Organiser les journées du Matrimoine est l’occasion de mettre en valeur les femmes méconnues, celles qui ont été invisibilisées, dont le travail a été volé, celles qui parce que femmes ont dû œuvrer anonymement ou sous pseudonyme, celles qui ont été empêchées, mais aussi toutes celles qui sont se affranchies et se sont imposées ! Notre histoire abonde de scientifiques, de femmes politiques, de sportives, d’autrices, de militantes, d’artistes, de résistantes ! Nous voulons rendre « femmage » à toutes ces héroïnes !

Les Journées du Matrimoine sont aussi l’occasion de rappeler que les femmes n’accèdent toujours pas aux plus hautes fonctions et responsabilités. Elles ne sont toujours pas suffisamment reconnues et récompensées. Alors, si la patrie accueille et reconnaît 72 hommes au Panthéon, elle ne reconnaît que 4 femmes et nous souhaitons clamer :

Aux grandes femmes, la matrie reconnaissante !

La place accordée aux femmes atteste de notre histoire inégalitaire. Mais il est temps d’évoluer et d’œuvrer pour l’égalité. Le changement relève d’une volonté politique et témoigne des valeurs que nous souhaitons individuellement incarner. Les filles ont besoin de repères et de modèles ambitieux auxquels s’identifier, pour croire que tous les métiers leur sont accessibles et dépasser l’autocensure. Les métiers féminisés sont encore trop dévalorisés et précaires. Les femmes qui évoluent dans des métiers masculinisés connaissent encore trop d’embûches. L’égalité profiterait à tous et toutes et nous devrions nous appuyer sur les pionnières pour dépasser les injonctions sociales et les limites que nous avons intériorisées.

Nous souhaitons interpeller sur la nécessité de développer la visibilité des femmes notamment dans l’espace public ! Rendez-vous le samedi 21 septembre à 8h30, devant le musée des Beaux-Arts, pour une action collage.


Article publié le 18 Sep 2019 sur Larotative.info