La violence guerrière occidentale joue un rôle central dans la fabrique du « terrorisme ». Documenter le phénomène est déjà une manière de s’y opposer.