Février 22, 2017
Par Mille Babords
48 visites


…Ou comment être fier d’être content de se faire auto-exploiter… (ou l’inverse)

22 février, 19h00 – 23h00

Prix Libre

Dans l’imaginaire collectif, travailler dans le monde associatif serait le lieu idéal pour se réaliser, porter ses valeurs, avoir un travail qui fait sens et s’épanouir, en dehors et au-delà de rapports hiérarchiques et marchands.

Mais dans la réalité, les conditions de travail y sont plus dégradées qu’ailleurs.

La diversité des statuts qu’on y retrouve (bénévoles, volontaires, salariés, administrateurs, stagiaires…) brouille les frontières entre salariat et travail gratuit, faisant du monde associatif le terreau d’une nouvelle précarité. De petites structures, partiellement professionnelles, se voient confier par l’État la charge de ses politiques publiques d’action sociale sans pour autant bénéficier des financements pérennes et des moyens dont disposait auparavant le service public… et dont dispose aujourd’hui le secteur privé marchand.

Quelles sont les conséquences de ces nouvelles règles du jeu sur les conditions de travail dans le monde associatif ? Quelles concessions les associations ont-elles faites pour maintenir leurs activités ? Ont-elles encore les moyens de constituer une alternative au secteur marchand ? Quelles marges de manœuvre sont les nôtres aujourd’hui pour mêler « vocation professionnelle » et « salariat digne » ?

https://equitablecafe.org/programmation/les-conditions-de-travail-dans-le-monde-associatif/

envisages chez marsnet.org




Source: