Août 20, 2021
Par Dijoncter
243 visites


Les médias dominants ne savent plus quoi inventer pour détourner la population des luttes sociales. A l’heure où la crise économique se fait durement ressentir au sein de nos classes populaires, qui souffrent en silence, le journal du Crédit Mutuel (L’Est Républicain) accorde une page entière à une « enquête » sur les fantômes dans le château de Châtenois (88) dans l’édition du samedi 7 août.

Dans son édition du dimanche 1er août, qui relatait la manif anti-pass de Belfort du 31 juillet, la presse du Crédit Mutuel se plaignait d’y avoir été un peu bousculée et titrait « Les locaux de L’Est républicain et de France Bleu visés ».

Je me suis bien marré en lisant cet article et en sentant la peur de ce journaliste.

Philippe PIOT, journaliste pour le média du Crédit Mutuel y écrivait « Il est, cependant, aussi, malheureusement à noter que le comportement haineux d’une partie des manifestants[… ] était d’un degré que nous n’avions pas rencontré, par exemple, au plus fort des manifestations des gilets jaunes dans le département, que nous avons pourtant suivi pendant des mois ».

Tout en tremblant de partout, ce journaliste écrivait aussi : « Il y a sans nul doute, au sein des manifestants des personnes avec des approches plus mesurées, mais nous n’avons pas eu affaire à elles… »

Peut être que ces personnes « plus mesurées » n’ont pas envie de vous parler sachant que vous déformez toujours les propos dans votre journal de propagande bourgeoise.

Peut être aussi que vos supérieurs vous donnent un rythme tellement intense que votre travail est bâclé.

Mais ce n’est pas ce qui est à penser lorsque l’on lit le journal du samedi 7 août où un journaliste d’investigation va perdre de longues heures pour une enquête paranormale.

« Une fois le matériel placé dans la cave et autour des anciens remparts, nous avons passé quatre heures à tenter d’établir une communication. »

4 heures, pour entrer en contact avec d’éventuels fantômes, sérieusement ?

Alors que vous ne prenez pas le temps d’interroger les manifestant-e-s dans toute leur diversité lorsque vous parlez d’un mouvement social.

Je ne nie pas l’existence des fantômes, chacun ses croyances, mais je pense qu’il y a plus de chance d’interviewer de nombreux.ses manifestant-es en 4 heures plutôt qu’un seul fantôme.

Ce serait plus pertinent comme travail quand on se revendique journaliste ou enquêteur.

Je tiens à faire partager le meilleur moment de l’article, ou comment écrire un tas de conneries qui peut paraître scientifique :

« Des appareils aux allures de science-fiction, comme le K2EMF, un détecteur de champ électromagnétique ou le Geopod, qui convertit les micro-mouvements du sol en tension éléctrique. Le Triboscope localise lui le champs de force et le P-SB11 balaie les fréquences radio très rapidement pour trouver des anomalies sonores. »

« Le tout a été enregistré et sera rediffusé sur leur chaîne YouTube »

J’aime bien utiliser les armes de mes adversaires.

Ça tombe bien, sur YouTube il y a aussi un vidéaste qui s’appel Defakator. Il analyse de manière précise beaucoup de malhonnêteté intellectuelle que l’ont trouve sur internet, et j’aime bien son humour.

Contrairement à d’autres « debunker », Defakator ne s’attaque pas uniquement à la sphère complotiste, il a le mérite aussi de s’attaquer aux médias dominants.

Dans cette vidéo, ou un chasseur de fantômes est étudié comme exemple, nous pouvons y apprendre la crédibilité de ce K2EMF décrit comme un appareil de « science-fiction » par l’enquêteur du Crédit Mutuel.

Que l’obscurantisme retourne à l’obscurité !

J’attends avec impatience la prochaine enquête paranormale de L’Est Républicain.

Je propose le prochain sujet : Dans le château de Marine LePen, chasse aux fantômes nazis !

Loral Aitken, spécialiste des ultra-riches et des violences bourgeoises




Source: Dijoncter.info