par Florent Michaux,
Kilian Sturm,
Pauline Perrenot,

Dès le soir du 5 décembre et jusqu’à la veille des « annonces » d’Édouard Philippe, journalistes et éditorialistes ont excellé dans l’art d’ « interviewer » les opposants à la « réforme » des retraites. Sommations à négocier, procès en archaïsme, instrumentalisation à outrance des « usagers en détresse » et rappels à l’ordre : comme à chaque mobilisation sociale, syndicalistes et personnalités politiques opposés à la contre-réforme pâtissent de dispositifs hostiles et d’une violence médiatique qui va crescendo, incarnée par des chiens de garde assurant le service après-vente des décisions du gouvernement.

Florent Michaux, Kilian Sturm et Pauline Perrenot

Acrimed est une association qui tient à son indépendance.
Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions.
Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.


Article publié le 16 Déc 2019 sur Acrimed.org