Juillet 15, 2021
Par Sans Nom
332 visites


Le Parisien, 14 juillet 2021 (Live du jour)

L’avant-projet de loi incorporant les nouvelles dispositions sanitaires annoncées par Emmanuel Macron élargit le placement à l’isolement à toute personne positive au coronavirus, selon le texte que s’est procuré l’AFP mercredi. Le texte, actuellement soumis au Conseil d’Etat, introduit ainsi, si le test Covid est positif, le placement et le maintien en isolement pour 10 jours dans le lieu déclaré à l’examen.

Cette disposition était jusqu’ici réservée aux personnes entrant sur le territoire. Le respect de ce placement à l’isolement pourra être contrôlé par la police et la gendarmerie, la procédure étant placée sous le contrôle du juge des libertés et de la détention. Le projet prévoit le maintien d’une autorisation de sortie entre 10 heures et midi, ainsi que des adaptations possibles concernant « la poursuite de la vie familiale », « la condition particulière des mineurs » ou encore le cas de personnes dont la sécurité serait menacée pendant leur isolement.


Covid-19 : vers un isolement plus long et plus strict des personnes positives
LCI, 15 juillet 2021

C’est une mesure qui n’a pas été évoquée par Emmanuel Macron lundi soir, mais qui figure bien dans l’avant-projet de loi incorporant les nouvelles dispositions qu’il a annoncées dans son allocution. Outre cette série de restrictions sanitaires – vaccination obligatoire des soignants, instauration d’un pass sanitaire pour accéder à des lieux du quotidien -, le chef de l’État veut mettre en place un isolement pendant 10 jours, contre 7 jusqu’ici, des cas positifs.

Cette durée était jusqu’ici réservée aux personnes entrant sur le territoire, notamment pour les voyageurs en provenance des 28 pays classés « rouge » en raison de leur situation sanitaire dégradée. Le respect de ce placement à l’isolement, qui devra se faire dans le lieu déclaré à l’examen, pourra être contrôlé par la police et la gendarmerie, la procédure étant placée sous le contrôle du juge des libertés et de la détention. « Un procès verbal sera dressé, avec une amende de 1000 euros qui peut être élevée à 1500 euros en fonction des majorations », détaille Alexandre Hervy, commissaire central adjoint à Paris, dans le reportage de TF1 en tête de cet article.Pour l’heure, seule la sécurité sociale s’assure par téléphone que l’isolement est respecté. Mais ce procédé n’est pas suffisamment contraignant d’après le Professeur Bruno Megarbane : « Afin de rendre la stratégie du ‘dépister, tracer, isoler’ efficace, il faut absolument que l’étape ultime soit respectée », alerte le chef de service en réanimation médicale et toxicologique à l’Hôpital Lariboisière (AP-HP). « Rien ne sert de se dépister si on ne s’isole pas à la fin, car on peut transmettre le virus à ses proches, au travail ou à ses amis. » Cet avant-projet de loi, actuellement soumis au Conseil d’État, prévoit le maintien d’une autorisation de sortie entre 10 heures et 12 heures, ainsi que des adaptations possibles concernant « la poursuite de la vie familiale », »la condition particulière des mineurs », ou encore le cas de personnes dont la sécurité serait menacée pendant leur isolement.Cette décision, recommandée par les autorités scientifiques, devrait être adoptée lundi prochain au Conseil des ministres, puis examinée par le Parlement dans la semaine, en même temps que l’adoption de la vaccination obligatoire des soignants et non-soignants au contact d’un public vulnérable, ainsi que la présentation d’un pass sanitaire pour accéder aux salles de spectacle et aux cinémas à partir du 21 juillet, et aux cafés, restaurants, centres commerciaux ou encore aux trains et avions à partir du 1er août prochain. 




Source: Sansnom.noblogs.org