Septembre 24, 2018
Par Contretemps
190 visites


Alors qu’Emmanuel Macron vient de dévoiler les grandes lignes d’un “plan pauvreté”, quelques semaines après avoir affirmé que les aides sociales coûteraient un “pognon de dingue” et seraient inefficaces, il vaut la peine de s’interroger sur la manière dont les classes dominantes se représentent les pauvres et, plus largement, les classes populaires. On peut penser que ces représentations ne sont pas sans effets sur les politiques publiques qui ciblent les pauvres en prétendant, en particulier, œuvrer à leur “insertion”.




Source: