appelant à des “intérêts supérieurs”. Un autre effet négatif a été le changement brutal de la composition de la population de la classe ouvrière, car les travailleurs américains qui s’étaient engagés comme volontaires ou qui avaient été appelés aux armes [4] ont été remplacés par des immigrants, qui ont naturellement eu besoin de plus de temps pour s’informer de la situation et commencer à formuler leurs premières revendications. Un autre inconvénient était la détérioration des conditions de vie de la classe ouvrière due à la forte dévaluation du papier-monnaie, qui n’était pas compensée par les augmentations de salaire obtenues par les travailleurs. D’autre part, il n’y a pas eu de chômage pendant les années de guerre. 
Voyons les avantages. La demande énorme et croissante de matériel et d’équipement de guerre, de nourriture et d’aliments, de bottes et d’uniformes a fait de la main-d’œuvre une denrée très recherchée. Les travailleurs ont ainsi pu imposer avec une certaine facilité de meilleures conditions de travail à leurs employeurs. Dans le même temps, des tarifs protectionnistes ont été adoptés. Un grand avantage a finalement été donné par le fait que la guerre, en résolvant la question de l’esclavage, a ouvert la voie à la question des travailleurs » [5].

La longue citation est importante car elle contient à la fois la vision du mouvement ouvrier typique de la Deuxième Internationale et les éléments typiques qui ont présidé aux choix de la plupart des travailleurs américains et des responsables politiques de la Nation jusqu’à aujourd’hui. Malheur à vous de l’oublier !

À l’époque, l’Union comptait 20 États fédérés, dont ceux qui sont entrés dans le conflit : le district de Columbia-Washington, la Californie, le Connecticut, l’Illinois, l’Indiana, l’Iowa, le Kansas [6] , le Maine, le Massachusetts, le Michigan, le Minnesota, le New Hampshire, le New Jersey, l’État de New York, l’Ohio, l’Oregon, la Pennsylvanie, le Rhode Island, le Vermont, le Wisconsin et le Nevada (seulement depuis 1864).

À cette époque, les États du Nord comptaient 801 000 travailleurs dans leurs usines, contre 79. 000 dans le Sud, avec un capital investi de 858 millions de dollars (dont 445 dans l’industrie pour une valeur produite de 861 millions de dollars) contre 237 (dont 55 dans l’industrie pour une valeur produite de 79 millions de dollars) investis dans les 11 Etats du Sud : Alabama, Arkansas, Floride, Géorgie, Louisiane, Mississippi, Caroline du Nord, Caroline du Sud, Tennessee, Texas, Virginie en plus du territoire indien et du territoire confédéré de l’Arizona.

À tout cela s’ajoutent encore cinq États tampons officiellement suspendus entre une faction et l’autre : le Delaware, le Kentucky (le plus grand État esclave de l’Union), le Maryland (État esclave), le Missouri (État esclave), la Virginie occidentale (séparée de la Virginie comme État esclave mais pro-Unioniste, officiellement admise dans l’Union en 1863). Pour confirmer la présence de l’esclavage également dans différents États de l’Union ou sympathisants, il faut souligner que dans ces États et dans les États tampons, il y avait environ 443 000 esclaves contre les 3 millions et 522 000 détenus par les États confédérés.

Fin de la balade historique et retour au présent (plus ou moins).

Il semble assez clair que le conflit du XIXe siècle n’était pas seulement de nature économique, mais aussi de mode de production. De même, il faut dire ici et maintenant que l’actuel l’est toujours. La vulgate du fascisme et du racisme contre la démocratie et la liberté peut être laissée au bavardage vide de la télévision et du journalisme, si nous voulons vraiment comprendre la profondeur de la faille qui traverse la société américaine, comme celle de San Andreas traverse la Californie et peut-être encore plus. Prêt à déclencher un tremblement de terre dont nous avons depuis longtemps pu sentir les secousses d’alerte.

Malgré la défaite, M. Trump a vu ses votes augmenter de 6 millions par rapport aux élections de 2016 où il avait été vainqueur, maintenant effectivement sa domination dans 25 États sur 50. Joe Biden, en revanche, n’a pas obtenu l’avalanche de votes afro-américains que tout le monde attendait, mais au contraire, il a réussi à perdre une partie importante de son attrait auprès de ce segment de la population. Il a obtenu 75 % des voix des Afro-Américains contre 81 % pour Clinton et 87 % pour Barak Obama. C’est la raison pour laquelle de nombreux commentateurs ont parlé de « blue trickle » plutôt que de « wave ». Alors que Donald Trump a amélioré sa position auprès des électeurs non blancs. Et pas seulement parmi les Latinos anti-Castro d’origine cubaine en Floride (où, sans surprise, il est revenu pour gagner).
On peut soit penser que la Covid-19 a apporté une vague de folie à une grande partie de l’électorat américain, endommageant irrémédiablement leur cerveau (comme le voudraient peut-être les intellectuels de salon et les briseurs de ménage habituels), soit essayer de comprendre. Sur le plan matérialiste et par habitude ancienne, nous choisissons ici de suivre la deuxième voie.

Si la carte des États-Unis pendant la guerre civile indiquait les États de l’Union en bleu et les États confédérés en rouge (laissant les États tampons en bleu ou en gris), aujourd’hui les États rouges et bleus, comme nous l’avons appris, indiquent la plus grande influence de Trump et du parti républicain (rouge) ou de Biden et du parti démocrate (bleu). Si pour la guerre du XIXe siècle, la faute de la couleur séparait deux types d’économie (par exemple les 96 000 établissements industriels du Nord contre les 17 000 du Sud), aujourd’hui les deux couleurs séparent également deux perspectives économiques différentes. 
L’une, le bleu, actuellement vainqueur, et l’autre, probablement et pas seulement électorale, destiné à être battu.

Cela ne veut pas dire que les zones bleues sont les zones où vous êtes le mieux loti, étant donné que le « New York Times », dans un article du 30 octobre de l’année dernière, a souligné que les zones bleues avaient été plus gravement touchées économiquement que les zones rouges [7]. En fait, selon le journal, la récession qui a suivi la pandémie a été plus sévère dans des États comme la Californie ou le Massachusetts, qui ont connu des pertes d’emplois plus importantes et donc un taux de chômage plus élevé, que d’autres comme l’Utah ou le Missouri. Et cela est dû à un mélange différent d’emplois entre les États « démocratiques » et « républicains ». Dans le premier cas, l’emploi a davantage diminué au cours des deux premiers mois de la pandémie, puis a maintenu une baisse significative de l’emploi depuis juin (2020).

Il n’y aurait même pas de lien direct entre la propagation du virus et les pertes d’emploi, car si au départ le nombre d’infections et de décès était plus élevé dans les zones bleues comme New York, par exemple, à partir de juin, les zones rouges ont augmenté et depuis juillet, les décès aussi. Ainsi, en gros, les pertes d’emplois seraient liées à des différences fondamentales entre les types de travail effectués. Avec la perte record d’emplois dans les secteurs du divertissement, de l’hôtellerie et des voyages et loisirs. Surtout dans des endroits comme Honolulu, Las Vegas et la Nouvelle-Orléans (cette dernière appartenant toutefois à un État où les républicains ont encore gagné).

Et ce sont principalement les zones métropolitaines qui ont subi la plus forte baisse de l’emploi, en moyenne 10% ou plus, comme Springfield (Mass.) avec -12,9%, Las Vegas -12,4%, New York -11,4%, San Francisco -11,2%, la Nouvelle-Orléans -11%, Los Angeles – 10,5%, Detroit -10,5% et Boston -10,1% (la liste pourrait toutefois s’allonger). Parmi les secteurs les plus touchés par la crise pandémique, 59 % des travailleurs employés dans l’hôtellerie et la restauration, 63 % de ceux employés dans l’art, les spectacles et les divertissements, 66 % de ceux employés dans l’information comme la publicité, le cinéma et les télécommunications vivent dans des zones où les démocrates se sont déjà implantés lors des élections de 2016. Alors que la plupart des secteurs économiques moins touchés par la pandémie « économique », comme l’industrie manufacturière et la construction, auxquels j’ajouterais le secteur agricole, sont situés dans des zones où Trump a déjà gagné en 2016 (et où il est encore établi aujourd’hui).

Fondamentalement, les plus grandes pertes d’emplois ont eu lieu dans les zones métropolitaines ou les pôles technologiques où un certain nombre de personnes, non indifférentes, peuvent travailler à domicile. C’est dans ce secteur, et en particulier dans celui des services financiers ou professionnels, que la baisse de l’emploi a le plus ralenti, mais c’est précisément le fait que le nombre élevé de travailleurs employés dans ces secteurs signifie que d’autres secteurs, dans les mêmes zones, comme New York ou San Francisco, ont été les plus touchés. Par exemple, le secteur de la restauration ou de la vente au détail, où le nombre de personnes employées a chuté de façon spectaculaire.

Cependant, un an plus tôt seulement, le même auteur mentionné plus haut, dans le même journal, écrivait que dans les zones métropolitaines bleues, davantage de résidents ont un diplôme universitaire : les dix principales zones métropolitaines ayant le plus haut niveau d’éducation ont chacune voté pour Hillary Clinton avec une marge d’au moins 10 points. Les revenus moyens des ménages sont plus élevés dans les zones métropolitaines bleues, même si le coût de la vie y est plus élevé. En fait, les zones métropolitaines « démocratiques » auraient une composition d’emplois plus favorable pour l’avenir, avec moins d’emplois dans le secteur manufacturier, une part plus importante d’emplois « non routiniers » plus difficiles à automatiser et une part plus importante d’emplois dans des secteurs qui devraient connaître une croissance plus rapide.


Ces mesures – éducation, revenu des ménages, coût de la vie, heures supplémentaires et croissance prévue de l’emploi – sont étroitement liées entre elles et avec le vote démocratique.
 En outre, les zones métropolitaines elles-mêmes auraient une croissance de l’emploi moins volatile. Cela s’explique en partie par le fait que les secteurs liés aux produits de base, tels que la production et l’exploitation minière, seraient plus volatiles et regroupés en zones de tendance républicaine. Mais, alors que les revenus des ménages par rapport au coût de la vie seraient plus élevés dans les zones métropolitaines bleues, les salaires par rapport au coût de la vie pour une profession donnée seraient plus élevés dans les zones métropolitaines plus rouges [8].

Arrêtons-nous ici pour l’instant, même s’il est clair que quelque chose a mal tourné dans le récit démocratique. Il semble donc que la différence de couleur sur la carte présidentielle, au-delà du républicanisme profondément enraciné de plusieurs États du Midwest et de l’Ouest, suit fondamentalement une ligne de fracture entre la Nouvelle et l’Ancienne Économie. 
La première concerne la mondialisation et la globalisation de la finance, la haute technologie, les technologies de l’information, la numérisation de chaque environnement de travail et la distribution des services et des biens, le smart working et l’atomisation de chaque environnement de travail avec pour conséquence la perte de toute dimension communautaire ou identité de classe. En plus des productions cinématographiques, mais de plus en plus destinées aux productions en série pour les chaînes numériques ou les jeux vidéo. Une économie virtuelle dans laquelle même la majorité des emplois deviennent virtuels et précaires. Au sein duquel, cependant, le développement de la recherche des Big Pharma [9] sur les profits financiers plutôt que scientifiques et les technologies visant à la diffusion du Capitalisme Vert jouera un rôle de plus en plus important.

L’autre est celle des industries manufacturières, des industries extractives, de la construction traditionnelle et de l’agriculture (bien qu’une partie importante du secteur des petits exploitants agricoles dans les États occidentaux entrera de plus en plus en conflit avec le secteur extractif en raison des dommages causés par la pratique du fracking). Les secteurs traditionnels dans lesquels l’emploi est (ou était) plus sûr et le revenu moyen également. Une économie aux coûts élevés et aux faibles bénéfices pour le capital financier, car elle est aujourd’hui peu compétitive par rapport à celle d’autres nations, plus jeunes et plus agressives, mais avec des salaires beaucoup plus bas, qui opèrent dans les mêmes secteurs.

Si les États-Unis, selon cette hypothèse, veulent maintenir ou au moins défier la Chine pour maintenir leur domination mondiale, et pas seulement militaire, ils devront sûrement déplacer leur centre économique de plus en plus vers la nouvelle économie. M. Trump s’est fait l’avocat des droits de douane, des murs et des retraits militaires (qui seront effectués dans les prochains jours en Afghanistan et en Irak) pour sauver le produit national et réduire les coûts et pour répercuter sur les alliés/concurrents les coûts de ces opérations afin de sauver une économie en crise. Mais si cela plaît à ses partisans, il ne suffit pas d’avoir faim de nouveaux profits du capital, compris comme une machine implacable, même envers ses serviteurs les plus hauts placés. Tout comme les industriels du Nord en 1860 n’étaient pas satisfaits des 87 millions de dollars d’exportations de leurs produits par rapport aux 229 millions de dollars d’exportations du Sud et de son économie esclavagiste.

Les lignes de fracture et de couleurs semblent donc se préciser : et elles sont loin d’être idéales ou produites par l’ignorance. Une grande partie de l’électorat américain, même dans les États où les centres urbains ont contribué à la victoire de Biden alors que les zones périphériques sont restées rouges, n’a pas l’intention d’entrer dans le cycle du travail précaire et sous-payé.
 Je me souviens, à cet égard, des paroles prononcées par Chicco Galmozzi pour expliquer les motivations des travailleurs qui ont choisi l’organisation armée dans les années 70 :

« Mon opinion personnelle est que les travailleurs de Senza Tregua [10] avaient une vision plus réaliste et étaient conscients que ce qui était en jeu immédiatement n’était pas l’établissement du communisme mais une lutte pour la survie. On se bat pour ne pas mourir, pour ne pas disparaître en tant que sujet historique. […] Les travailleurs avaient clairement le sentiment qu’ils étaient au milieu d’un processus de restructuration majeur qui allait entraîner des délocalisations et des fermetures d’usines entières. Sur ce point, une divergence de vues se fait jour entre la base ouvrière de Senza tregua et Toni Negri et Rosso. Pour ces derniers, l’usine généralisée et l’assistant social sont un passage qui fait même allusion à une phase et à un terrain plus avancés pour la transition vers le communisme, pour les travailleurs de Senza tregua, en revanche, le risque qui se profile à l’horizon est la fin d’un monde, de leur monde. D’autre part, il ne semble pas infondé de soutenir que si la lutte armée naît dans l’usine, elle meurt avec la mort de l’usine. Ou plutôt, elle leur survit en devenant autre chose par elle-même : la lutte armée sera répercutée et prolongée artificiellement, une pratique qui ne correspond plus à ses raisons d’origine. La disparition des grandes concentrations d’ouvriers et le sujet historique qui en découle marqueront la fin d’une histoire. » ( de Chicco Galmozzi, fils de l’atelier. De Lotta Continua à Prima Linea : le origini e la nascita (1973- 1976), Derive Approdi, Roma 2019, p.136)

Pour certains lecteurs, cette comparaison peut sembler scandaleuse, mais pourtant… La résistance du monde du travail « traditionnel » aux progrès des nouvelles technologies, aux nouvelles techniques de production et à la restructuration socio-économique qui en résulte est une constante de l’histoire depuis l’avènement du capitalisme. Du tumulte de la Ciompi à l’action désespérée du capitaine Swing et des Luddites contre la mécanisation de l’agriculture, jusqu’au grand nombre de petits propriétaires terriens du Sud venus défendre les intérêts des propriétaires des grandes plantations de tabac et de coton, en versant leur sang. Ou celle des principales tribus amérindiennes du territoire indien qui se sont ralliées à la cause confédérée. La plupart des batailles ont été perdues dès le début.

Est-ce pour cela que nous devrions, en bons progressistes, féliciter le nouveau venu et le soutenir ?
 Ce qui est certain, c’est que si nous n’avons rien à voir avec l’ancien monde industriel, nous ne pouvons rien avoir à faire avec les transformations anthropologiques, économiques et sociales qui ont lieu. Nous devrons plutôt être de plus en plus capables d’observer, de comprendre, de dénoncer et si possible, d’organiser les contradictions que cette puissante transformation a déjà commencé à développer. C’est un terrain glissant où le creuset entre les classes, les demi-classes et les différentes identités raciales, toutes en voie de prolétarisation croissante, reste à réaliser, notamment en termes de vision tant politique qu’économique et sociale.

Un territoire où, sur un plan surtout propagandiste et imaginaire, la question des droits joue beaucoup.
 La vieille économie américaine privilégie certainement les blancs, même si la question reste de savoir pourquoi un grand nombre de Latinos et 25 % de l’électorat afro-américain ont pu voter pour Trump (mais la réponse est implicite dans la question elle-même). 
D’autre part, le triomphe de la bourgeoisie et du capitalisme industriel s’est affirmé grâce à la promesse de droits pour tous : Liberté, Egalité, Fraternité ou la liberté pour la majorité d’être exploitée une fois les liens de la communauté dissous, l’égalité des pauvres pour accepter les lois du commandement capitaliste et pour rivaliser entre eux et la fraternité des opprimés dans la pauvreté ou des maîtres dans le processus d’accumulation. 
Bienvenue une fois de plus dans le monde libre !

Libre aujourd’hui aux travailleurs de chercher un emploi en ligne comme livreurs et transitaires, de se contenter de la communication numérique sur les médias sociaux et de consommer ce que les grandes chaînes de distribution, comme Amazon (dont la valeur des actions a plus que doublé l’année dernière ainsi que les chaînes de télévision comme Netflix), nous fournissent de partout dans le monde globalisé. 
Paradoxalement, un nouveau monde dans lequel le modèle chinois a déjà gagné et que l’Occident, les États-Unis en tête, est obligé de poursuivre [11].

« […] pourquoi des milliers de filles arrivent chaque jour à Dongguan, à la suite des campagnes sans fin menées dans tout le pays ? Ici, la réponse est plus simple : d’abord parce que leurs bras sont les plus recherchés sur le marché du travail chinois, et ensuite parce qu’une fille, dans un endroit comme Dongguan, peut réaliser son rêve, le seul apparemment accordé, en Chine aujourd’hui : faire carrière. Certes, les conditions de départ sont très dures : quarts de travail épuisants, salaire minimum, temps libre réinvesti dans l’apprentissage obligatoire de ces rudiments d’anglais sans lesquels une carrière ne peut commencer. Mais les filles de Dongguan […] sont prêtes à tout accepter : un nomadisme incessant (pour une usine où l’on trouve une place, il y en a toujours une autre qui offre mieux, et où il faut déménager le plus vite possible) ; des relations personnelles fugaces, mais inaliénables, ne serait-ce que pour les informations qui peuvent en découler ; et une vie entièrement construite autour de la possession d’un seul bien primaire, le téléphone portable (le perdre, dans un endroit comme Dongguan, c’est connaître instantanément une solitude presque métaphysique) » [12].

Comme le dit encore Giovanni Iozzoli, dans un de ses prochains essais :

« Daesh prône une refondation radicale de l’humain, à l’image du capitalisme mondialisé et financiarisé. Le marché mondial considère les identités passées – commerciales, territoriales, sociales, communautaires, linguistiques – comme des ballasts à couper, des survivants qui entravent l’avènement du consommateur final, un homme nouveau sans racines, sans histoire, prisonnier d’une technolangue misérable, sans territoire, physiologiquement migrant – un flux de désirs fatalement induits à l’insatisfaction. Mais c’est précisément le dispositif de formatage de Daesh : le modèle, pour ceux qui sont venus volontairement dans les territoires gouvernés par le calife, était celui d’une spoliation radicale de l’identité ; vous n’étiez plus un musulman bosniaque, français ou indonésien, avec votre riche histoire linguistique, familiale, ethnographique. Non, vous étiez un croyant “renaissant” qui, comme premier acte de fidélité, devait porter une habitude mentale (et matérielle) qui vous rendait indiscernable et remettait votre biographie à zéro »

Le Paradis – qui dans la version salafiste brute et puéril est un lieu de plaisirs sensuels à consommer ad libitum – ressemble à un immense chargement de délices, vous attendant au coin de l’obéissance et du martyre.
De même, le Paradis capitaliste : qui est toujours un mètre plus loin, qui exige toujours une performance supplémentaire, qui évoque toujours des attentes fabuleuses de plaisir pour lesquelles on n’est jamais prêt, sauf dans une pathétique anticipation de substitution.


Ce sont deux approches très « matérialistes », toutes deux basées sur l’achat et la vente du Corps et l’attente de la Joie, médiatisées par une logique purement mercantile. Donnez tout vous-même – au calife ou au marché – et à la fin vous recevrez le prix de la valeur, de l’adéquation au modèle et de la satisfaction matérielle même des sens. Même un afflux religieux sincère, ou un souffle de transcendance, n’a pas sa place dans ces schémas d’échange.


L’adhésion à Daesh – du moins en Occident – est également le résultat d’une option individualiste, en dehors des mécanismes communautaires ou d’un débat collectif. C’est l’approche typique du consommateur contemporain, un individu seul dans son vide, qui devant son écran d’ordinateur choisit le « produit » le mieux adapté pour combler le vide nihiliste de sa propre existence. Le « loup solitaire » le reste du début à la fin – lorsqu’il se connecte pour la première fois à un chat ou à des sites djihadistes, jusqu’à ce qu’il choisisse de se tuer et de se suicider dans les rues d’une métropole européenne.


L’Oumma virtuelle des désirs frustrés, des identités fictives, de la tentative tout aussi fictive de reconstruire le sens – par le massacre et le suicide – en utilisant seulement un clavier et la pulsion autodestructrice désespérée, maintenant tellement en vogue. [13]

Le voilà, le piège de la modernité, des droits et de la nouvelle économie qui progresse : tous égaux devant le capital, tous également exploités et sous-payés et tous (pour l’instant) divisés devant sa présence de plus en plus invisible et sa force de plus en plus organisée, mais avec la promesse pour tous, pour paraphraser Andy Warhol, d’avoir la possibilité de se réaliser dans une carrière de quinze minutes.


Les lignes de fracture et de couleur américaines sont donc aussi les nôtres et l’effort commun pour surmonter l’horreur quotidienne d’une existence qui n’est que la vie nue, même si nous savons déjà que notre place est ailleurs, ne peut être que celle de rassembler ce qui est encore divisé et confus aujourd’hui. Et très énervé.




Source: Lundi.am