Comment tu t’es retrouvé embarqué dans ces histoires de Gilets jaunes ?

J’étais un esclave du système et je voyais qu’il y avait de plus en plus de gens qui souffraient de ce système et qui étaient détruits par lui ; quand j’ai vu que les Gilets jaunes prenaient une dérive un peu plus contre le système capitaliste, plutôt que sur la taxation de l’essence, ça devenait intéressant pour moi. J’ai eu l’impression de l’émergence de quelque chose : un mouvement hors syndicats, hors partis politiques… ça émergeait naturellement du plus profond des entrailles du peuple, et ça m’a attiré.

Tu avais déjà milité avant ?

Jamais. Après, j’ai des convictions politiques ; mais je me suis jamais mis dans un parti ou autre.

T’es allé sur les ronds-points, aux manifs…

En fait, j’ai fait les deux ! Au début, j’ai fait les ronds-points ; ce que je trouvais intéressant, c’est qu’il y avait un échange social et culturel : tout le monde se parlait à cœur ouvert, on retrouvait le dialogue entre citoyens… alors que maintenant la société fait que dans le bus, tout le monde a son casque, on se parle pas, on se regarde pas, on se connaît pas… Là, sur ces ronds-points, j’avais l’impression qu’on se redécouvrait… tout le monde était sans étiquette ! j’aimais beaucoup discuter avec les gens, parce que t’arrivais à faire prendre conscience de certaines choses, le pourquoi du comment, pourquoi on supprime l’ISF au moment où on augmente l’essence, que ça représente à peu près la même somme d’argent… tout ça, c’est des prises de conscience qui se sont passées sur les ronds-points. En général, quand t’es de gauche, tu discutes avec des gens de gauche. C’est très appauvrissant, parce que forcément, t’es cloisonné dans une idéologie existante. Pareil pour les milieux d’extrême droite. Là, y avait tout le monde ! De droite, de gauche, des gens qui vivaient la misère ; y avait de tout, et c’était ça qui était vachement intéressant. La manif du 17 novembre, je m’y suis pas intéressé ; j’ai fait la suivante, et après j’ai fait celle de début décembre à Paris, et ainsi de suite.

Tu as donc fait la fameuse manif du 1er décembre, qui a fait un peu peur au pouvoir…

Pour moi, c’était pas vraiment une manif… ça avait vraiment un air révolutionnaire ! Après novembre, dès la première manif, y a eu une répression vraiment énorme de la police, avec beaucoup de violence ; même dans ma ville de Saint-Étienne, j’ai pu le voir : pour disperser, y avait pas de dialogue, rien, ça tirait dans le tas et ça balançait des lacrymos à tout-va, ça attrapait les gens par les cheveux, enfin j’avais jamais vu ça, ni à la télé ni rien. Je m’imaginais même pas que c’était possible que nos très chers policiers puissent être violents comme ça. Je pense que c’est ça qui a déclenché l’énervement du 1er décembre : il y avait des consignes de répression dans toute la France, les gens l’ont mal vécu et ils se sont énervés, quoi. Après, ça a été la politique de la peur, les policiers te tiraient dessus, ils te disaient : « Rentrez chez vous, vous avez rien à faire dans la rue ! » T’avais l’impression qu’on gênait vraiment… Moi, à ce moment-là, je continue à y aller, je prends l’exemple de Mai 68 et je me dis que les gens ont pas eu peur, ont essayé de contrôler leur peur ; ils ont rien lâché, et c’est comme ça qu’ils ont obtenu des miettes… du système, quoi ! Et je pensais qu’en continuant à rien lâcher, on aurait fini par avoir des miettes !

Des miettes, ou un petit bout du gâteau ?

Faut pas rêver ! Les parts du gâteau, elles sont réservées aux actionnaires du CAC 40 ; nous, les ouvriers, les gens d’en bas, on peut espérer que des miettes, mais ce serait déjà bien qu’on en ait quelques-unes ! On a juste bloqué la machine un moment. On l’a empêché d’avancer, mais c’est pas ça qui va sauver l’avenir de nos enfants, sauver l’avenir des ouvriers. Maintenant que les gens ont peur et qu’ils sont tous rentrés chez eux — parce que c’est ça, hein, c’est pas que les gens sont satisfaits ! … Eh ben la machine, elle continue.

Tu peux nous raconter ta montée à Paris ?

En allant sur Paris le 8 décembre, je me suis fait arrêter parce que je transportais des fumigènes. On était pas partis depuis vingt minutes qu’on se prenait une fouille intégrale du bus de deux heures, véhicule et passagers. Moi, j’avais ramené un sac de fumigènes, parce que j’en ai toujours vu dans les manifs de la CGT, des cheminots, dans les stades de foot… on en voit partout. Ils m’ont saisi le matériel, et je suis encore en attente de ce procès pour possession et transport d’engins pyrotechniques. Mais ça ne les a pas empêchés de s’appuyer dessus pour le procès qui m’a amené en prison ! Y avait pas de jugement, rien du tout, juste une note où ça disait : « Il a été contrôlé à telle date, il est en attente de décision du procureur », et ça les a pas empêchés d’en parler à mon jugement, et de s’appuyer sur le fait que j’étais en pseudo-récidive.

(…)


Article publié le 13 Nov 2019 sur Paris-luttes.info