Après Nice, Paris, Ajaccio, Montpellier et tant d’autres, c’est au tour des flics lyonnais de jouer à la guerre en commandant des drone de surveillances !

On lit ainsi dans LyonMag :

Afin de mieux contrôler ceux qui ne respectent pas les règles de confinement, la police lyonnaise a décidé d’avoir recours à un drone. Testée la semaine dernière à Lyon, puis jeudi à Villeurbanne, la technique va être amenée à se développer dans les prochains jours pour repérer les attroupements illicites, et ainsi mieux déployer les équipages de police. Face à l’efficacité du système, il a été décidé de commander plusieurs drones. Pilotés par des agents formés et assermentés, les drones n’enregistrent aucune image. A noter que les engins seront utilisés sur tout le territoire de la métropole lyonnaise

Alors même que les hôpitaux sont dans le rouge, que les agents de la ville, de la Poste, du BTP, les caissièr·es (et d’ailleurs même les flics) bossent sans masques ni protections, qu’aucun bâtiment vide de la mairie n’a été réquisitionné pour héberger les sans-abris, le plus urgent est de continuer à faire peur et de faire semblant de contrôler la situation !

Qu’on ne se raconte pas d’histoire, il est peut probable que ces drones tournent autour des Brotteaux ou de Montchat et encore moins de Curis ou Poleymieux-au-Mont-d’Or… il va s’agir bien évidemment de surveiller encore plus étroitement les quartiers populaires. Gégé la Fripouille ayant déclaré dans la presse il y a quelques jours que le confinement était bien respecté… sauf à la Guillotière. D’autre part, une fois les drones installés, il est peu probable qu’ils partent en même temps que le confinement et seront sûrement utilisés comme à Paris lors des manifs et pour sévir dans les quartiers populaires.

Comme le rappelle la Quadrature du Net dans un article intitulé « COVID-19 : l’attaque des drones », l’utilisation de ces drone s’inscrit pourtant dans un vide juridique complet : il suffit à la police de considérer que l’utilisation des drones rentre dans sa mission d’ « ordre » et de « sécurité publique » pour ne respecter aucune des règles applicables au reste de la population quant à leur utilisation dans l’espace public.

Pour se donner du courage contre cette nouvelle arme des flics, on peut regarder une nouvelle fois les vidéos des manifestant·es Hongkongais faisant se cracher un drone grâce à des lasers !

On peut aussi lire ou relire le livre « Théorie du drone » de Grégoire Chamayou qui est en ce moment disponible en ebook gratuitement sur le site de La Fabrique


Article publié le 04 Avr 2020 sur Rebellyon.info