Sur l’auto-divan

Quand BHL s’incruste chez les Kurdes

Écartés de toutes les négociations sur l’avenir de la Syrie, les Kurdes du Rojava, menés par le PYD (parti de l’Union démocratique) ont proclamé, le 16 mars 2016, la création de facto d’une fédération du nord de la Syrie, « sur une base territoriale et non ethnique », décision qui rend furax aussi bien le régime d’el-Assad que l’opposition syrienne ou la Turquie d’Erdogan. La France ne reconnaît pas non plus la légitimité des Kurdes syriens, son «  seul interlocuteur légitime » restant la Coalition nationale syrienne. Pourtant, le 23 mai 2016, un bureau de représentation du Kurdistan syrien (Rojava) s’est ouvert à Paris. Lors de l’inauguration, on a pu voir s’incruster Bernard Henri-Levy… ce qui suscita un certain embarras. Personne ne voulait figurer sur la photo avec le poseur germanopratin, qui veut faire ami-ami avec les Kurdes. En effet, l’intellectuel va-t-en-guerre, auteur de Peshmergas, film à la gloire des combattants kurdes irakiens, est le soutien officiel du clan Barzani, pouvoir corrompu et allié à la Turquie, qui n’est pas franchement copain avec le PYD syrien et le PKK turc. Un vrai boulet ce BHL !

Mathieu Léonard

Made in Police

Par Lasserpe. {JPEG}

Out damned spot !

Selon des sources concordantes, c’est le leitmotiv qu’entonnerait Lady Macbeth-Cazeneuve errant dans les couloirs du ministère de l’Intérieur après qu’une autre grenade, de désencerclement celle-ci, a plongé Romain, un journaliste indépendant, dans le coma, le 26 mai dernier. Mais, à l’instar de l’héroïne de Shakespeare, ses imprécations suffiront-elles à laver tout le sang qui lui rougit les mains ?

A plein gaz

Par Nicolas de la Casinière. {JPEG}

Sous les bruits de bottes, les merdes de chien

Pour Robert Ménard, maire de Béziers, c’est clair : la France est occupée. C’est en ce sens qu’il a choisi la date du 27 mai, Journée nationale de la Résistance, pour lancer son raout des droites extrêmes. Plumitifs de l’islamophobe Valeurs actuelles, aboyeurs du FN, prosélytes de la race, les tables rondes se sont multipliées pour « créer une synergie » en vue des prochaines législatives et présidentielles. Malgré le claquage de porte de Marion Maréchal-nous-voilà Le Pen, l’édile biterrois a pu concrétiser la création de son mouvement : « Oz’ ta droite ». « Ménard réécrit l’histoire en récupérant les figures de Jean Moulin et de Jean Jaurès et veut créer un “Podemos de droite” », analyse David, membre du contre-journal Envie à Béziers. L’ambition ménardienne : « un mouvement citoyen mais avec des marqueurs de droite. » Pour les dubitatifs, prière de se référer à la dernière saillie médiatique du maire : le fichage ADN des clébards afin de verbaliser automatiquement les proprios des bêtes en cas de déjections intempestives. Le fascisme est une motocrotte comme les autres.

La fin du grand mystère

Par Aurel. {JPEG}

Au taf, tas de feignasses !

Le modèle social allemand a définitivement une longueur d’avance en Europe. Que faire des milliers de réfugiés généreusement accueillis par Angela Merkel ? En employer certains pour 84 euros par mois à s’occuper de leurs congénères dans les centres d’hébergement d’urgence mis à leur disposition. Bien entendu, cette mission d’intérêt général est saluée par une partie de la presse française car elle permet de combattre l’ennui et l’assistanat sur le modèle des jobs à un euro qui, rappelons-le, ont contribué à asseoir la compétitivité de l’économie germanique sur 20 % de travailleurs pauvres.

Être une lumière

Par Pirikk. {JPEG}

Source: http://cqfd-journal.org/Les-breves-du-no144 -