Février 9, 2021
Par Attaque
385 visites


chassons.com / lundi 8 février 2021

Chaque jour, un nouveau fait divers vient tâcher l’actualité de la chasse. Les installations des chasseurs sont de plus en plus régulièrement pris pour cible. Les anti chasse, non contents de faire porter leur voix sur les réseaux sociaux, s’attaquent maintenant physiquement à cette activité, et à la passion qu’elle représente. Dans la Meuse, ce sont des miradors que l’on a renversés et endommagés plusieurs fois. Le président de la fédération locale déplore qu’une nouvelle piste cyclable montre le bâtiment à la vue de tous. Alors qu’avant, personne ne passait par là, aujourd’hui « c’est une vraie autoroute », décrit le chasseur. Pour éviter les récidives, des caméras ont été installées dans les arbres alentour, ainsi qu’un article publié dans le journal local. Depuis, les dégradations ont cessé, mais pour combien de temps ?

Mais la Meuse n’est pas le seul département à subir les humeurs des anti chasse. Tout récemment, dans le Morbihan, ce sont six véhicules de chasseurs qui ont été sabotés. Dans les Ardennes, nous vous révélions il y a seulement quelques jours l’abattage de deux épicéas sur une cabane de chasse. Sans compter le mois de janvier pendant lequel les anti se sont déchaînés : incendie sur le chalet des chasseurs en Haute Savoie, attaques à l’encontre des chasseurs à courre dans l’Oise, et d’autres miradors dans de nombreux départements (Vaucluse, Moselle, Loire-Atlantique…).

Pour répondre à cette tendance malsaine, la Fédération nationale de chasse a mis en place une cellule de signalement des actes. Depuis septembre, un onglet sur le site de la FNC permet de signaler tout acte malveillant dont serait victime un chasseur. Si quantités de dégradations matérielles ont été rapportées, de nombreuses plaintes pour violences physiques et verbales ont aussi été communiquées. [Mal]heureusement les auteurs sont rarement identifiés. […]




Source: Attaque.noblogs.org