Auteur·e: Fredy Perlman
Titre: Les Comité Ouvriers-Étudiants
Sous-titre: fRance, mai 68.
Date: 1969
Notes: Nous reproduisons ici une analyse par Fredy Perlman & Roger Grégoire sur le mouvement d’occupation à Paris au printemps 1968, s’accompagnant d’une réflexion sur l’engagement et la participation à ceux-ci. Cinquante ans plus tard, et un grand nombre d’autres « mouvements sociaux » continuent de rendre ce texte pertinent à nos yeux. Au printemps 1968, Fredy Perlman alors professeur d’université à Kalamazoo, fit un séminaire à Turin. « Quand le cours de Turin se termina, Fredy pris un train pour Paris et s’est retrouvé pris dans les événements tumultueux de mai 1968. Ses expériences pendant ces semaines intenses et joyeuses ont profondément affecté ses opinions et sont restées un point de référence constante à chaque fois qu’il considérait les potentiels de changement social. […] Il prit part dans un groupe vaguement organisé d’intellectuel.le.s, d’étudiant.e.s et de jeunes travailleur.se.s qui tenaient des débats dans les salles du campus de Censier, et ont également tenté de communiquer leurs aspirations aux ouvriers de l’automobile habitant et travaillant dans la banlieue parisienne. Le syndicat du parti communiste, la CGT n’a pas bien accueilli les agitateur.ice.s enthousastes venu.e.s initier le dialogue avec les ouvriers en grève pour qui ils prétendaient parler. Les organisateurs syndicaux ont eu peur de perdre le contrôle de « leur » grève si les ouvrièr.e.s insistaient à changer les demandes, de celles habituelles concernant les salaires à celles que le syndicat ne pourrait pas facilement s’accaparer. Ils ont donc gardé les portails des usines fermées […] -Lorraine Perlman, « Having Little, Being Much » (1989) La traduction est de Jean-Pierre Lafitte, contenue dans le second tome de la revue (Dis)continuité, vol.18, publiée en 2004. L’édition originale comprend de nombreuses illustrations. La traduction et cette version numérique n’en contiennent pas. La brochure en reproduit une poignée.
Source: OCR du second tome de (Dis)contnuité 18 pour une ré-édition en brochure.