Novembre 5, 2020
Par Sans Nom
237 visites


L’Arcep, le gendarme des télécoms, a annoncé mercredi soir la date de l’attribution des fréquences 5G : ce sera le 18 novembre. Cela signifie que, dès le lendemain, les opérateurs seront autorisés à allumer leurs premiers émetteurs. Toutefois, cela devrait plutôt se passer entre le 20 et le 30 novembre, car ils doivent encore obtenir des autorisations administratives de l’ANFR (Agence nationale des fréquences).

Les fameuses enchères pour les fréquences 5G sont donc terminées. Elles ont rapporté près de 2,8 milliards à l’État. Cela concerne uniquement la bande de fréquences de 3,4 à 3,8 gigahertz, c’est-à-dire ce qu’on appelle la bande  »cœur » de la 5G. Une autre plage de fréquences dites  »millimétriques » arrivera dans plusieurs années.
D’un autre côté, il y a beaucoup d’entreprises et de particuliers dans les territoires qui réclament la 5G, soit pour améliorer les connexions actuelles, soit parce qu’ils n’ont rien du tout aujourd’hui. Les opérateurs ont des obligations, au nom de « l’aménagement numérique du territoire ». Chaque opérateur devra implanter 3 000 nouveaux pylônes d’ici à 2022, puis atteindre 8 000 en 2024 et enfin 10 500 en 2025. Des déploiements devront également être mis en œuvre spécifiquement « dans les zones non urbaines », tandis que « tous les sites devront fournir un service de type 5G » à partir de 2030.

(France Info, 5 novembre 2020 – extrait)


Le processus d’attribution des fréquences 5G s’est déroulé en trois étapes. Les opérateurs se sont tout d’abord positionnés sur un premier bloc de 50 MHz au prix unitaire de 350 millions d’euros. S’est ensuite ouvert la traditionnelle procédure d’enchères afin d’attribuer les 110 MHz de fréquences restantes dans la bande des 3,5 GHz (entre 3490 MHz et 3800 MHz).

Orange a récupéré quatre blocs de 10 MHz moyennant 854 millions d’euros, SFR trois blocs de 10 MHz pour 728 millions d’euros, enfin Free Mobile et Bouygues Telecom se sont chacun positionnés sur deux blocs de 10 MHz pour 602 millions d’euros. Restait plus qu’une dernière étape, celle du positionnement sur la bande. L’intérêt pour les opérateurs est de se positionner au centre afin de limiter les interférences. Free Mobile a ainsi investi 3 millions d’euros pour récupérer les fréquences entre 3640 MHz et 3710 MHz, laissant Orange et SFR aux extrémités.

Mais rappelons enfin que la 5G ne se limite pas seulement aux 3,5 GHz. Il est aussi prévu d’ouvrir la bande des 700 MHz utilisée par la 4G et surtout celle des 26 GHz, aussi connue sous le nom de « bande millimétrique », la plus prometteuse.

(Cnet, 5 novembre 2020)




Source: Sansnom.noblogs.org