Depuis plusieurs jours des « préparations » se font au port de Dikili, près d’Izmir. Des tentes sont installées afin de faire les prises d’empreintes et les enregistrements des réfugiés qui vont être renvoyés en provenance des îles grecques. Les déportations commencent.

Çeşme est un autre port où les refugiés seront « accueillis ». Mustafa Toprak, le Préfet d’Izmir, a visité aujourd’hui, le port de Çeşme. Il a exprimé qu’à Dikili, les arrivées commenceront dès demain. Le Préfet a « rassuré » les habitants d’Izmir, en précisant qu’après leur enregistrement, les réfugiés passeront au contrôle de santé et qu’ils seront transférés en cars vers des camps installés dans d’autres villes. « Ces points de transferts fonctionneront de façon à ne déranger en aucun cas la ville d’Izmir, le tourisme, et la vie quotidienne. » a-t-il dit.

Selon DHA, pour cette première journée, une partie des 3000 réfugiés se trouvant sur les îles de Lesbos doivent revenir en Turquie, avec les bateaux de deux entreprises maritimes d’Ayvalık engagés pour les opérations de transfert. Les bateaux feront plusieurs aller-retours, et transporteront les réfugiés par groupes de cent et le même nombre de policiers les accompagneront. Les bateaux seront escortés par les navires de Frontex.

Les réfugiés seront ensuite retransférés à Kırklareli, dans un camp qui avait été utilisé pour loger les Bosniaques, ville frontalière avec la Bulgarie, à des centaines de kilomètres au Nord.

Les réfugiés qui se trouvent sur l’île de Chios devaient être transférés vers la Turquie via le port de Çeşme. Mais « le fait que les réfugiés se soient soulevés pour ne pas revenir, a crée des ennuis » comme disent les autorités, et les transferts ont été reportés.

Selon diverses fuites, la rafle et l’expulsion massive des réfugiés bloqués en mer Égée vers la Turquie va commencer sous peu, vers 3h ou 4h du matin, et non après le lever du jour. Le but de la police est de devancer les mouvements solidaires de protestation qui se multiplient dans les îles grecques.

A Lesbos, la police française sera vraisemblablement à l’initiative, forte de sa vingtaine d’experts — concepteurs des odieux camps de détention — et de ses cinquante premiers CRS arrivés hier sur l’île (qui seront suivis, dans les prochains jours, de 150 autres flics et gendarmes tricolores, notamment à Chios).

De nombreuses autres rafles et expulsions sont attendues dans les jours qui viennent.

Les volontaires de terrain et les activistes en ligne ont été informés que les déportations à Lesbos et sur d’autres îles Grecques vers la Turquie vont commencer à 3 heures du matin ce lundi… C’était supposé commencer à 8h mais cela va être vraisemblablement avancé afin d’éviter les activistes et des protestations.

Nous espérons que tout le monde va partager les informations et protester, documenter afin de témoigner de notre solidarité!!!
Utilisez ces # sur les réseaux sociaux :
#notinmyname | #notodeportation | #humanrights4refugees


Traduit et rédigé par Kedistan.
Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.